Page complète du livre audio gratuit :


VERNE, Jules – Hector Servadac

Donneur de voix : Vincent de l’Épine | Durée : 14h 6min | Genre : Romans


Hector Servadac

«Quelle ne fut pas la surprise du capitaine Servadac, lorsque, après une heure et demie de promenade, il aperçut au-dessus de l’horizon une forte lueur dont les rayons se tamisaient à travers le rideau de nuages.

« La lune ! s’écria-t-il. Mais non, ce ne peut pas être elle ! […] Non ! ce n’est pas la lune ! Elle ne produirait pas une lumière aussi intense, à moins qu’elle ne se fût singulièrement rapprochée de la terre. »
En effet, la lumière développée par cet astre, quel qu’il fût, était si considérable, qu’elle traversa l’écran des vapeurs, et un véritable demi-jour se répandit sur la campagne.
« Serait-ce donc le soleil ? se demanda l’officier. Mais il n’y a pas cent minutes qu’il s’est couché ! Et pourtant, si ce n’est ni le soleil ni la lune, qu’est-ce donc ? Quelque monstrueux bolide ? Ah ! mille diables ! »

Avec Hector Servadac, Jules Verne nous convie à un extraordinaire voyage dans le système solaire.
Le lecteur du XXIème siècle pourra se délecter d’un savoureux mélange de pure fantaisie et de rigueur scientifique.
L’éditeur Pierre-Jules Hetzel, dans la préface, précisait en effet : « L’extrême fantaisie s’y allie à la science sans l’altérer. C’est l’histoire d’une hypothèse et des conséquences qu’elle aurait si elle pouvait, par impossible, se réaliser. »

Il s’agissait déjà, en 1877, d’une magnifique définition de la science-fiction.

Illustration originale de Paul Philippoteaux (1846-1923), édition Hetzel.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Première Partie.zip
Deuxième Partie.zip




> Références musicales :

Mister M, Ouverture, extrait de l’album Intermedium (licence Cc-By-Nc-3.0).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), ,

 

Page vue 11 855 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

22 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. Vincent de l'Épine le 11 janvier 2016

    Avertissement –
    Chez Jules Verne, la psychologie des personnages est souvent décrite avec une certaine simplicité. Cette simplicité induit parfois, comme c’est ici le cas, des visions très caricaturales des autres nationalités : les anglais sont flegmatiques, les russes sont nobles, les Noirs simples et fidèles, et les juifs sont cupides.
    Dans ce roman, le personnage du juif Isaac Hakkabut est particulièrement caricatural.
    Preuve que l’esprit du grand auteur, s’il était incontestablement éclairé, ne l’était pas dans tous les domaines. Ce travers, qui ne concerne qu’une partie de l’oeuvre, ne doit pas être nié, mais le roman ne doit pas non plus être réduit à cette seule caractéristique. J’espère que cela ne vous arrêtera pas, et que vous connaîtrez, en suivant les extraordinaires aventures du Capitaine Servadac dans le système solaire, le même ravissement que j’éprouvai, étant enfant, en découvrant ce livre dans la bibliothèque de mes parents.

  2. christian le 11 janvier 2016

    Bonjour Monsieur,
    Je vous remercie beaucoup d’avoir enregistré cette oeuvre de J. Verne. Votre excellente diction s’ajoutera certainement au plaisir de redécouvrir cet ouvrage.
    Quant au commentaire à propos des convictions de l’auteur, il me semble hélas bien dans l’air du temps. On peut relever le même genre de travers concernant les juifs, les femmes, les militaires, le temps qui n’est plus ce qu’il était, que sais je encore dans pratiquement tous les auteurs disparus ayant eu un peu de succès.
    Quoi qu’il en soit, encore une fois un grand merci d’avoir lu ce livre.
    christian

  3. Claire-Marie le 12 janvier 2016

    Ce roman m’est totalement inconnu! Je m’empresse donc de le découvrir.
    Quant aux personnages, leur description est le fruit de l’époque à laquelle vivait l’auteur. Donc pas d’étonnement à avoir. Le paternalisme colonial et souvent raciste était de mise au XIXeme siècle et est quasi systematique chez Jules Verne. Relire l’Ile mystérieuse et autres romans mettant en scène des domestiques africains, par exemple.
    L’antisémitisme était aussi courant en France.

    Nous sommes aussi le fruit de notre époque et, là où, il y a quelques années, aucun avertissement n’aurait été nécessaire car chacun aurait bien sûr pris en compte ces données culturelles passées (inacceptables évidemment ! ) dans sa compréhension du roman , aujourd’hui , le donneur de voix ressent la nécessité de rappeler qu’il ne cautionne pas tout ce qu’écrit l’auteur.
    Je salue son geste et en même temps le regrette : notre société est-elle devenue si bête qu’elle ne sait plus faire la part des choses et les remettre dans leur contexte historique ?

  4. colin le 12 janvier 2016

    Bonjour,
    Quelle merveilleuse surprise , un de mes auteurs préférés lu par vous monsieur ,merci cela va nous changer des grands « bourgeois et bourgeoises » qui s’ennuient et que j’écoute que pour votre voix ,joli cadeau d’anniversaire . Merci

  5. Vincent de l'Épine le 12 janvier 2016

    Bonjour et merci à vous tous pour la gentillesse (et la pertinence !) de vos commentaires.

    Colin, je vous souhaite donc un joyeux anniversaire ! Mettez le nombre de bougies qui convient :-) sur ce livre audio, et j’espère que vous aurez plaisir à le déguster !

    Christian, Claire-Marie, merci également. Vous avez raison, peut-être aurais-je du faire plus confiance dans la capacité des audiolecteurs à faire la part des choses et à remettre le roman dans son contexte historique. Vos commentaires ont très bien expliqué les choses, mieux que je ne l’avais fait moi-même.
    Mon « avertissement » avait surtout pour objet d’éviter un débat stérile sur ces questions. J’espère qu’il ne va pas déclencher ce qu’il était précisément destiné à éviter !

    Grand grand merci en tout cas pour vos encouragements à tous !
    Amicalement
    Vincent

  6. Claire-Marie le 13 janvier 2016

    Cher Vincent,
    Je me permets d’intervenir une seconde fois et ce pour la dernière fois j’espère, sur le thème des considérations racistes contenues dans le livre.
    Ambiance antisémite du XIX ème siècle mise à part, j’ai trouvé le traitement du personnage d’Isac Hakhabut par l’auteur particulièrement nauséabond.On est dans l’insulte et pas dans le paternalisme racial « habituel » des auteurs de l’époque. Et encore ne suis-je qu’à la moitié du roman!
    Je suis donc allée faire quelques recherches. Oh pas bien loin, sur Wikipedia !
    Et j’ai trouvé la raison: la vengeance personnelle ! La vengeance bête et méchante qui montre qu’on peut être un auteur respecté tout en restant un homme qui utilise sa puissance médiatique (excusez l’anachronisme) pour faire retomber sur toute une communauté les griefs qu’il a contre quelques individus…Je vous épargne l’expression de ma déception et de mon dégoût face à de tels procédés mais les sentiments sont là.
    Je laisse donc ci-dessous le lien vers l’article Wikipedia.
    C’est peut être cette violence inhabituelle chez Verne qui a suscité votre instinctive envie de publier votre avertissement (excusez mon intrusion pseudo psychologique ! 😉 )
    Voilà le triste mystère de cette violence littéraire expliqué et ce n’est pas à l’honneur de l’auteur. Heureusement, il y a tous les autres romans..
    Bien, je m’en vais quand même retrouver nos naufragés célestes car, en dehors de ces passages peu glorieux qui m’ont franchement indisposée, il y a une histoire dont je veux connaître la fin et sur laquelle il y a matière à discuter, d’un point de vue purement littéraire cette fois!
    Espérant avoir été utile à mes amis audiolecteurs,
    Bien amicalement
    CM

    le lien —-》 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Hector_Servadac

  7. Vincent de l'Épine le 13 janvier 2016

    Merci à vous Claire-Marie pour ces précisions.

    J’espère que ces travers, qu’il ne faut pas nier, ne décourageront pas les visiteurs d’écouter ce roman de Jules Verne, qui vaut pourtant le détour par l’originalité de la situation, et l’extraordinaire voyage qu’il nous fait accomplir !

    S’il plait aux audio-lecteurs, j’enregistrerai également « Les naufragés du Jonathan », l’une de ses derniers romans, peu connu mais qui figure parmi mes préférés.

    Merci à vous pour l’intérêt que vous montrez pour mes lectures.
    Amicalement

  8. Claire-Marie le 13 janvier 2016

    Je vote POUR l’enregistrement des Naufragés du Jonathan ! J’espère ne pas être la seule!
    CMS

  9. apikin le 17 janvier 2016

    Un grand merci pour ce Jules Verne …et pour tous les autres… s’il vous plaît de les lire .
    Je retrouve toujours vos lectures avec autant de plaisir .
    Cordialement.
    apikin

  10. Vincent de l'Épine le 17 janvier 2016

    Grand merci à vous Apikin, votre commentaire me fait très plaisir. Je suis en train de relire « Les Naufragés du Jonathan », et j’y retrouve le même plaisir que lorsque je l’ai découvert étant plus jeune. Je le proposerai donc très probablement sur notre site ; mais c’est un gros morceau ! Ce ne sera donc pas pour tout de suite !
    Merci en tout cas pour votre retour.
    Cordialement

  11. monsieur COIGNE le 18 janvier 2016

    Bonjour Vincent,
    Je viens juste d’écouter l’extrait du livre de Jules VERNE
    dernièrement paru de vous sur le site.
    Je n’ai encore jamais lu de romans de cet auteur, et simplement déjà
    l’extrait de « 20000 lieues sous les mers » lu par vous.
    Quelle admirable diction, quelle excellente intonation !
    Et tout cela avec par ailleurs une parfaite prise de son !
    Tout cela me donne l’envie d’en écouter, lu par vous.
    Ce qui m’a toujours ralenti jusque-là, c’est la longueur des romans…
    Mais peut-être, qui sait…
    Encore merci pour ces dons et ces partages.
    Daniel

  12. Jawhar le 18 janvier 2016

    Monsieur de L’épine,

    Serait-il possible je vous prie de me contacter par email ? Je souhaiterais vous soumettre un projet de lecture audio.

    Merci d’avance pour votre temps :)

  13. Vincent de l'Épine le 19 janvier 2016

    Merci de vos encouragements Daniel !
    Même si je dois avouer que l’extrait que vous avez écouté de « 20.000 lieues sous les mers » n’est pas lu par moi, mais par l’excellent Damien Genevoix.
    Jawhar, je viens de vous envoyer un mail.
    Merci à tous deux
    Vincent

  14. Sans-Dents le 22 janvier 2016

    Merci beaucoup, Vincent de l’Épine, pour cette lecture.

    J’ignorais l’existence de ce roman.

    Comme le monde est devenu pesant ! Faut-il donc qu’un donneur de voix s’excuse pour un auteur qui pratiquerait l’amalgame ou l’approximation ?
    Comme est étouffant le politiquement correct !

    Et ces auto-flagellations que je lis dans certains commentaires !

    Sans dents, mais avec des oneilles.

  15. Shmuel R le 22 janvier 2016

    Merci Vincent pour cette admirable lecture d’un roman passionnant

  16. Vincent de l'Épine le 22 janvier 2016

    Grand merci à vous Shmuel pour vos encouragements ; je suis heureux que ce roman vous ait plu.

  17. sigrid coz le 23 février 2016

    Je viens de terminer mon voyage avec Hector
    Servadac et ses compagnons. . Quelle Imagination que celle de Jules*Verne.
    Votre lecture de ce texte est une merveille. Merci
    Sigrid

  18. Vincent de l'Épine le 24 février 2016

    Bonjour Sigrid,
    Grand merci à vous aussi pour m’avoir fait ce retour, qui fait énormément pour ma motivation à continuer !
    Je suis heureux que vous ayez aimé cet extraordinaire voyage.

  19. régis le 9 mars 2018

    Magnifique lecture , Vincent ! J’ai adoré…surtout la fin qui est émouvante et nous recolle, comme ces aventuriers à la réalité. L’arrivée sur la Terre m’a donné la chair de poule ! J’ai davantage aimé ce roman que  » les naufragés du Jonathan » qui reprends un peu cette thématique de l’isolement, la vie sociétale ainsi que le héros charismatique et juste.

  20. Vincent de l'Épine le 10 mars 2018

    Bonjour Régis,
    Merci à vous !
    « Hector Servadac » et « Les Naufragés du Jonathan » sont des romans très différents, mais vous avez raison, ils illustrent tous les deux la survie d’un groupe humain coupé de tout et ses efforts pour survivre, même si le ton est très différent… Je n’avais jamais fait ce rapprochement, même s’il s’agit de mes deux Jules Verne préférés (avec l’Île Mystérieuse, d’ailleurs…)
    Merci de votre analyse !
    Vincent

  21. Coraline le 8 octobre 2018

    Cher Vincent,
    Je dois d’abord vous remercier pour votre très bonne lecture et votre ton parfait comme toujours mais cette fois ci je n’ai pas du tout aimé le récit et je n’ai pas réussi à me laisser porter par l’histoire.
    J’étais prévenue de ce mélange entre fiction et rigueur scientifique mais il m’aura vraiment gênée tout du long par le fait vraiment trop invraisemblable de ce passage de personnages de la Terre à une comète!! (même si je sais que c’est une fiction mais je suis incorrigible là dessus !!)
    Je m’en vais trouver parmis vos lectures des récits plus terre à terre qui correspondent plus à mes goûts ! ;)

  22. Vincent de l'Épine le 9 octobre 2018

    Bonjour Coraline,
    Vous avez raison, l’argument scientifique est bien mince :-) . L’éditeur avait d’ailleurs pris les devants dans sa préface, que j’évoque dans la description du billet.
    Tous les goûts sont dans la nature ! Je suis plutôt un esprit cartésien, et pourtant, je trouve qu’il se dégage malgré tout de cette histoire une sorte de poésie surannée assez charmante. Peut-être aussi est-ce parce que j’ai découvert ce livre tout jeune : c’est l’un des premiers livres que j’ai lus, et il gardera toujours pour moi cette aura de merveilleux.
    Merci à vous d’avoir partagé vos impressions !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.