⚠️ Le site est en lecture seule le temps d'une maintenance. Vous ne pouvez plus poster ni commentaires ni messages sur le forum.
Pour plus d'informations, veuillez lire le message explicatif. Patience nous revenons très bientôt !

Page complète du livre audio gratuit :


GAUTIER, Théophile – Malaga, le cirque et le théâtre

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 30min | Genre : Voyages


Malaga, les arènes au XIXème siècle

De son voyage, en 1845, au-delà des Pyrénées, Théophile Gautier a rapporté un carnet très riche d’impressions.
Malaga, le cirque et le théâtre a quatre centres d’intérêt :
1. La description minutieuse d’un périple en Andalousie de Grenade à Malaga
« Un voyage en Espagne est encore une entreprise périlleuse et romanesque ; il faut payer de sa personne, avoir du courage, de la patience et de la force ; l’on risque sa peau à chaque pas ; sans compter les privations de tous genres, l’absence des choses les plus indispensables à la vie, le danger de routes vraiment impraticables pour tout autre que des muletiers andalous, une chaleur infernale, un soleil â fendre le crâne, vous avez les factieux, les voleurs et les hôteliers, gens de sac et de corde dont la probité se règle sur le nombre de carabines que vous portez avec vous. »
2. L’assistance à une corrida dans les arènes de Malaga :
« Montés (un célèbre torero), au lieu de s’avancer comme d’habitude au milieu de l’arène, se posa à une vingtaine de pas de la barrière pour avoir un refuge en cas de malheur ; il était fort pâle, et, sans se livrer à aucune de ces gentillesses, coquetteries du courage qui lui ont valu l’admiration de l’Espagne, il déploya la muleta écarlate et appela le taureau, qui ne se fit pas prier pour venir. »
3. Une soirée au théâtre très « espagnole ».
4. Des réflexions profondes sur la littérature espagnole, ancienne et contemporaine.

La fin est la constatation du poète désabusé :
« Il ne faut donc pas trop blâmer la foule qui, en attendant, envahit le cirque et va chercher les émotions où elles se trouvent ; après tout, ce n’est pas la faute du peuple si les théâtres ne sont pas plus attrayans ; tant pis pour nous, poètes, si nous nous laissons vaincre par les gladiateurs. En somme, il est plus sain pour l’esprit et le cœur de voir un homme de courage tuer une bête féroce en face du ciel que d’entendre un histrion sans talent chanter un vaudeville obscène, ou débiter de la littérature frelatée devant une rampe fumeuse. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Chapitre 01.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Chapitre 02.mp3


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Voyages, , ,

 

Page vue 8 431 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Grandbrun214 le 29 janvier 2015

    Je viens de découvrir ce site. Bravo Monsieur René Depasse pour votre interprétation de ce texte que je ne connaissais pas. Vous mettez dans votre lecture beaucoup d’intonation ce qui permet de prendre un grand plaisir à vous écouter. Cette expérience d’une « lecture » audio ne peut qu’en appeler d’autres… Avec tous mes compliments et mes remerciements

  2. René Depasse le 29 janvier 2015

    Si vous découvrez notre site,cher Grandbrun 214,vous n’avez pas fini de vous émerveiller devant sa variété!Bonnes visites…

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.