Page complète du livre audio gratuit :


GARNEAU, Saint-Denys – On n’avait pas fini (Poème)

Donneur de voix : Un veilleur | Durée : 7min | Genre : Poésie


Lobster telephone

« On n’avait pas fini de ne plus se comprendre
On avançait toujours à se perdre de vue
On n’avait pas fini de se trouver les plaies
On n’avait pas fini de ne plus se rejoindre
Le désir retombait sur nous comme du feu…»

Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943).

On n’avait pas fini.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Mike Koenig, Ringing Phone et Phone Off Hook (licence Cc-By-3.0).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Poésie, , ,

 

Page vue 5 432 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

4 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. gallina le 30 septembre 2014

    Merci pour votre belle lecture!Merci pour votre voix sensuelle.
    Bien cordialement.

  2. Bruissement le 30 septembre 2014

    Une mise en scène originale et bien trouvée pour une belle interprétation, cher Veilleur, d’un texte qui nous vient des profondeurs d’une pensée dense aux évocations poétiques, dont l’auteur m’était inconnu et que je salue.
    Merci à vous, Veilleur, et bravo pour ce beau rendu!

  3. Un veilleur le 30 septembre 2014

    @gallina: C’est très aimable à vous! Merci.

    @Bruissement: Je me suis dit qu’il me fallait oser quelque chose de nouveau avec ce poème et ce poète particulièrement, dont je me sens de plus en plus proche. Qui sait, peut-être me sera-t-il donné d’en réaliser bientôt un autre enregistrement?

  4. Bruissement le 1 octobre 2014

    Cher Veilleur,
    Vous avez eu entièrement raison « d’oser quelque chose de nouveau » puisque cette nouveauté a le mérite d’être finement adaptée à la situation.
    Surtout ne vous privez pas de réaliser d’autres enregistrements de cet auteur dont vous vous sentez proche, c’est déjà un gage de bonne interprétation et… cela nous fera grand plaisir :)

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.