Page complète du livre audio gratuit :


GAUTIER, Théophile – Le Rat

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Société


Edgar Degas - La Classe de danse

La vie quotidienne des petits rats de l’Opéra du dix neuvième siècle nous apparaît comme un supplice, si l’on en croit Théophile Gautier.

« L’âge du rat varie de huit à quatorze ou quinze ans ; un rat de seize ans est un très-vieux rat, un rat huppé, un rat blanc ; c’est la plus haute vieillesse où il puisse arriver ; à cet âge, ses études sont à peu près terminées. [...] Quelle singulière destinée que celle de ces pauvres petites filles, frêles créatures offertes en sacrifice au Minotaure parisien, ce monstre bien autrement redoutable que le Minotaure antique, et qui dévore chaque année les vierges par centaines sans que jamais aucun Thésée vienne à leur secours ! [...] À l’âge où les roses de mai s’épanouissent tout naturellement sur les joues des enfants, la pauvre petite victime a déjà pâli sous le fard ; ses membres ont déjà été brisés par les tortures de la salle de danse ; les grâces naïves de la jeunesse sont remplacées chez elle par les grâces laborieuses de la chorégraphie. [...] La journée d’un cheval de fiacre ou d’un galérien est une partie de plaisir en comparaison de celle de la journée d’un rat. »

Le Rat.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Société, ,

 

Page vue 8 749 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. STOFFEL le 25 novembre 2014

    Bjr je trouve que l’impressionnisme n’est pas suffisamment traité en lecture audio .
    Seul Degas y figure pourtant ce n’est pas un veritable impressionniste .

  2. STOFFEL le 25 novembre 2014

    Je voulais parler de Manet ..

  3. emilie le 30 novembre 2014

    merci. A force de lire de la littérature romantique du 19 ème, j’avais oublié que ce siècle n’était pas toujours très jojo….

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.