Napoléon Orsini meurt en tombant de cheval

De l’exercitation (Essais II, 6)

Le titre De l’exercitation (Livre II, Chapitre 6), n’est pas clair. Il faut le prendre dans le sens de « pratique », « expérience », « entraînement », en particulier pour le passage de la vie à la mort :
« On peut bien, par l’expérience et l’habitude, se fortifier contre les douleurs, la honte, la misère, et autres semblables accidents.
Mais s’agissant de la mort, nous n’avons droit qu’à un seul essai. Et nous sommes tous des apprentis lorsque nous la rencontrons. »

S’appuyant sur sa propre expérience, après une chute de cheval où il avait frôlé la mort, Montaigne en déduit quelques conclusions, dont : « Bien des choses semblent plus grandes dans notre imagination qu’elles ne le sont en réalité ».
Puisqu’il a parlé de cet accident, il élargit le sujet pour justifier son introspection :
« Il y a plusieurs années que je suis moi-même le seul de mes pensées, que je n’examine et n’étudie que moi. Et si je m’intéresse à autre chose, c’est pour l’appliquer aussitôt à moi- même, le faire en quelque sorte entrer en moi. »
Cet Essai est une illustration de « Je suis moi-même la matière de mon livre » et de la fameuse formule : « Chaque homme porte la forme entière de l’humaine condition ».

Traduction en français moderne de Guy de Pernon.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 20/11/2014.
Consulté ~18732

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *