Livres audio gratuits de la catégorie 'Voyages' :


TROLLOPE, Frances – Mœurs domestiques des Américains

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 12h 19min | Genre : Voyages


Mœurs domestiques des Américains

Frances Trollope (10 mars 1780 – 6 octobre 1863) est une romancière et femme de lettres anglaise.
Née à Stapleton, près de Bristol, elle épousa en 1809 Thomas Trollope, un avocat. Suite aux revers de fortune de son mari, elle rejoignit avec trois de ses fils en 1827 la communauté utopique qu’avait fondée Fanny Wright dans le Tennessee. Après l’échec de cette expérience, elle s’installa à Cincinnati où elle fréquenta le sculpteur Hiram Powers.
De retour en Angleterre, elle attira l’attention en publiant en 1832 Domestic Manners of the Americans (Mœurs domestiques des Américains), critique sévère qui obtint la vogue en Angleterre, mais qui souleva contre elle la société anglo-américaine.
Elle est la mère d’Anthony Trollope.

Extrait : « L’accueil fait au général Lafayette est la seule occasion dans laquelle l’orgueil national ait triomphé de l’esprit national de parcimonie ; et il est évident qu’on doit l’attribuer au seul sentiment d’enthousiasme dont les Américains soient susceptibles : le triomphe qu’ils ont obtenu par le succès de leur lutte pour leur indépendance nationale. Mais quoique ce sentiment soit universellement reconnu comme une source de triomphe et d’orgueil juste et légitime, ils ne pourront pas toujours le faire valoir comme un fonds inépuisable de gloire et d’élévation parmi les autres nations. Leurs pères étaient des colons, ils ont combattu avec bravoure et sont devenus un peuple indépendant. Leurs succès et l’admiration qu’ils ont inspirée, même à ceux dont ils avaient secoué le joug, les ont encouragés pendant leur vie, jettent encore du lustre sur leurs sépulcres lointains et qu’aucun titre ne décore, et rendront illustre à jamais cette page de leur histoire.
Leurs enfants ont hérité de leur indépendance ; ils ont aussi hérité de l’honneur d’être fils de pères pleins de bravoure : mais cela ne leur donnera pas la réputation qu’ils désirent avoir, d’être des savants et des hommes bien élevés, et ne leur accordera pas le droit de parler éternellement de leur gloire en buvant un julep de menthe, en fumant du tabac, en jurant par la barbe de Jupiter, ou par quelque autre serment, qu’ils sont pleins de grâces et d’agréments et en disant en outre des injures à quiconque ne répond pas « Amen ». »

Traduction anonyme (1841).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 535 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LOTI, Pierre – Au Maroc

Donneur de voix : DanielLuttringer | Durée : 6h 41min | Genre : Voyages


AuMaroc.gif

Pierre Loti raconte le périple d’une mission diplomatique de Tanger à Fez, et au retour, de Meknès à Tanger.

Extrait : « Le soir de ce même jour d’arrivée, au coucher du soleil, je vais faire ma première visite à notre campement de route, qui se prépare là-bas, en dehors des murs, sur une hauteur assez solitaire dominant Tanger.
C’est tout une petite ville nomade, déjà montée, déjà habitée par nos Arabes d’escorte ; alentour, nos chevaux, nos chameaux, nos mules de charge, entravés par des cordes, paissent une herbe rase, très odorante ; on dirait une tribu quelconque, un douar; l’ensemble exhale une forte odeur de Bédouin, et des chants tristes en voix de fausset, des sons grêles de guitare, sortent de la tente des chameliers. »

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 388 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

RENAN, Ernest – Vingt Jours en Sicile

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 1h 15min | Genre : Voyages


Léon Perrault - La Tarantella

Invité à participer à un congrès de savants (les scienziati) à Palerme en l’été 1875, Ernest Renan a la chance d’effectuer ensuite un voyage d’une vingtaine de jours à travers la Sicile, en compagnie de ses illustres confrères. Il en est enchanté et nous invite à partager ses observations et ses considérations (d’ordre historique, politique, sociétal et archéologique notamment). Mais aussi ses enthousiasmes, ses émotions et sa foi en un avenir meilleur pour cette région d’Italie trop longtemps délaissée par les gouvernants et dont le peuple a su le toucher profondément par sa ferveur, son sens de l’hospitalité et son âme altière au tempérament bien trempé. Il écrit :

« Il ne faut jamais demander à l’art la raison des procédés qu’il emploie pour produire son impression. Le monde byzantin, le monde latin, le monde arabe semblent trois éléments inconciliables. La Sicile a su les mélanger dans des monuments dont l’effet est charmant. »

« L’espèce humaine est un ensemble bien plus compliqué qu’on ne croit. Les dons les plus divers y sont nécessaires ; la race qui dit : « la civilisation, c’est mon œuvre ; l’esprit humain, c’est moi », blasphème contre l’humanité. »

Licence Creative Commons

Vingt Jours en Sicile.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 356 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

WHARTON, Edith – Les Marocaines chez elles

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 45min | Genre : Nouvelles


Eugène Delacroix - Femmes d'Alger dans leur appartement

Dans cette nouvelle, Edith Wharton nous emmène dans des palais marocains du début du 20ème siècle. Il n’y a pas d’intrigue à proprement parler, ce sont plutôt des souvenirs de son voyage et de l’accueil chaleureux des Marocains. L’auteure nous fait rêver en nous présentant les belles Marocaines, en costumes des Mille et une nuits, et tout le raffinement des harems de cette époque, assez différente de celle d’aujourd’hui.

Nous retrouvons tout le talent d’Edith Wharton et un agréable dépaysement dans l’espace et le temps.

Illustration : Eugène Delacroix, Femmes d’Alger dans leur appartement (1834).

Traduction anonyme (1918).

> Écouter un extrait : Chapitre 1.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 677 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MÉRIMÉE, Prosper – Les Voleurs

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 33min | Genre : Correspondance


John Frederick Lewis - José María Hinojosa « El Tempranillo » (132-1834)

Prosper Mérimée est l’auteur de cinq Lettres adressées d’Espagne (1842) au directeur de la Revue de Paris.

Les Voleurs (Lettre troisième) est destiné à faire connaître un célèbre bandit José Maria qui sévissait en Andalousie, puis de la frontière portugaise jusqu’au Royaume de Murcie, dont la tête était mise à prix et dont la générosité et la courtoisie égalaient la dangerosité.

« P.S. : José Maria est mort depuis plusieurs années. – En 1833, à l’occasion de la prestation de serment à la jeune reine Isabelle, le roi Ferdinand accorda une amnistie générale, dont le célèbre bandit voulut bien profiter. Le gouvernement lui fit même une pension de deux réaux par jour pour qu’il se tînt tranquille. »

Illustration : John Frederick Lewis, José María Hinojosa « El Tempranillo » (132-1834).

Les Voleurs.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 532 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

GAUTIER, Théophile – Venise

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 26min | Genre : Voyages


Eduard Gerhardt - Venise, maison de la famille Moro (1867)

Depuis dix ans (Venise « la rouge » d’Alfred de Musset lu en 2007) près de 50 contes, poèmes, romans, nouvelles consacrés à Venise sont venus enrichir Littératureaudio.com…

Théophile Gautier en 1845 dans Zigzags nous propose une approche assez inattendue et contrastée de cette cité qui éblouit le poète, mais à la vie de laquelle il n’épargne pas les critiques.

« Mais voici le revers de la médaille. Venise est une ville admirable comme musée et comme panorama, et non
autrement. Il faut la voir à vol d’oiseau. L’humidité y est extrême ; une odeur fade, dans les chaudes journées d’été, s’élève des lagunes et des vases ; tout y est d’une malpropreté infecte. Ces beaux palais de marbre et d’or, que nous venons de décrire, sont salis par le bas d’une étrange manière… À ces palais s’accrochent, comme un pauvre au manteau d’un riche, d’ignobles masures moisies et lézardées qui penchent l’une vers l’autre, et qui, lasses d’être debout, s’épaulent familièrement aux flancs de granit de leurs voisins… Les gondoles, dont ils font tant de belles descriptions, sont des espèces de fiacres d’eau qui ne valent guère mieux que ceux de terre. »

Heureusement l’enthousiasme revient quand il se met à admirer les 500 ponts et les 300 riches églises de la cité des doges.

Heureusement encore il s’est trompé en prédisant (il y a cent soixante dix ans !) :
« Artistes ! pendant qu’elle est encore debout, et dans quelque temps d’ici ce ne sera plus qu’une ruine immense au milieu d’un marais méphitique, praticable tout au plus pour les poissons, allez, copiez-moi toutes ces façades, dessinez ces statues, faites des croquis d’après ces tableaux. »

Illustration : Eduard Gerhardt, Venise, maison de la famille Moro (1867).

Venise.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 634 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DUMAS, Alexandre – Les Poules de M. Chateaubriand

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 25min | Genre : Voyages


Alexandre Dumas

Dans le très joli ouvrage d’Alexandre Dumas intitulé Impressions de voyage en Suisse, l’auteur, à la façon d’un journal de bord, d’un carnet de voyage, nous livre en un style très vivant, ses découvertes, impressions et rencontres, dont celle avec François-René de Chateaubriand :

« Une auberge que nous trouvâmes sur notre route était celle du Cheval-Blanc ; nous nous y arrêtâmes.
La première nouvelle que j’appris, et en effet c’était la plus importante, était que M. de Chateaubriand habitait Lucerne. On se rappelle qu’après la révolution de juillet, notre grand poète, qui avait voué sa plume à la défense de la dynastie déchue, s’exila volontairement, et ne revint à Paris que lorsqu’il y fut rappelé par l’arrestation de la duchesse de Berry. Il demeurait à l’hôtel de l’Aigle. » (Tome II, Chapitre 40, que nous vous proposons ici.)

Chateaubriand mentionne cette rencontre dans son Livre 35, de ses Mémoires d’outre-tombe, dans lequel il relate son séjour en Suisse.

Illustration : Portrait d’Alexandre Dumas.

Licence Creative Commons

Les Poules de M. Chateaubriand.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 793 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

TWAIN, Mark – La Chicago allemande

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 39min | Genre : Voyages


Berlin en 1900

Extrait de Un pari de milliardaires, La Chicago allemande est une description de la ville de Berlin en 1900. Lors de sa visite, l’Américain Mark Twain note soigneusement tout ce qui dans la ville et son organisation serait un bon modèle pour l’Amérique, mais il ridiculise certains détails de la vie berlinoise.
On ne peut pas dire que ce reportage déborde d’humour, mais il a le mérite historique de nous faire revoir et revivre une ville bombardée à 80 pour cent : « de 1939 à 1945, la population chute de 4,3 à 2,8 millions d’habitants ; la ville est en grande partie détruite, le centre-ville un désert de ruines ».

Une signalisation qui alimente la verve de Mark Twain :

« Quelquefois le nom d’une rue change au beau milieu d’une artère, entre les maisons d’un même pâté. Vous ne vous en apercevrez qu’en arrivant au coin suivant, en voyant une nouvelle plaque au mur, et bien entendu vous ne savez pas à quel endroit a eu lieu ce changement. »

Traduction : François de Gail (1905).

La Chicago allemande.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 409 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Voyages :