Livres audio gratuits pour 'Christiane-Jehanne' :


FINTZEL-ROMANOVA, Natalia – La Valse des matadors

Donneurs de voix : Projet collectif | Durée : 1h 25min | Genre : Contemporains


Natalila Fintzel-Romanova - La Valse des matadors

Au sein d’une troupe épinglée en pleine répétition, il y a une metteure en scène (un peu débordée), une jeune première (très ambitieuse et sollicitée), une actrice comique (qui ne fait rire qu’elle-même), une diva aux méthodes de travail obsolètes et un comédien qui garde au chaud les secrets de chacun.
Face au public, ils sont complices, se sourient, s’aiment. En coulisses, ils se détestent, se jalousent, se déchirent. Pendant plus d’une heure, règlements de comptes, répliques vachardes, phrases assassines, déploiement d’ego démesurés se succèdent. Mais quand vient le moment de jouer, le miracle a lieu, comme chaque fois…

« Toute ressemblance avec des situations ou personnages existants ou ayant existé est purement authentique et intentionnelle. »

Avec l’aimable participation de Magali, qui a lu les didascalies.

Avec l’aimable autorisation des Éditions de la Rue nantaise.

> Écouter un extrait : Acte 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 159 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAMARTINE, Alphonse (de) – Méditations poétiques (Sélection)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 30min | Genre : Poésie


Nébuleuse du Rectangle rouge

Ici vous sont proposées les Méditations poétiques (édition 1860) :

- Septième Méditation : Le Désespoir,
- Huitième Méditation : La Providence à l’homme,
- Neuvième Méditation : Souvenir.

Voici le début de la Septième Méditation, Le Désespoir :

« Lorsque du Créateur la parole féconde
Dans une heure fatale eut enfanté le monde
Des germes du chaos,
De son œuvre imparfaite il détourna sa face… »

Suivie de son commentaire.
Citation :
« Je souffrais trop ; il fallait crier. [...]
J’étais dévoré d’activité intérieure, et on me condamnait à l’immobilité ; j’étais ivre d’amour, et j’étais séparé de ce que j’adorais : les tortures de mon cœur étaient multipliées par celles d’un autre cœur… »

Illustration : Nébuleuse du Rectangle rouge.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Le Désespoir.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 842 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STAËL, Germaine (de) – Considérations sur la Révolution française (Première Partie)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 6h 8min | Genre : Essais


Jacques Necker

Voici la première partie de Considérations sur les principaux événements de la Révolution française.
C’est un ouvrage très important de réflexion historique et politique, publié de façon posthume en 1818, ouvrant à toute une époque une source de méditations passionnantes à approfondir.

Pour commencer, Germaine de Staël propose une évocation générale de l’Histoire de France, pour arriver au XVIIIe siècle et plus particulièrement à son père, Jacques Necker, banquier puis ministre sous Louis XVI.
Les plans de monsieur Necker sont présentés.
La guerre d’Amérique, puis les États généraux et les journées de juillet 1789 sont étudiés par l’auteur dans son style particulier.

Citation :
« Les lumières philosophiques, c’est-à-dire l’appréciation des choses d’après la raison, et non d’après les habitudes, avaient fait de tels progrès en Europe, que les possesseurs des privilèges, rois, nobles ou prêtres, étaient les premiers à s’excuser des avantages abusifs dont ils jouissaient. Ils voulaient bien les conserver, mais ils prétendaient à l’honneur d’y être indifférents ; et les plus adroits se flattaient d’endormir assez l’opinion pour qu’elle ne leur disputât pas ce qu’ils avaient l’air de dédaigner. »

Germaine de Staël assista à l’ouverture des États généraux, en mai 1789, en tant que fille de monsieur Necker, ministre ; aussi son témoignage précis et vivant nous est précieux, accompagné de son propre avis et de ses options politiques.

Cette page de l’Histoire de France est aussi traitée par François-René de Chateaubriand dans son Livre 05 des Mémoires d’outre-tombe.

Charles-Augustin Sainte-Beuve présente Germaine de Staël dans le chapitre 05 de Portraits de femmes.

Illustration : Portrait de Jacques Necker (1732-1804) d’après Joseph Duplessis.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 235 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAINTE-BEUVE, Charles Augustin – Portraits de femmes

Donneurs de voix : Christiane-Jehanne & | Durée : 20h 40min | Genre : Essais


Écritoire-encrier alsacien

Ce très joli livre, riche, fort documenté, présente de belles personnes, des femmes ayant un talent de plume et d’autres évoquant plus légèrement les relations amoureuses, et aussi monsieur de La Rochefoucauld, dans le style dense et précis de l’auteur de ces 18 portraits.

Sont ici évoqués :
- Mesdames de Sévigné, de Souza, Roland, Guizot, Des Houlières, de Charrière, de Rémusat et monsieur de La Rochefoucauld (textes lus par Cocotte ainsi que le chapitre17, Les Fleurs, un apologue bien charmant).
- Mesdames de Liron, de Duras, de Staël, de La Fayette, de Longueville, de Krüdner, de Pontivy, puis Christel et en toute fin Maria dans un joli poème-récit (textes lus par Christiane-Jehanne ainsi que le chapitre 00 de présentation).

Ces Portraits de femmes sont bien des Portraits littéraires, genre inventé par Sainte-Beuve pour évoquer des personnages dont les caractères, la psychologie, les idées et sentiments, la manière et le talent sont originaux, singuliers, dignes d’être connus ou découverts, et que l’auteur fait revivre avec son propre langage d’écrivain.

Illustration : Écritoire-encrier, musée de l’Alsace.

> Écouter un extrait : Présentation.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 100 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEOPARDI, Giacomo – Éloge des oiseaux

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 23min | Genre : Essais


Mandarin-diamant

L’Éloge des Oiseaux, Œuvre morale numéro XVII, est un fort joli texte, sur le chant des oiseaux, « cette marque d’allégresse » et sur l’homme, qui, « de toutes les créatures est la plus tourmentée et la plus malheureuse possède celle de rire ».
Giacomo Leopardi nous offre ici un texte court, « aérien » oserons-nous dire et de profonde réflexion philosophique.
Et si « Anacréon désirait pouvoir se changer en miroir » quel joli rêve que d’« être changé en oiseau pour éprouver ce contentement et cette joie qu’ils ont à vivre », nous dit Giacomo Leopardi.

Traduction : Alphonse Aulard (1849-1928).

Illustration : Un mandarin-diamant, doué d’une ouïe exceptionnelle, photo de Jim Bendon (licence Cc-By-Sa-2.0).

Éloge des oiseaux.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 163 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LEOPARDI, Giacomo – Dialogue de Plotin et de Porphyre

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 41min | Genre : Essais


Plotin

Giacomo Leopardi est né en 1798 à Recanati et est mort en 1837 à Naples.
C’est un poète, philosophe et écrivain dont la méditation métaphysique et lyrique sur le tragique de l’existence en fait un précurseur de Freud ou Cioran.
Ce texte, très riche, évoque différents thèmes, certaines idées de Platon, l’art du bonheur, dans le présent, le passé et les souvenirs, l’avenir et l’espérance, le règne animal, les hommes dits primitifs, ceux dits civilisés avec leur seconde nature, les barbares contre-nature, l’ennui et le vide psychique, le dégoût de la vie jusqu’au suicide comme option légitime ou ne serait-ce pas un choix égoïste de celui, ou de celle, qui oublierait la belle amitié ?

Depuis peu finalement, Leopardi est considéré comme un philosophe à part entière.

Ce dialogue entre Porphyre et son maître Plotin témoigne de la qualité de réflexion de Giacomo Leopardi.

Traduction : Alphonse Aulard (1849-1928).

Illustration : Plotin.

Licence Creative Commons

Dialogue de Plotin et de Porphyre.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 459 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MAUPASSANT, Guy (de) – Une vie (Version 2)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 8h 51min | Genre : Romans


Claude Monet - Étretat

Une vie, ou L’Humble Vérité est le premier roman de Guy de Maupassant, paru d’abord en feuilleton en 1883 dans le Gil Blas (quotidien de la presse écrite française, entre 1879 et 1940), puis en volume.
Le roman décrit la vie d’une femme depuis sa jeunesse, l’éveil des sens et des sentiments, jusqu’à sa vieillesse, en évoquant avec une grande finesse psychologique sa personnalité si sensible traversant la vie.
L’éducation d’une jeune fille noble, au début du XIXème siècle, ses rêves, sa vie conjugale, son refuge affectif dans la maternité, ses tourments, tout cela, entre autres thèmes, sont remarquablement traités.
C’est aussi un tableau de la société dans une province, la Normandie, ses strates sociales, et la nature particulière à cette belle région, qui joue un rôle à part entière, dans ce roman si célèbre.
L’Histoire de France, la vie politique mouvementée de cette époque n’apparaît pas.
L’auteur évoque bien une vie, la vie d’une femme, Jeanne, personnage inoubliable car si réel.

Ce roman fut écrit en partie à Étretat, et est dédié à madame Brainne, dont Guy de Maupassant fréquentait le Salon.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 631 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LAMARTINE, Alphonse (de) – L’Immortalité (Poème)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 31min | Genre : Poésie


Ciel

Notre site littéraire compte aussi beaucoup de lecteurs mélomanes.
Georges Prêtre vient de nous quitter.
En hommage, ce poème d’Alphonse de Lamartine est accompagné d’une illustration musicale de cet immense chef d’orchestre.

Voici L’Immortalité, Cinquième Méditation, suivie de son commentaire.

« Le soleil de nos jours pâlit dès son aurore ;
Sur nos fronts languissants à peine il jette encore
Quelques rayons tremblants qui combattent la nuit :
L’ombre croît, le jour meurt, tout s’efface et tout fuit.
Qu’un autre à cet aspect frissonna et s’attendrisse,
Qu’il recule en tremblant des bords du précipice,
Qu’il ne puisse de loin entendre sans frémir
Le triste chant des morts tout prêt à retentir,
Les soupirs étouffés d’une amante ou d’un frère
Suspendus sur les bords de son lit funéraire,
Ou l’airain gémissant, dont les sons éperdus
Annoncent aux mortels qu’un malheureux n’est plus !… »

Ce fut à Elvire.
Citation issue du commentaire :

« Moi-même, j’étais alors plongé dans la nuit de l’âme.
[...]
Dès qu’il n’y avait personne entre mes pensées et moi, Dieu s’y montrait, et je m’entretenais pour ainsi dire avec lui. Voilà pourquoi aussi je revenais facilement de l’extrême douleur à la complète résignation. Toute foi est un calmant, car toute foi est une espérance, et toute espérance rend patient. Vivre, c’est attendre. »

Illustration : Ciel (domaine public).

Licence Creative Commons

L’Immortalité (version musicalisée).

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 221 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Christiane-Jehanne :