Page complète du livre audio gratuit :


HARAUCOURT, Edmond – La Baratte

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 19min | Genre : Nouvelles


Jean-François Millet - La Lessiveuse

« – Oh ! ma foi, Dieu oui, monsieur le juge, c’est bien vrai que j’ai tué, on peut le dire, et même je n’y ai pas regret, vous savez bien. Je suis une pauvre malheureuse femme, et si vous croyez qu’il vaut mieux qu’on me coupe le cou, ce n’est pas moi, bien sûr, qui vous dédirai ; je n’en aurai pas de la peine, monsieur le juge, bien sûr ! Il faut le faire, si vous voyez que c’est mieux, et vous ne devez pas vous déranger à cause de moi, quand c’est votre idée, parce que moi, ça ne me fait rien, vrai comme je vous parle. [...] »

La Baratte.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)





> Références musicales :

Frédéric Chopin, Nocturne in B flat minor, Op. 9 no. 1, interprété par Frank Levy (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Nouvelles, ,

 

Page vue 647 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

3 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Claryssandre le 8 novembre 2019

    Quelle cruauté… édifiante (?) !!! Malgré tout non dénuée de tendresse donc très troublant ! Désolée, je ne suis pas très claire…En tout cas, ADMIRABLE lecture toute en nuances et sensibilité. Un grand merci chère Pomme et bonne soirée.

  2. Gill le 8 novembre 2019

    Il me semble que le Juge auquel s’adresse le plaidoyer de la bonne femme dans ce récit n’est autre que la lectrice et lecteur comme vous et moi.
    La misère affreuse que les deux femmes ne pouvaient ni éviter, ni encore moins effacer (maris soûlards, absence de vivres, avortons…) était courageusement subie comme un cortège de désagréments que l e sort leur a tiré. Leur acte final est, certes, répréhensible par la foi chrétienne et la loi sociale, mais en définitive, l’est-il vraiment au sens de la raison et de l’équité ?
    J’abonde dans le sens de Claryssandre quant à l’excellente qualité de la lecture.
    Bravo à vous Dame Pomme.

  3. Pomme le 9 novembre 2019

    Grand merci à vous, chère Claryssandre, pour votre indéfectible fidélité. Cruauté et tendresse se mêlent en effet dans ce récit, sur fond de misère affreuse.
    Gill, je veux bien vous accorder que la personne à laquelle s’adresse cette pauvre femme n’est peut-être que le lecteur, = subterfuge littéraire. Mais pour la question que vous posez, permettez-moi de ne pas partager le même doute que vous. Et merci pour votre chaleureux compliment.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.