Page complète du livre audio gratuit :


SAINT-SIMON, Louis de Rouvroy (Duc de) – Mémoires, Extraits choisis, 1707-1709

Donneur de voix : Gustave | Durée : 1h 48min | Genre : Histoire


Louis de Rouvroy duc de Saint-Simon

Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, n’a pas vingt ans quand il commence à noter ses souvenirs, « écrivant à la diable pour l’immortalité » comme dit Châteaubriand. À sa mort, soixante ans plus tard, le manuscrit est enfermé et ne paraît qu’en 1829. Danse des spectres et jeu de massacre, les Mémoires sont le chef d’œuvre de l’écriture baroque, la vision de l’histoire d’un courtisan obsédé par la race, mais touchant au sublime par la vérité de sa peinture. Ce quatrième choix d’extraits se rapporte aux années 1707-1709.

Mémoires, 1707-1709.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 5. XVIIIe siècle, Histoire, ,

 

Page vue 11 577 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

5 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. vincenzo le 10 juin 2010

    Cher Gustave, merci pour votre travail qui m’intéresse beaucoup parce que le style de Saint-Simon paraît être l’ancêtre de celui de Proust (l’auteur en langue française que j’aime le plus). Mais j’avais une question à vous poser: en considérant les quatre extraits des Mémoires que vous avez choisis et lus, n’auriez-vous atteint la même quantité (à peu près) si vous eussiez lu le premier tome en entier? De cette façon, on aurait eu un ouvrage entier au lieu de petits morceaux. Merci de nouveau, bien cordialement,

    Vincenzo

  2. Marc Ronvaux le 10 juin 2010

    Vous avez raison quant aux volumes comparés. Mon projet est cependant de parcourir, par extraits choisis, l’intégrale des Mémoires. Avec ces quatre séquences, je suis environ au premier quart. Une lecture intégrale serait certes préférable, mais l’ouvrage compte vingt tomes dans l’édition Chéruel et c’est une entreprise immense qui dépasse mes disponibilités actuelles. A la retraite, peut-être… Merci en tout cas de votre intérêt !
    Gustave

  3. Jean-Pierre le 14 novembre 2010

    Vraiment merci, Gustave, pour ces pages si belles de notre littérature auxquelles les vicissitudes de la vie ne me donnent plus d’accès direct. Sans jouer à l’instituteur, je voudrais indiquer que le prince de Conti dont notre mémorialiste nous raconte la vie et la mort en février 1709 n’est pas Louis-Armand, mais son frère, François-Louis.
    Avec toute ma gratitude.

  4. Marc Ronvaux le 14 novembre 2010

    Vous avez raison, Louis-Amand était décédé dès 1685. Le titre de l’édition Gallimard de 1990 que j’utilise pour la lecture s’avère fautif, ce qui est assez surprenant de la part d’une telle maison. Merci pour votre intérêt et votre écoute aussi savante qu’attentive…
    Gustave

  5. NOEL le 14 août 2012

    fichier non chargeable

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.