Page complète du livre audio gratuit :


DEGANDT, Alain – Première Leçon de ténèbres (Poème)

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 5min | Genre : Poésie


Georges de La Tour - Madeleine à la veilleuse

Par son titre, sa facture classique et sa sombre tonalité, ce poème évoque un genre musical en faveur en France aux 17ème et début du 18ème siècles, dans la liturgie catholique : les leçons de ténèbres. Ces « lectures » nocturnes des Lamentations du prophète Jérémie étaient destinées à chacun des « offices des ténèbres » de la fin de la semaine pascale. Chantées la veille dans une église où les cierges s’éteignaient l’un après l’autre au fil des versets chantés, elles appelaient un cercle généralement mondain de fidèles, proche de l’environnement de la Cour Royale, à la prière et au recueillement.

Mais ce poème est un texte laïque et moderne. Construit sur un double mouvement d’introspection et d’ouverture au monde, il invite à écouter la voix de la raison plutôt que celle de l’émotion ; la voix de la pensée libre et agissante, plutôt que celle des slogans simplistes et des anathèmes creux. Par là-même, il entend s’inscrire résolument dans la lignée du Siècle des Lumières et de ses valeurs.

Dans notre lutte contre l’obscurantisme, qui porte de si graves et douloureuses atteintes à notre humanité, il rappelle les vertus du doute et de la remise en question, afin de parvenir à raviver la flamme vacillante de notre espoir en l’Homme.

Licence Creative Commons

Première Leçon de Ténèbres.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Références musicales :

Gustav Mahler, Le Chant de la Terre – Mouvement n°6 (dernier mouvement) « Abschied » (Adieux), interprete par l’ensemble Wiener Philharmoniker, dirigé par Bruno Walter (1952, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contemporains, Poésie, ,

 

Page vue 5 369 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

15 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Shmuel R le 27 avril 2015

    Merci Alain. Souhaitons que les prochaines leçons aideront l’espoir à se relever.

  2. Plume le 27 avril 2015

    Il n’y a qu’un mot qui me vient à l’esprit : Waw !
    Je n’écoute pas tellement de poésie sur LA mais j’ai apprécié la beauté de votre texte.
    Amicalement,
    Plume

  3. cocotte le 27 avril 2015

    Comme dit parfaitement Plume : Wouah! Ce mot, dans sa sobriété exprime toute notre admiration!
    Votre texte est aussi beau que l’interprétation!
    Un grand moment!
    Merci, Alain
    Amitiés
    Cocotte

  4. Jean-Pierre Baillot le 28 avril 2015

    Je ne vous dis, Alain, ni waw ni wouah. Votre texte est, en effet, beaucoup trop gai à mon goût. Mais, votre revendication laïque (vous êtes le dernier des Mohicans !) m’est bien sympathique.

  5. Alain Degandt le 29 avril 2015

    Merci à tous les quatre pour votre amical soutien.

    - « Waouhh ! » n’est-il pas le cri poussé par une certaine Carla B. lorsqu’elle a découvert qu’une guitare pouvait éventuellement servir à aider à chanter juste et de façon audible ?

    - Cher Shmuel, comme vous, je souhaite que notre espoir se relève, sinon notre bon Jean-Pierre B.(rien à voir avec la chanteuse sus-prénommée) risque d’être atteint, à la lecture de mon prochain poème, par une attaque de neurasthénie galopante, aggravée et invalidante, qui ne lui permettra plus d’exécuter des salti-arrière renversés autour de son tipi en se donnant de grands coups de tomahawks sur le crâne ; au grand dam de Buffalo Bill, qui perdra ainsi le clou de son spectacle et se verra contraint de s’épiler la barbichette de honte et de désespoir à l’aide de sa Winchester à canon scié ! Conséquemment le monde courra à sa perte, c’est indubitable … ce sera la-men-table et nous ne nous priverons pas, à bon droit et à bon escient, de nous lamenter, c’est ce qu’on appelle un cercle vicieux (brrrh, voici encore le diable au coin de la rue !). Mais je suis en partie rassuré de n’être pas vraiment le dernier des Mohicans, car avec lui nous sommes au moins deux. Et, j’en suis certain, nos goûts respectifs, à défaut d’être toujours respectables, ne sont pas si éloignés, au moins sur ce point : je suppute, en tant qu’indien laïque, qu’à « la grotte Chauvin », il préfère, et de très loin, la « grotte de la Squaw », y’a pas photo (de torture) !

    Bien amicalement,
    ALAIN D.

  6. Jean-Pierre Baillot le 29 avril 2015

    Je ne dis pas non !

  7. agnes83 le 4 mai 2015

    J’ai choisi de lire plutôt que d’écouter. Dans la mesure où votre poème dénonce la folie des hommes et non l’inanité de la vie en général, je ne le trouve pas déprimant et il m’a bien plu. Hugh ! (pour rester dans le ton de vos commentaires, auxquels je n’ai rien compris ! :)

  8. Alain Degandt le 5 mai 2015

    Jean-Pierre, j’étais certain que ma suggestion à demi-voilée aurait votre assentiment enthousiaste ! … encore faudra-t-il que l’intéressée soit pleinement d’accord … et nos éventuelles conjointe, copine ou compagne aussi … et là, c’est une autre paire de Commanches !

    Agnès, merci de votre très aimable appréciation, qui me touche. Pour le reste, ce n’est que pirouette de clown, pathétique pitrerie sans conséquence, juste pour essayer de rire un peu.

  9. Nathanaël le 19 mai 2015

    Style ampoulé ; ça manque trop de naturel. On est bien loin du grand style clair et lumineux du siècle des Lumières dont se revendique l’auteur. Un peu de modestie, s’il vous plaît.

    Nathanaël

  10. Shmuel R le 19 mai 2015

    Cher Nathanael, apparemment, la censure de L. A. ‘ll’ a pas marché! ‘l’est passé quand même, vot’ commentaire …

  11. Alain Degandt le 20 mai 2015

    Cher Shmuel, un peu de tenue, diantre, s’il vous plait ! Vous êtes d’un débraillé !

  12. Shmuel R le 20 mai 2015

    Oh pardon ! Je vais faire un effort, j’promets …

  13. Alain Degandt le 20 mai 2015

    Merci, Nathanaël, pour votre charmant commentaire, si lumineux et d’une si remarquable humilité.

  14. Lila le 24 février 2017

    Bonsoir,
    J’ai écouté avec attention votre poème, étant à la recherche d’esprits éclairés ou qui souhaitent le devenir. Je le trouve très juste.
    Les lamentations que vous citez correspondent en effet à notre ère moderne et toute la symbolique ne parle que de la cruauté du genre humain qui finalement n’est pas digne d’être qualifiée d’être humain. Ne l’est pas qui veut…
    Jérusalem qui est assiégée de toutes parts n’est autre que le Coeur de L’Humanité et Israêl est le Collectif humain qui vont très, très mal. Mais l’espoir réside dans Sion, endroit où réside notre force qui peut relever ces genoux pliés.

  15. Alain Degandt le 26 mars 2017

    Merci Lila de l’attention que vous avez porté à ce poème. Vos commentaires vous appartiennent et l’essentiel est de garder espoir en l’homme, malgré tout.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.