Alhambra - La Cour des Lions

Les Orientales (Quatre Poèmes)

La même année – ou presque – Chateaubriand (Le Dernier Abencérage) et le jeune Victor Hugo (Grenade) qui proclamait «Je veux être Chateaubriand ou rien » nous offrent deux textes poétiques consacrés aux splendeurs de Grenade et de l’Alhambra.

Grenade (qui nous invite à un voyage en Espagne), Sara la baigneuse (très “orientale”), L’Enfant (avec la célèbre réplique finale du jeune Grec) et Fantômes (on songe à Léopoldine,plus tard) s’ajoutent aux deux versions des Djinns déjà publiées du recueil Les Orientales (41 poèmes parus en 1828).

« L’Alhambra ! l’Alhambra ! palais que les Génies
Ont doré comme un rêve et rempli d’harmonies,
Forteresse aux créneaux festonnés et croulants,
Ou l’on entend la nuit de magiques syllabes,
Quand la lune, à travers les mille arceaux arabes,

Sème les murs de trèfles flancs ! […] »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Alhambra (Grenade, Espagne) – La Cour des Lions

Livre audio gratuit ajouté le 13/06/2010.
Consulté ~18382

Lu par René Depasse

Suggestions

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *