Vénus, miniature extraite du De Sphaera (vers 1450-1465)

De la nature des choses (Livre I)

Lucrèce (environ 98-54 av. JC) se propose de traduire en vers la doctrine souvent obscure du Grec Épicure. Il veut briser les « forts verrous des portes de la nature », c’est-à-dire révéler au lecteur la nature du monde et des phénomènes naturels. Selon lui cette connaissance du monde doit permettre à l’homme de se libérer du fardeau des superstitions, notamment religieuses. Tout, y compris l’âme humaine et les dieux eux mêmes est entièrement constitué d’atomes dans le vide. En refusant une vie éternelle, l’épicurisme refuse aussi la peur de la mort : « La mort n’est donc rien pour nous et ne nous touche en rien, puisque la nature de l’âme apparaît comme mortelle. »
Lucrèce nous a laissé ce poème de 7600 vers en 6 chants consacrés aux atomes, aux hommes, à l’âme et au monde en général.

La traduction, très fidèle, est de Désiré Nisard (1806-1888).


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 13/09/2010.
Consulté ~19810

Lu par René Depasse

Suggestions

• • •More

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. bonjour,
    Très bon travail ! Merci ! même question que les autres, pensez-vous pouvoir nous offrir la suite du livre ? 🙂

    Merci pour cette lecture en espérant avoir la suite,

  2. Superbe lecture, votre style singulier colle magnifiquement à ce texte, à son message et à son époque.
    Merci beaucoup.
    Christophe.
    Auditeur à Caen