Page complète du livre audio gratuit :


GONTCHAROV, Ivan – Oblomov (Sélection)

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 6h 20min | Genre : Romans


Ivan Gontcharov

Oblomov, aristocrate oisif, aboulique, est dans la culture russe le prototype de l’homme paresseux et médiocre, qui a renoncé à ses ambitions pour une léthargie rêveuse, qu’il vit pourtant comme un drame.

Le néologisme « oblomovisme », que Gontcharov lui-même place dans la bouche d’un ami d’Oblomov, est devenu le nom commun qualifiant une caractéristique du caractère russe.

Selon Léon Tolstoï, Oblomov est une œuvre capitale. Dostoïevski, pour sa part, affirme que le récit est « servi par un talent éblouissant ».

Texte non intégral.

Traduction : Piotre Artamov (1818-1870).

> Écouter un extrait : Préface.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Oblomov.zip




> Références musicales :

Piotr Ilyich Tchaikovsk, Lac des Cygnes Suite, Op. 20b: XIX. Pas de six: variation No. 2, interprété par l’ensemble The Philharmonia Orchestra, dirigé par Igor Markevitch (1954, domaine public).

> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Extraits), , ,

 

Page vue 14 585 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

22 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. w le 4 mai 2013

    Gentille Pomme,
    merci pour votre effort.
    Permettez-moi 2 remarques
    - un point mineur: oblomov se prononce, en russe, plus ou moins « ablòmov », mais probablement c’est un choix délibéré de le prononcer « à la française » parce que le public aime entendre prononcer les noms étrangers qu’il connaît déjà déjà dans la prononciation qu’il a toujours connue…
    - un point majeur. Oblomov est un roman magnifique, mais pourquoi vous, qui avez lu des bien plus longs romans, toujours aen version intégrale, avez décidé de lire une version si abrégée de ce roman? C’est vraiment dommage pour ce chef-d’oeuvre, non?
    (Le roman fait environ 600 pages, et j’imagine que sa lecture devrait durer au moins 20 h, peut-être davantage).

  2. pomme le 4 mai 2013

    En effet j’aurais dû signaler qu’il s’agissait d’un texte non intégral: la version texte sur Wikisource est incomplète, et j’ignore si la version intégrale existe en français. Si je la trouve, je la lirai, promis!
    Bien cordialement.
    Pomme

  3. florence le 4 mai 2013

    Merci Pomme d’avoir répondu si promptement et avec enthousiasme à nos suggestions ! J’ai lu ce roman il y a bien longtemps, c’est avec plaisir donc que je vais le redécouvrir. L’édition de gallimard en Folio n’est-elle pas intégrale ? Il me semble que oui.Merci encore

  4. AHMED le 4 mai 2013

    BONSOIR A TOUS

    JE TROUVE SUR GALLICA … QUE 17 CHAPITRES …

    CHERCHONS EN FOLIO…

    MERCI INFINIMENT CHERE POMME .

    BRGDS

    AHMED

  5. Christine Sétrin le 4 mai 2013

    Bonsoir,

    Je crains que la traduction de Piotre Artamov, lue par Pomme, ne soit la seule libre de droits.

    Les autres traductions (dont celle de la collection Folio, qui, semble-t-il, est aussi une traduction abrégée) sont beaucoup plus récentes, et de traducteurs encore vivants ou décédés dans les années 1970… (Cf. article de Wikipédia.)

    Il faudra donc attendre encore une bonne trentaine d’années pour pouvoir publier la version intégrale du roman sur Littérature audio.com…

    À bientôt,

    Ch.

  6. Gambas y Camarones le 5 mai 2013

    J’attendrai trente ans, je ne suis pas pressée.
    Cette version abrégée sera mon apéritif.
    Merci.

  7. Gambas y Camarones le 5 mai 2013

    En ce qui concerne la francisation de la prononciation du nom « Oblomov », je suis pour, et c’est une sage tradition pluricentenaire en France.

  8. Francine le 6 mai 2013

    Merci Pomme pour la lecture de ce beau roman Russe, j’adore.

  9. homosapien le 7 mai 2013

    Les Éditions L’Âge d’Homme publient en 1986 une nouvelle traduction de Luba Jurgenson. c’est celle qui est reprise par le Livre de Poche.

  10. marcelle le 10 mai 2013

    Merci pour me faire connaître de façon si agréable cet auteur. Vos lectures m’accompagnent toujours dans mes balades. Vous êtes une excellente lectrice.
    Marcelle

  11. Elise.debard le 2 juillet 2013

    En un après-midi j’avais fini. Ce fut un régal. Merci de tout
    mon cœur.

  12. Boris le 29 novembre 2013

    Bonjour Pomme,

    j’ai adoré votre lecture de ce texte!

    Après coup j’étais étonné de ne pas entendre parler d’Olga ni d’histoire d’amour… les autres commentateurs ont bien indiqué qu’en effet le texte que vous avez lu est celui de la traduction de Piotr Adamov, qui, en fait, ne reprend que ce qui, dans l’édition Folio, s’appelle la ‘première partie’. Et cette ‘première partie’ est suivie de trois autres parties…!Nous avons donc, malheureusement, à peu près un quart du roman..
    sans qu’on ait vu Stolz, l’ami antagonique d’Oblomov qui fait son apparition dans la partie suivante…

    Quelques précisions concernant les traductions (je ne fais que préciser ce que d’autres ont dit avant moi):

    1. la traduction d’Hélène Iswolsky, parue chez Gallimard (1926) est en effet ‘largement tronquée’;
    2. je n’ai trouvé aucune critique de la traduction de Luba Jurgenson (1988, Éditions de l’Age d’homme), reprise ensuite par Livre de Poche (Biblio numéro 3315), et je n’ai pas pu vérifier si elle est intégrale; mais elle dépasse de quelques dizaines de pages celle d’Arthur Adamov (voir 3.), ce qui me fait supposer qu’elle l’est peut-être…
    3. Arthur Adamov a publié sa traduction chez le Club français du livre (1959) et cette traduction est reprise dans Folio Classique (4481).
    À la page 557 de cette édition Folio l’annotateur qualifie la traduction d’Adamov de ‘remarquable par sa clarté’; mais elle est beaucoup moins fluide que celle que vous lisez; Adamov a fait des choix discutables quant à la traduction de mots russes (voir aussi page 557), et, si j’en crois Wikipédia, il aurait abrégé le texte dans la quatrième partie surtout…

    Mince! Ne trouverons-nous donc jamais une traduction complète, fluide, fiable et correcte à la fois?

    Il y aussi un problème de style.
    Il suffit de comparer la traduction d’Adamov dans Folio avec celle de Piotr Artamov, que lit Pomme et qui se trouve sur Wikisource, pour sentir la vivacité de la traduction d’Artamov, et la lourdeur, presque la gaucherie chez Adamov. Lisez aussi le préface de Charles Deulin (sur Wikisource) et vous verrez qu’on a pris soin, dans la traduction d’Artamov, de rendre la ‘finesse’ de l’original; tout cela est remplacé par une traduction lourde et inélégante chez Adamov.
    À quand donc une nouvelle traduction ’spirituelle’ d’Oblomov, qui continue celle d’Artamov?

    Vous avez aussi lu, Pomme, ‘Les âmes mortes’ de Gogol, lecture que j’ai adorée!
    Après avoir écouté votre lecture, j’ai par hasard trouvé une autre traduction récente, celle d’Anne Coldefy-Faucard (Verdier poche, 2009) – un vrai délice! Texte à déguster. On a là une traduction qui cherche à égaler l’oeuvre originale en concision, inventivité et beauté… Je ne me prononce pas sur les qualités de la traduction mais sur l’ouvrage tel qu’on le lit. Et je me suis délecté en lisant cette traduction… tout comme je l’avais fait en écoutant la lecture de Pomme.
    Je le signale pour ceux que cela pourrait intéresser!

  13. arni le 5 décembre 2013

    Merci Pomme, vous avez une tres bonne voix.

    et puisque l’on en est aux critiques :)

    Pourquoi dites vous Baby au lieu de bébé ?
    recurrent dans pas mal de livres que vous m’avez lus.

    Mais bon si c’est le seul defaut…

    Merci.

  14. pomme le 5 décembre 2013

    A Arni: je lis « baby » car le traducteur a écrit ce mot, et non « bébé ». Je crois avoir trouvé ce même mot dans « Les Ämes mortes ». Je ne saurais vous expliquer ce choix de traduction.
    Bien à vous, Pomme.

  15. Arni le 7 décembre 2013

    ok

    dans « les possedés » aussi.

    Merci

  16. Elise.debard le 23 décembre 2013

    Nouveau bonheur ,nouveau merci… Ce matin à la radio on discutait de Gontcharov. Merci infiniment de m’avoir fait connaître cet auteur.

  17. emilie le 6 août 2014

    Merci pour la lecture de ce livre magnifique. Je me permets d’insister sur le fait que les lecteurs devraient préciser si il s’agit d’une lecture intégrale ou non. Je me pose souvent la question en vous écoutant.
    Vu la description du personnage
     » aristocrate oisif, aboulique, est dans la culture russe le prototype de l’homme paresseux et médiocre, qui a renoncé à ses ambitions pour une léthargie rêveuse, qu’il vit pourtant comme un drame.’, je m’attendais à une autre personnalité. Loin de le trouver paresseux et médiocre, je lui trouve une certaine poésie… Votre lecture, Pomme est des plus agréables.

  18. pomme le 7 août 2014

    A Emilie, en effet la traduction que j’ai lue se borne à la 1ère partie du roman. Je vais donc demander à notre modératrice de rajouter sur le billet « texte non intégral ».
    Pomme

  19. Pascale le 25 mars 2016

    Bonjour Pomme,
    Quel délice de vous écouter. J’ai lu cette oeuvre, il y a longtemps, mais vous l’entendre lire, est bien autre chose. Je ne peux m’empêcher de rire de cet Oblomov dont vous vous faites si bien ressortir le tempérament aboulique.
    Merci à vous de nous procurer tant de plaisir par vos lectures.
    Amicalement
    Pascale

  20. Pomme le 25 mars 2016

    Merci à vous, Pascale. J’ai eu le même plaisir à lire ce texte qui a été pour moi une vraie découverte.
    Amitiés,
    Pomme

  21. fa le 12 août 2018

    Bonjour à tous,

    Un régal !
    Je remercie Pomme pour la qualité de sa lecture.

    Fabienne

  22. Pomme le 12 août 2018

    Très aimable à vous, Fa, de me faire ce compliment, j’y suis sensible. Merci.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.