Kaaba

La Légende des siècles : L’Islam (Poème)

Dans La Légende des siècles Hugo considère l’humanité « comme un grand individu collectif accomplissant d’époque en époque une série d’actes sur la terre. » Il contemple le mur des siècles où se mêlent les scènes du passé, du présent et du futur. Il consacre trois poèmes à l’Islam : L’An neuf de l’Hégire et Mahomet dédiés au prophète et Le Cèdre dédié à Seydina Omer, deuxième calife de l’islam, son compagnon.

« Le divin Mahomet enfourchait tour à tour
Son mulet Daïdol et son âne Yafour ;
Car le sage lui-même a, selon l’occurrence,
Son jour d’entêtement et son jour d’ignorance. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 03/09/2011.
Consulté ~112725

Lu par René Depasse

Suggestions

16 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. un texte riche pour la langue de moliere cependant pauvre dans son contenu. Hugo sans aucune maîtrise de l’histoire de l’islam, la trahit par des vers si beau et si loin du réel.

  2. UN GRAND MERCI UN PEU TARDIF à Alain,je n’avais pas vu que l’on pouvait répondre par forum interposé.
    je trouve ce texte magnifique et tellement d’actualité!

  3. qui peut me dire de quelle Oevre de V H est tirée la citation suivante:
    “Ils sont votre épouvante, vous êtes leur crainte”
    Merci

  4. VICTOR HUGO a aussi traduit SOURATE الزلزال c’est à dire le tremblement texte figure sur la légende des siecles

  5. Merci de ce superbe texte dont les sources sont integrees avec un lyrisme emouvant et recite avec beaucoup de talent.

  6. Mr. hugo ne parle pas d’Islam dsans ce texte:
    Par moments, il faisait mettre une femme nue
    Et la regardait, puis il contemplait la nue.
    je pense qu’il parle de la civilisation grec ou bien une autre civilisation qui ne voit dans la femme qu’une marchandise pour……
    s’il y a des fautes dans ce commentaire je suis désolé.

  7. Merci, je perçois Mr Hugo différement aujourd’hui que je viens d’écouter ce fabuleux poeme.

    Mille Merci 🙂

  8. merci pour cette innition
    une telle délicatesse je pense qu’il a décri le p’un telle façon à donner envie de s’avoire plus