Twain avec sa pipe

Pourquoi j’étranglais ma conscience

« L’idée d’une conscience polie ! quelle bonne plaisanterie ! quelle excellente farce ! Toutes les consciences dont j’ai entendu parler étaient brutales, boiteuses, sermonneuses, en un mot d’odieuses bêtes féroces. Oui ! et elles s’agitent toujours pour de pauvres petits riens insignifiants. Que la peste les étouffe toutes ! J’échangerais la mienne contre la petite vérole et toutes les maladies de poitrine possibles, trop heureux de m’en débarrasser. »

Traduction : François de Gail (1910).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration : Mark Twain
Livre audio ajouté le 20/01/2011.
Consulté ~9 770 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je viens de découvrir votre site un peu par hasard. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle qui nous laisse entrevoir ce que l’homme deviens quand il se débarrasse de sa conscience..
    J’ai beaucoup aimé également le ton du narrateur, précis et caustique.