Page complète du livre audio gratuit :


ROLLAND, Romain – Lettre à Tolstoï

Donneur de voix : Georje | Durée : 6min | Genre : Correspondance


Romain Rolland

À travers la lettre de Romain Rolland adressée à son ami, Léon (Lev Nikolaïevitch) Tolstoï, le 24 janvier 1897, c’est le cœur de la France qui s’interroge sur le sens de la vie à la veille de grands bouleversements dans toute l’ Europe.
« Aussi ne vous ai-je jamais oublié, et vous êtes sans cesse plus près de moi que la plupart des gens que je vois tous les jours. »

Lettre à Tolstoï.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Références musicales :

Erik Satie, Gymnopédie nº1, interprétée par Edward Rosser (domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 7. XXe siècle, Correspondance, , ,

 

Page vue 2 222 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

6 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Auroreboreale le 28 mars 2018

    Ce superbe cri du cœur évoque l’acte d’abnégation de l’officier Arnaud Beltrame…

  2. Georje le 28 mars 2018

    Hommage à ce gendarme qui a souhaité préserver la vie à travers son geste.

  3. marie grattepanche le 2 avril 2018

    Quel beau texte de Romain Rolland s’adressant à Léon Tolstoï. Oui, ne jamais renoncer à l’idéal humanisme. Toujours incliner pour le bien de l’humanité, ne jamais avoir peur de la mort quand on peut sauver une vie. Bien-sûr, on pense immédiatement à tous ceux qui périssent emportés dans un au-delà par leur volonté et leur courage.

  4. Georje le 2 avril 2018

    Effectivement Marie, je pense que R Rolland aurait aussi pu dire «  Apprendre à bien vivre ensemble pour apprendre à bien mourir »
    On a du mal à comprendre comment l’un de nos plus grands écrivains est presque tombé dans l’oubli son propre pays alors qu’il est encore reconnu aujourd’hui, dans le monde entier.

  5. Jim le 3 juillet 2018

    Le phrasé est très sensible, un vrai plaisir à écouter. Et de très belles choses dites. Très touchant cette façon d’avoir attendu des années, d’avoir eu peur de déranger, d’avoir sans doute ruminé tant à dire, et de lâcher tout ça un jour, en s’excusant d’être si long… Merci pour la découverte !

  6. georje le 3 juillet 2018

    Merci Jim et surtout, merci à Romain Rolland de nous avoir laissé de si beau texte.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.