Page complète du livre audio gratuit :


ANONYME – Les Deux Loups, légende amérindienne

Donneur de voix : Gilles-Claude Thériault | Durée : 4min | Genre : Contes


Anonyme - Grand-père et loup

« Tous les pays qui n’ont plus de légende

Seront condamnés à mourir de froid… »

(Patrice de La Tour du Pin)

On dit qu’on raconte cette fable amérindienne encore aujourd’hui le soir autour du Feu sacré. Cette légende cherokee fut transcrite à partir de diverses versions orales et écrites, en langue française et anglaise et trouve ici sa place : le mot légende n’est-il pas emprunté du latin legenda qui signifie « ce qui doit être lu » ?

Les Deux Loups.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



Référence musicale :

Trail of tears (La Piste des larmes), interprété par Ken Masters. (Musique sous copyright, utilisée avec l’aimable permission de son auteur)


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 8. XXIe siècle, Contes, , ,

 

Page vue 25 978 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

11 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Prof. Tournesol le 16 août 2009

    Très belle légende que tu nous transmets, Gilles-Claude. Ta lecture chaleureuse donne vraiment envie de s’installer autour du feu ! :)
    Et puis, je trouve très belle la morale de cette histoire.

  2. Gilles-Claude le 17 août 2009

    Merci Vincent (Prof. Tournesol). Merci de vos bons mots. Je trouve également que cette légende est très belle et en raison ‘de la morale’ qu’on en tire, j’ai opté pour la qualifier aussi de ‘fable’.
    Vous pouvez déjà lire sur le site le texte de ‘La Légende de la Fleur de Mai’. ‘A work in progress’ !

  3. juliette le 20 août 2009

    Merci, une lecture très plaisante, une très belle voix,un léger accent délicieux .
    Un seul problème: trop court!!
    On en redemande s’il vous plait

  4. Pierre le 28 août 2009

    Une voix imposante, calme, parfaite pour la lecture de textes aussi fort en réflexions. La métaphore des deux loups pose une vraie question sur nos actes et la manière de les rendre constructif. Une belle découverte que cette légende amérindienne!

  5. mary le 1 septembre 2009

    pour répondre à monsieur Pierre, je dirais plus qu’une voix imposante, je dirais une voix VIVANTE, qui nous accompagne. Monsieur Thériault possède ce don de nous transporter ailleurs..Il a récité cette légende amérindienne et et en l’écoutant j’étais LÀ donc ailleurs du temps réel. merci monsieur Thériault et encore une fois, votre voix nous transporte…ailleurs.

  6. Isocrate27 le 4 novembre 2009

    Très belle lecture. Certainement l’une des plus belles voix masculines sur ce réseau. Merci beaucoup.

  7. Gilles-Claude le 4 novembre 2009

    Merci ! Cela m’incite à poursuivre.
    Pour le seul plaisir de dire… et de partager…

  8. Vincent de l'Épine le 18 septembre 2012

    Merci beaucoup pour ce très beau moment porté par votre voix chaleureuse.
    Ce texte d’une beauté simple n’est pas de ceux qu’on peut oublier !

  9. Plume le 17 octobre 2012

    Merci beaucoup pour ce beau texte très bien lu. Ces Amérindiens, ils étaient forts, quand même ! Voilà une « fable », comme vous dites, dont beaucoup d’internautes devrait prendre de la graine !
    Cordialement,
    Plume

  10. Shmuel R le 18 octobre 2012

    Très belle lecture, très beau conte. Cela rappelle un peu l’histoire du Samouraï qui demandait au Bonze quelle était la différence entre le Paradis et l’Enfer. Le Bonze déclara:
    -je n’ai pas le temps de répondre aux questions stupides des imbéciles ». Le Samouraï, furieux et vexé, sortit son épée de son fourreau et dit:
    -Bonze, ta dernière heure est venue!
    L’autre répondit:
    -Cela, c’est l’Enfer.
    Le Samouraï, étonné, remit son épée dans sou fourreau. Le bonze conclut:
    -Cela, c’est le Paradis.

  11. [...] noir, oui l’humanité est complexe, multiple], ni le sens de la réalité) – mais aussi dans la spiritualité amérindienne : nous nourrissons ce sur quoi notre attention et notre crédulité se [...]

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.