Page complète du livre audio gratuit :


COOPER, James Fenimore – Le Dernier Des Mohicans

Donneuse de voix : Christine Treille | Durée : 15h 1min | Genre : Romans


Le Dernier Des Mohicans

En Juillet 1757, Montcalm, maréchal de camp français, remonte le lac Champlain et se dirige avec ses soldats vers le fort William-Henry, tenu par le colonel Munro qui dispose de faibles moyens de défense. C’est le moment que choisissent Cora et Alice, les filles de Munro pour s’en aller rejoindre leur père. Elles sont accompagnées de David la Gamme, maître en psalmodie, du major Duncan Heyward et d’un guide indien Magua, qui a tôt fait de les égarer. Fort heureusement les voyageurs rencontrent le chasseur blanc Œil de Faucon et ses deux amis mohicans, Chingachgook et son fils, Uncas…

Le Dernier des Mohicans médite avec nostalgie sur la disparition des Amérindiens, tout en annonçant la naissance des États-Unis. Il eut un énorme retentissement en Europe, dès sa publication, comme en avaient les romans contemporains de Walter Scott.

Le style de Cooper est parfois relâché : Mark Twain s’applique à en dénoncer la simplicité et la naïveté. Mais une action soutenue, le dépaysement profond, le charme de la vie sauvage, la fascination qu’exercent les Indiens emportent tout. Cet ouvrage romantique brille par les multiples rebondissements de l’intrigue, ainsi que par les descriptions de la nature dans la région frontalière des États-Unis et du Canada (l’actuel État de New York).

Une écriture un peu vieillotte, un racisme prononcé à l’égard de certains « sauvages » toutefois compensé par une admiration sans bornes à l’égard des deux Mohicans, des dialogues parfois improbables entre les protagonistes qui utilisent un imparfait du subjonctif impeccable pourraient être des critiques à avancer. Le livre de Cooper est malgré cela un superbe roman d’aventures à ne surtout pas comparer au film de M. Mann où les héros changent de rôle et où la musique et les paysages l’emportent sur la psychologie des personnages.

Traduction : Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Chapitres 01 à 10.zip
Chapitres 11 à 21.zip
Chapitres 22 à 33.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 19 376 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

8 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Cocotte le 4 novembre 2014

    Bravo, Christine, pour cette lecture très connue, qui manquait dans la bibliothèque de L.A. Je vais l’enregistrer tout de suite et ce sera un plaisir de vous écouter et de changer un peu de pays, de siècle et d’ambiance!
    Ce choix de lecture est une excellente idée! Il y a longtemps que nous n’avions pas vu des Mohicans arriver chez nous!
    Bien cordialement
    Cocotte

  2. christine treille le 6 novembre 2014

    Merci Cocotte pour votre enthousiasme! J’espère que le roman vous plaira et vous dépaysera à souhait!

  3. St3r3o le 9 novembre 2014

    Vous nous en aviez parlé, le voici :) .
    Je ne connais pas encore cette oeuvre même si j’en ai beaucoup entendu parlé. Alors je vais me laisser guider dans ce nouveau voyage par vos soins, encore une fois :) .

  4. christine treille le 10 novembre 2014

    Je vous souhaite un excellent voyage aux confins du Canada avec nos amis les Mohicans, cher St3r3o! J’espère que vous viendrez me raconter comment étaient la route et la compagnie!

  5. Vincent de l'Épine le 31 janvier 2015

    Merci Christine de m’avoir accompagné pendant ces 15 heures (!) de repassage… pas d’un seul coup, je vous rassure :-)
    Un bien beau voyage que vous nous avez offert là. Le roman de Fenimore Cooper est plein du souffle de l’aventure, il dépeint à merveille cette période tragique mais extraordinaire de l’Amérique. C’est vrai, les dialogues ont un peu vieilli, mais cela participe aussi du charme, de la « patine » de ce très beau roman. Je trouve également que la peinture des indiens, même si elle n’évite pas toujours les écueil du « bon sauvage », reconnaît à ces peuples que les européens appelaient sauvages, une culture, une noblesse et une organisation sociale propres.
    L’aventure en elle-même est haletante, et votre voix l’accompagne merveilleusement.
    Un livre passionnant et une lecture remarquable ! Merci pour ces heures de plaisir !
    Vincent

  6. Christine Treille le 4 février 2015

    Je suis très touchée par votre commentaire Vincent et vous en remercie. J’imagine votre fer à repasser en train d’émettre des bouffée de vapeur en même temps que les calumets émettaient leurs nuages de fumée!
    Il est vrai que les commentaires d’Oeil de Faucon ne sont pas toujours élégants à l’égard des sauvages mais sa respectueuse admiration pour les deux derniers Mohicans est sincère et poignante. Un contraste curieux.
    Comme vous l’avez dit un livre passionnant à redécouvrir.
    Merci pour l’avoir fait avec moi.
    Amicalement
    Christine

  7. benjamin le 24 octobre 2015

    bonjour M.Christine Treille , voila je suis en 5°et mon professeur de francais m’a donné du travail sur ce livre: faire l’autoportrait moral et physique d’un personnage de votre choix, ses sentiments et ses relations avec les autres personnages.
    Le problème est que je n’ai rien compris à ce livre ets-ce que vous pourriez m’aider ?
    Merci
    Benjamin

  8. coraline le 14 avril 2016

    Merci pour votre lecture qui est d’une grande qualité!

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.