Chez les Heureux du Monde - Miss Lily Bart

Chez les heureux du monde (Seconde Partie)

« Miss Bart, durant ce rapide échange de paroles, était demeurée admirablement calme et droite, légèrement isolée du groupe qui se tenait avec embarras autour d’elle. Elle avait pâli sous le choc de l’insulte, mais la décomposition des visages environnants ne se reflétait pas sur le sien. […]

Selden la vit risquer un coup d’œil sur les visages des autres femmes. Elle lut leur incrédulité dans leur regard détourné, comme dans la muette bassesse des hommes réfugiés derrière elles, et pendant une misérable demi-seconde, il la sentit trembler sur le bord du désastre. Puis, tournant vers lui d’un geste aisé, avec la pâle bravoure de son sourire retrouvé :

– Cher monsieur Selden, – dit-elle, – vous avez promis de me mettre en voiture… »

Dans cette deuxième et dernière partie de son beau roman (dont la première partie est déjà disponible sur notre site), Edith Wharton montre toute la cruauté feutrée de la haute société américaine du début du vingtième siècle.

Retrouvons donc la belle Lily Bart dans les salons étincelants, accompagnons-la sur de luxueux yachts en Méditerranée, mais qu’on ne s’y trompe pas : partout elle ne trouvera que pièges, fausseté et bassesse, mais peut-être trouvera-t-elle aussi au bout du chemin… le mot qui éclaircira tout.

Traduction : Charles du Bos (1882-1939).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Giacomo Puccini, Preludio Sinfonico, interprété par l’Ensemble Fulda Symphonic Orchestra, dirigé par Simon Schindler (licence Cc-By-Sa).

Livre audio ajouté le 17/06/2013.
Consulté ~20 892 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

60 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour Alice,

    Je suis heureux que vous ayez apprécié ce roman qui m’est très cher… je me souviens des heures passées en compagnie de la belle Lili Bart !
    L’oeuvre d’Edith Wharton est très volumineuse, mais il y a malheureusement peu de romans dont la traduction est libre de droits. C’est dommage, car comme vous je suis très ému par la qualité de son écriture et sa sensibilité.
    Merci en tout cas de vos encouragements et à bientôt !

  2. Bonjour Cher Vincent,
    j’avais déjà lu “chez les heureux du monde” il y a bien longtemps , je m’en souvenais , mais quel bonheur de réécouter le style , la précision , l’époque , la psychologie , la détresse

    Une grande joie que cette écoute…
    merci pour ce très beau cadeau qu’on peut savourer de multiples fois
    continuez ainsi à nous faire plaisir

    Alice

  3. Bonjour Catherine, et merci à vous !
    Oui, les insomnies sont bien pénibles, heureusement les lectures audio permettent d’adoucir le cours du temps. Je suis très sensible à votre commentaire qui me va droit au cœur ! Je penserai à vous la prochaine fois que j’enregistrerai un texte d’Edith Wharton. Malheureusement, il n’y en a plus qui soient libres de droits ; j’ai traduit quelques nouvelles, mais je ne peux pas m’attaquer à la traduction de romans complets. Mais vous trouverez d’autres de ses œuvres sur notre site, lues par moi ou par d’autres donneurs de voix.
    En tout cas merci pour votre petit mot qui ne peut que m’inciter à continuer cette activité.
    A bientôt !

  4. Pour occuper mes nuits en période d’insomnies chroniques, j’ai commencé à écouter des livres.
    Et quelle belle rencontre avec Lily !
    J’ai vraiment apprécié votre travail, le rythme de votre voix ; vous savez faire vivre les sentiments des personnages et donner de la substance et du sens aux belles phrases d’Edith Wharton.

    Charmée, j’ai enchainé avec “Au temps de l’innocence”.
    Mes insomnies sont moins pénibles désormais !

  5. Merci Erwan, je ne sais que dire tellement votre commentaire m’a touché !
    Je suis heureux que vous aimiez mon interprétation. Ce roman met en scène des personnages forts qui éveillaient en moi des sentiments très intenses, ce qui aide beaucoup à donner une interprétation vivante de leurs dialogues. C’est donc aussi la grande Edith Wharton qui doit être remerciée. Et quant à la comparaison avec André Dussolier… petit artisan bénévole, je n’ai pas la prétention de me comparer à un grand acteur professionnel. Mais je mets quand même votre beau compliment dans mon escarcelle et je dois dire qu’il me fait bien plaisir !
    Merci, merci à vous d’avoir pris le temps de me faire ce retour, qui fait chaud au cœur.

  6. Raah ! Quelle lecture ! Merci !
    Après des année, votre travail touche encore, et pour longtemps, ses auditeurs et j’ai la chance d’en faire partie.
    Vous avez été comparé à André Dussollier. Effectivement, avec votre style, vous êtes pour moi à ce niveau. Votre sourire qui transparaît ai-je lu… Oui, incroyablement, mais que dire aussi des personnages cruels que nous animez, avec certaines répliques si acides. Avec vous, on en frémit autant moralement que physiquement. Et les moments de fragilité de Lily, si poignants aussi quand vous les vivez pour nous…
    Enfin, c’est beau, quoi… (façon Jean-Pierre Marielle)
    J’ai découvert Edith Wharton grâce à vous avec “Plein été”, magnifique également. Merci aussi pour cela.

  7. Bonjour Marie et merci de vos encouragements !
    Je suis heureux de vous avoir fait apprécier ce texte. Nous avons d’autres lectures d’Edith Wharton : pas tout malheureusement car beaucoup de traductions ne sont pas encore libres de droits.
    Au plaisir de vous retrouver au détour d’une autre lecture 🙂 !

  8. Cher Monsieur de L’épine,votre lecture du roman,Chez les Heureux du Monde,est pleine de charme et restitue parfaitement le style recherché et précis d’Edith Warton… J’écoute avec bonheur et apprécie votre diction sans faute. Merci pour votre travail !

  9. • • •More