Page complète du livre audio gratuit :


THACKERAY, William Makepeace – Mémoires d’un valet de pied

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 4h 54min | Genre : Romans


Memoires d un valet de pied

« Dès que j’eus mis mon maître à l’aise, je fis ce que doit faire tout bon domestique : je vidai ses poches et j’examinai les papiers qu’elles renfermaient. C’est là une précaution que je ne saurais trop recommander à mes confrères… dans l’intérêt de leurs maîtres, cela va sans dire. »

Avec les Mémoires d’un valet de pied (The Yellowpluch papers, 1837), Thackeray nous narre les aventures de John-Herbert-Sigismond-Fitz-Roy de la Pluche, respectable valet de pied, et son ascension dans les offices des meilleures maisons de Londres et de Paris. Après quelques aventures cocasses en compagnie de ses deux premiers maîtres, il entrera au service de la plus haute aristocratie britannique…

Avec une féroce drôlerie, et une amoralité réjouissante, William Makepeace Thackeray nous fait le portrait d’une société de coquins. Serviteurs, maîtres, aristocrates : pas un pour rattraper l’autre, ce n’est partout que fausseté, cupidité et trahison, pour le plus grand plaisir du lecteur.

Traduction : William Little Hughes (1822-1887).

Illustration : William Adolphe Bouguereau, Portrait d’homme (1850).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Mémoires d’un valet de pied.zip




> Références musicales :

Conradin Kreutzer, Grand Septet Eb, Op. 62, Allegro vivace, (European Archive, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 7 177 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

20 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Delphine de V. le 27 février 2018

    Ah le voici le voilà ! Quel bonheur !
    J’ai appris une mauvaise nouvelle aujourd’hui:
    vous arrivez donc pile-poil dans ma journée pour chasser le vilain nuage gris qui voulait s’installer.
    Un immense merci, cher Vincent de l’Épine !

    Je viens de lire votre billet dans le forum
    -il est 13h. chez nous-
    j’apprécie beaucoup les détails que vous y soulignez.
    Ce que nous avons de la chance de vous avoir comme DDV !

    (*⌒▽⌒*)♪ ♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪:;;;:♪

  2. christian le 27 février 2018

    Bonjour,
    J’avais beaucoup apprécié vos précédents enregistrements. Je ne doute pas un instant que celui ci ne soit aussi bon.
    Merci.

  3. Vincent de l'Épine le 28 février 2018

    Merci Delphine et Christian de votre confiance, j’espère que cet enregistrement vous plaira également. Bonne écoute :-) !
    Delphine, j’espère que cela contribuera, à son petit niveau, à chasser ce vilain nuage gris. Bon courage à vous !

  4. Régis le 28 février 2018

    Cruauté et cynisme … votre ton était tout à fait adapté au contenu de cette histoire . Que de méchantes personnes !

  5. Romain le 28 février 2018

    Quels bons moments j’ai passés en écoutant votre talentueux récit !
    O vanité des vanités! Il fait bon rire de ces classes sociales gorgées de snobisme :)

    Merci à Delphine d’avoir proposé cette lecture et merci à vous, M. de l’Épine, de l’avoir si bien rendu !

  6. Vincent de l'Épine le 1 mars 2018

    Bonjour Régis et Romain,
    Merci à vous de vos petits mots ! Je suis heureux que cette lecture vous ait plu.

  7. Lyse le 2 mars 2018

    Quel amusant choix d’enregistrement !
    Bravo, M. de l’Épine ! Votre lecture est savoureuse !

  8. Vincent de l'Épine le 2 mars 2018

    Merci Lyse, votre commentaire me fait bien plaisir ! Il faut avant tout remercier Delphine, qui m’en a suggéré l’idée, et M. Thackeray lui-même :-) . Je vous recommande également « La foire aux valités », merveilleusement lu par André Rannou, et qui comporte aussi quelques traits de satyre « bien sentis »… mais sans doute l’avez-vous déjà écouté :-)
    Merci de votre retour.

  9. Isabelle le 5 mars 2018

    Cher Vincent, votre voix se prête à merveille à ce récit plein d’ironie et de cynisme. Qui mieux que vous aurait pu nous lire ces mémoires ? Ce fut un plaisir de vous écouter, du premier au dernier mot. Un grand bravo à vous.

    Plus j’écoute les lectures présentes sur ce site et plus je me rends compte qu’au-delà d’une simple addition de mots prononcés, ces lectures sont un vrai travail d’interprétation que chaque donneur de voix réussit à merveille, chacun à sa façon. Quel bonheur pour nous !

    Comme vous le mentionnez dans votre réponse à Lyse, je vous de ce pas télécharger « la foire aux vanités ». Si c’est aussi excellent, je vais me régaler !

    Quelle va être votre prochaine lecture ?

  10. Vincent de l'Épine le 6 mars 2018

    Bonjour Isabelle,
    Merci à vous, votre commentaire me touche beaucoup ! Vous avez raison, lire un livre à haute voix, c’est déjà une forme d’adaptation de l’oeuvre. Chaque adaptation est différente, c’est pourquoi il est tellement intéressant d’offrir des versions différentes sur notre site. Il y a un ton à trouver, et pour moi c’est toujours le premier travail à réaliser. C’est pourquoi je relis toujours deux fois un texte avant de me lancer dans son enregistrement : la première fois pour me pénétrer de son ton général, et la seconde en anticipant déjà ma lecture, en imaginant la façon de dire les dialogues, les descriptions, les noms des personnages. Cela est d’autant plus vrai pour un roman écrit à la première personne comme celui-ci.
    Je suis heureux en tout cas que cette lecture vous ait plu. Ma prochaine lecture sera très différente : un roman fantastique de M.P. Shiel, écrit en 1901, « Le Nuage pourpre ». Mais comme cette oeuvre est assez longue, j’intercalerai peut-être une ou deux nouvelles.
    Bien amicalement

  11. Joël le 6 mars 2018

    Cher Vincent, vous êtes le chouchou du site. Déjà 10 commentaires, alors qu’aucune autre lecture parue depuis le 27 février n’a encore eu de commentaire. Mais vu l’application que vous mettez à vos lectures, tout cela est bien mérité!

  12. Vincent de l'Épine le 7 mars 2018

    Merci Joël,
    N’oubliez pas que la moitié des commentaires sont mes propres réponses :-)
    Merci de vos compliments, qui me touchent car il est vrai que je fais le maximum pour vous offrir des lectures soignées. Ensuite, c’est évidemment affaire de goût !

  13. Gaëlle le 11 mars 2018

    On aimerait écouter encore ce valet de pied nous conter ce qu’il advient du mariage du comte et de lady Griffin ! Merci pour cette lecture divertissante, dont vous rendez parfaitement le piquant et l’ironie.

  14. Vincent de l'Épine le 12 mars 2018

    Merci Gaëlle,
    Ne nous inquiétons pas trop pour eux ; la profondeur de leurs sentiments et leur tendresse mutuelle est un gage de réussite pour cette émouvante union… Merci de vos encouragements, qui sont très précieux !!!

  15. Georje le 9 mai 2018

    Il serait difficile de trouver meilleure lecture pour un auditeur; c’est un peu le sentiment qu’on a quand on est assis dans un bon fauteuil.

  16. Vincent de l'Épine le 11 mai 2018

    Merci Georje !
    Vous me faites bien plaisir, j’espère donc que vous étiez confortablement installé !
    Merci à vous pour avoir pris le temps de me laisser ce petit mot.

  17. emilieemilie le 21 août 2018

    Belle illustration de la citation d’Erich Fromm « L’amour paternel a ceci de négatif qu’il doit être mérité, qu’il peut être perdu si l’on déçoit son attente.
    Vincent nous allons finir par penser que vous aimez les personnages immoraux…
    Merci beaucoup pour cette lecture!

  18. Vincent de l'Épine le 27 août 2018

    Bonjour Émilie Émilie, merci pour vos encouragements et pour cette citation très juste (mais qui met un peu la pression sur le père que je suis !).
    C’est vrai, vous l’avez remarqué, j’adore interpreter les personnages immoraux, surtout s’ils se dissimulent derrière une apparence respectable : que ce soit le comte de Crabbs ou son distinguė fils, ou Long John Silver, ou la Mrs Slade de « Fièvre romaine »… Mais rassurez vous je pense (ou du moins j’espère) que ce sont des rôles de composition.
    Au plaisir de vous retrouver bientôt.

  19. Cocotte le 27 août 2018

    Cher Vincent
    Je viens de terminer l’écoute du Valet de Pied, digne compagnon de la Femme de Chambre.
    Les divers « patrons » de ce valet sont très amusants et d’une amoralité jubilatoire. Vous incarnez John avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité. Vous excellez dans les rôles de composition, je l’ai toujours pensé et dit.
    Je me pose tout de même une question : comment un balayeur de rue peut-il payer les services d’un valet de pied? Est-ce une profession tellement lucrative? Question intéressante en ces jours de rentrée scolaire.
    Merci pour ces belles et bonnes heures passées en votre compagnie. Il n’existe pas d’autres histoires de domestiques qui savent juger leurs patrons? Vous nous amuseriez encore.
    Amicalement
    Cocotte

  20. Vincent de l'Épine le 30 août 2018

    Merci Cocotte, votre commentaire me touche beaucoup !
    Eh oui vous avez raison, j’adore ce genre de rôle ; ce sont les plus amusants mais aussi bien souvent les plus intéressants car il y a souvent une frontiere subtile à trouver entre cynisme et sentiment.
    Pour la profession de balayeur, ne nous précipitons pas pour la recommander à nos enfants ou petits-enfants… Je crois que dans ce roman le balayeur gagné bien sa vie car il officie près d’une banque et doit ramasser un peu de pieces… reconnaissons que ce n’est pas la la partie la plus vraisemblable du roman !
    Bien à vous

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.