Livres audio gratuits de la catégorie 'Biographies' :


NECKER DE SAUSSURE, Albertine-Adrienne – Notice sur le caractère et les écrits de madame de Staël (01. Jeunesse)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 56min | Genre : Essais


Albertine Necker de Saussure

Pour commémorer le bicentenaire de la mort de madame Germaine de Staël, décédée le 14 juillet 1817, à Paris, voici la Notice sur le caractère et les écrits de cette femme exceptionnelle, par la qualité de son écriture et de ses réflexions politiques.

Ce très beau texte a été écrit par madame Albertine Necker de Saussure, née de Saussure, fille du naturaliste, et épouse du botaniste Jacques Necker, neveu de monsieur Necker, ministre de Louis XVI et père de Germaine de Staël.

Ces pages très bien écrites, d’un style aéré et précis, sensible et juste, sont une introduction pour la première édition des œuvres de Germaine de Staël, en 1821.

Ici, l’introduction et la partie évoquant l’éducation et la jeunesse de mademoiselle Germaine Necker vous sont proposées.

Suivront dans un très prochain audiolivre, les pages très intéressantes de madame Necker de Saussure concernant les écrits de sa cousine par alliance, qui toute jeune montrera un talent, une verve, une capacité de réflexion associée à une sensibilité remarquables.

Illustration : Albertine Necker de Saussure.

À suivre : 02. Les Écrits ; 03. Vie domestique et sociale de Madame de Staël.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 52 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 19, début)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Histoire


Charles Nodier - Les Sociétés secrètes de l'armée

Société secrète demeurée mystérieuse, l’association des Olympiens semble bien avoir existé. Mais a-t-elle eu une grande importance ? Charles Nodier aurait exagéré son rôle et son influence dans l’armée et Desmarets a voulu, dans ses mémoires, réduire son importance à rien.
Où est la vérité ?
Peut-être dans le récit de Vidocq du chapitre 19 consacré aux Olympiens et aux Philadelphes ?

« Les olympiens précédèrent de plusieurs années les philadelphes, avec lesquels ils se confondirent plus tard. L’origine de leur société est un peu antérieure à l’époque du sacre de Napoléon. On assure qu’ils se réunirent pour la première fois à l’occasion de la disgrâce de l’amiral Truguet, destitué parce qu’il avait voté contre le consulat à vie. »

Amateurs d’Histoire, voici le début de ce chapitre et ses sous-titres :

Je suis admis dans l’artillerie de marine. — Je deviens caporal. — Sept prisonniers de guerre. — Sociétés secrètes de l’armée ; les olympiens. — Duels singuliers. — Rencontre d’un forçat. — Le comte de L***, mouchard politique. — Il disparaît. — L’incendiaire. — On me promet de l’avancement.

Illustration : Charles Nodier, Les Sociétés secrètes de l’armée (1897).

Chapitre 19 (début).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 760 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 18, fin)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 56min | Genre : Biographies


Maurice Orange - Le Retour des corsaires en 1806

C’est peut-être l’histoire du lieutenant Fleuriot, second du capitaine Paulet, qui est la plus attachante du chapitre XVIII des Mémoires de Vidocq dont voici le contenu de la deuxième partie :

Le lion d’argent. — Le capitaine Paulet et son lieutenant. — Les corsaires. — Le bombardement. — Le départ de lord Lauderdale. — La comédienne travestie. — Le bourreau des crânes. — Neuvième Henri et ses demoiselles. — Je m’embarque. — Combat naval. — Le second de Paulet est tué. — Prise d’un brick de guerre. — Mon sosie ; je change de nom. — Mort de Dufailli. — Le jour des rois. — Une frégate coulée. — Je veux sauver deux amants. — Une tempête. — Les femmes des pêcheurs.

Illustration : Maurice Orange, Le Retour des corsaires en 1806 (XIXe).

Chapitre 18 (Fin).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 846 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 18, début)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 46min | Genre : Biographies


Vidocq poursuivi par les gendarmes

La vie traquée de Vidocq parmi les bandits est peu fertile en épisodes amoureux. Retenons celui du passage chez la vieille mère Thomas :

« Je n’ai pas besoin de dire quelle était la profession de la belle blonde, je l’ai suffisamment indiquée. Magdelaine la Picarde était une grande fille, âgée de vingt-trois ans environ, remarquable par la fraîcheur de son teint autant que par la beauté de ses formes ; elle se faisait gloire de n’appartenir à personne, et par principe de conscience, elle croyait se devoir tout entière à l’armée et à l’armée tout entière : fifre ou maréchal d’empire, tout ce qui portait l’uniforme était également bien accueilli chez elle ; mais elle professait un grand mépris pour ce qu’elle appelait les péquins. Il n’y avait pas un bourgeois qui pût se vanter d’avoir eu part à ses faveurs. »

Contenu du début du chapitre 18 :

Continuation de la même journée. — La Contemporaine. — Un adjudant de place. — Les filles de la mère Thomas.

Illustration : Vidocq poursuivi par les gendarmes, par George Cruikshank (1859).

Chapitre 18 (Première Partie).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 150 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GORKI, Maxime – En gagnant mon pain

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 10h 16min | Genre : Biographies


Alexey Venetsianov - Jeune Paysan

Ce récit est la suite de Ma vie d’enfant.
Terrible portrait de la Russie au XIXe siècle.
Dès 9 ans, le jeune Gorki commence à travailler. Il plonge dans un univers foncièrement amoral, plein de promiscuité, de saletés et d’obscénités, de violences, d’humiliations, et aussi, d’un ennui exaspérant.
Heureusement, il découvre la littérature qui lui permet de survivre et attise son désir d’apprendre.

Traduction : Serge Persky (1870-1938).

> Écouter un extrait : Partie 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 220 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAINTE-BEUVE, Charles Augustin – Portraits littéraires : Molière

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 2h 4min | Genre : Essais


Molière

Portrait critique et littéraire de Molière par Sainte-Beuve.

Extrait : « Molière est du siècle où il a vécu, par la peinture de certains travers particuliers et dans l’emploi des costumes, mais il est plutôt encore de tous les temps, il est l’homme de la nature humaine. Rien ne vaut mieux, pour se donner dès l’abord la mesure de son génie, que de voir avec quelle facilité il se rattache à son siècle, et comment il s’en détache aussi ; combien il s’y adapte exactement, et combien il en ressort avec grandeur. Les hommes illustres ses contemporains, Despréaux, Racine, Bossuet, Pascal, sont bien plus spécialement les hommes de leur temps, du siècle de Louis XIV, que Molière. Leur génie (je parle même des plus vastes) est marqué à un coin particulier qui tient du moment où ils sont venus, et qui eût été probablement bien autre en d’autres temps. Que serait Bossuet aujourd’hui ? qu’écrirait Pascal ? Racine et Despréaux accompagnent à merveille le règne de Louis XIV dans toute sa partie jeune, brillante, galante, victorieuse ou sensée. Bossuet domine ce règne à l’apogée, avant la bigoterie extrême, et dans la période déjà hautement religieuse. Molière, qu’aurait opprimé, je le crois, cette autorité religieuse de plus en plus dominante, et qui mourut à propos pour y échapper, Molière, qui appartient comme Boileau et Racine (bien que plus âgé qu’eux), à la première époque, en est pourtant beaucoup plus indépendant, en même temps qu’il l’a peinte au naturel plus que personne. Il ajoute à l’éclat de cette forme majestueuse du grand siècle; il n’en est ni marqué, ni particularisé, ni rétréci; il s’y proportionne, il ne s’y enferme pas. »

Portraits littéraires : Molière.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 729 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

VIDOCQ, François – Mémoires (Chapitre 17)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h | Genre : Biographies


Thomas-Charles Naudet - Vue du port de Boulogne (180?)

L’essentiel de ce chapitre est consacré à montrer aux « jeunes » le danger qu’ils encourent à se laisser embrigader par des recruteurs qui ont le bagout de M. Belle-Rose.

« Jeunes gens qui m’entourez, vous n’êtes pas sans avoir entendu parler du pays de Cocagne ; c’est dans l’Inde qu’il faut aller pour le trouver, ce fortuné pays ; c’est là que l’on a de tout à gogo.
Souhaitez-vous de l’or, des perles, des diamants ? Les chemins en sont pavés ; il n’y a qu’à se baisser pour en prendre, et encore ne vous baissez pas, les Sauvages les ramassent pour vous.
Aimez-vous les femmes ? il y en a pour tous les goûts… Avez-vous la passion du vin ? c’est comme les femmes, il y en a de toutes les couleurs, du malaga, du bordeaux, du champagne, etc… Je ne vous parle pas du café, des limons, des grenades, des oranges, des ananas, et de mille fruits délicieux qui viennent là sans culture, comme dans le Paradis terrestre. [...]
Oui, messieurs, je le répète, tout cela est vrai, très vrai, excessivement vrai : la preuve, c’est que le roi de France, Sa Majesté Louis XVI, qui pourrait presque m’entendre de son palais, m’autorise à vous offrir de sa part tant de bienfaits. »

Contenu du chapitre 17 :

Le coup de Boulogne. — La rencontre. — Les recruteurs sous l’ancien régime. — M. Belle-Rose.

Illustration : Thomas-Charles Naudet, Vue du port de Boulogne (180?).

Chapitre 17.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 848 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAINTE-BEUVE, Charles Augustin – Portraits littéraires : La Fontaine

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 34min | Genre : Essais


Ste Beuve Portraits litteraires.gif

« La Fontaine dépensait son génie, comme son temps, comme sa fortune, sans savoir comment, et au service de tous. Si jusqu’à l’âge de quarante ans il en parut moins prodigue que plus tard, c’est que les occasions lui manquaient en province, et que sa paresse avait besoin d’être surmontée par une douce violence. Une fois d’ailleurs qu’il eut rencontré le genre qui lui convenait le mieux, celui du conte et de la fable, il était tout simple qu’il s’y adonnât avec une sorte d’effusion, et qu’il y revînt de lui-même à plusieurs reprises, par penchant comme par habitude. La Fontaine, il est vrai, se méprenait un peu sur lui-même ; il se piquait de beaucoup de correction et de labeur, et sa poétique qu’il tenait en gros de Maucroix, et que Boileau et Racine lui achevèrent, s’accordait assez mal avec la tournure de ses œuvres. Mais cette légère inconséquence, qui lui est commune avec d’autres grands esprits naïfs de son temps, n’a pas lieu d’étonner chez lui, et elle confirme bien plus qu’elle ne contrarie notre opinion sur la nature facile et accommodante de son génie. »

Portraits littéraires : La Fontaine.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 770 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Biographies :