Livres audio gratuits pour 'George Sand' :


SAND, George – Monsieur Rousset

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 47min | Genre : Nouvelles


Monsieur Rousset

Combien d’auteurs (et des plus célèbres !) nous ont raconté des histoires de fantômes en nous assurant de leur authenticité !

George Sand n’échappe pas à la règle avec Monsieur Rousset, fragment d’un roman inédit.

« Vous riez de ces choses ? dit à son tour M. Guigne, dont l’air était devenu fort sérieux, et voilà que vous riez plus fort parce que je n’en ris point. Mes amis, j’ai été comme vous incrédule, esprit fort, mais l’aventure qui m’est arrivée en ce genre dans ma jeunesse a fait sur moi une telle impression, que je n’aime pas à entendre plaisanter sur un pareil sujet… »

Et voici une nouvelle rencontre avec un revenant…

Illustration : Monsieur Rousset, par Paul Destez (1891).

Monsieur Rousset.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 688 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – Trois Légendes rustiques

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 50min | Genre : Nouvelles


Les Laveuses de nuit, ou Les Lavandières

Trois Légendes rustiques cueillies parmi les douze publiées par George Sand en 1853.

L’Avant-propos nous montre comment les légendes (berrichonnes en particulier) naissent chez les paysans :

« Là où règne la paix, la guerre, la peste ou le désespoir ont passé, terribles, à une époque quelconque de l’histoire des hommes. Le blé qui pousse a le pied dans la chair humaine dont la poussière a engraissé nos sillons. Tout est ruine, sang et débris sous nos pas, et le monde fantastique qui enflamme ou stupéfie la cervelle du paysan est une histoire inédite des temps passés. »

Les Demoiselles :

« [...] M. de La Selle ne permit jamais un mot contre la probité du défunt, et quand on parlait de ces choses sans respect en sa présence, il avait coutume de dire : « L’homme ne peut pas tout expliquer. Peut-être vaut-il mieux pour ici être sans reproche que sans croyance. »»

Les Pierres sottes, ou Les Pierres caillasses :

« Nous avons vu quelquefois de ces pierres appelées pierres-caillasses ou pierres-sottes. Ce sont de vraies pierres de calcaire caverneux, dont les trous nombreux et irréguliers donnent facilement l’idée de figures monstrueuses. Quand les inspecteurs des routes les rencontrent à leur portée, ils les font briser et elles n’ont que ce qu’elles méritent. »

Les Laveuses de nuit, ou Les Lavandières :

« Autour des mares stagnantes et des sources limpides, dans les bruyères comme au bord des fontaines ombragées dans les chemins creux, sous les vieux saules comme dans la plaine brûlée du soleil, on entend, durant la nuit, le battoir précipité et le clapotement furieux des lavandières fantastiques. Dans certaines provinces, on croit qu’elles évoquent la pluie et attirent l’orage en faisant voler jusqu’aux nues, avec leur battoir agile, l’eau des sources et des marécages. Il y a ici confusion. L’évocation des tempêtes est le monopole des sorciers connus sous le nom de meneux de nuées. Les véritables lavandières sont les âmes des mères infanticides. Elles battent et tordent incessamment quelque objet qui ressemble à du linge mouillé, mais qui, vu de près, n’est qu’un cadavre d’enfant. »

Illustration : Les Laveuses de nuit, ou Les Lavandières, par Maurice Sand (1858).

> Écouter un extrait : Avant-propos.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 387 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George et SANDEAU, Jules – La Fille d’Albano

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles


George Sand et Jules Sandeau

Richard est un roman de Jules Sandeau (1811-1883), La Mare au diable est due à George Sand et La Fille d’Albano est une nouvelle ébauchée par l’un, refaite par l’autre à l’époque de leur liaison et signée J. S. (Jules Sand).

Le sujet est le dilemme entre la vie bourgeoise exigée d’une jeune fille par le mariage et les nécessités de la création artistique qui demandent à une femme d’être libre.

La ravissante Italienne Laurence est sur le point de se marier ; Carlos, à la fois son père, son frère, son maître en peinture, la dissuade.

« Reste, reste, disait le peintre en la pressant sur son sein, et ses larmes tombaient sur la tête de la fiancée. Enfant, ajouta-t-il, enfant qui veux une famille ! Eh ! n’as-tu pas le monde ? Toi qui l’avais adopté pour patrie, le trouves-tu trop vaste ? déborde-t-il ton âme ? Que fait au Bohémien la terre qu’il foule de ses pas vagabonds, le ciel sous lequel repose sa tête indépendante ? La terre n’est-elle pas à lui ? tous les lieux n’ont-ils pas du soleil ? Ainsi l’artiste ; il a l’univers pour famille ; sa patrie, c’est le sol qui l’inspire. Et puis tu te plains d’être seule… Seule, ingrate ! et Carlos ? et ton frère ?…  »

Connaissez-vous la toile d’Horace Vernet qui représente cette fille d ‘Albano ? Le fiancé éconduit l’a vue, lui !

Illustration : Portrait de George Sand par Alfred de Musset (1833)Portrait de Jules Sandeau par George Sand (1831).

La Fille d’Albano.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 977 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – Le Dieu inconnu

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Religion


Anonyme - Persécution des Chrétiens (S. XIX)

« Au temps de Dioclétien, lorsque le christianisme grandissait dans la persécution, Pamphile, prêtre de Gésarée, vint à Rome pour joindre ses efforts à ceux de Gaïus, de Quentin et de plusieurs autres saints hommes, successeurs des apôtres, occupés tous à former des âmes pour le martyre, afin que le sang des chrétiens lavât sur les pavés de Rome les souillures de la débauche païenne. L’holocauste de Jésus continuait à monter vers le ciel ; ses disciples venaient se faire immoler sur Tautel encore fumant, afin que le monde fût racheté, afin que Dieu, épouvanté lui-même des turpitudes humaines, pût mettre dans la balance de sa justice quelques morts héroïques en compensation de tant de vies honteuses. »

Dans Le Dieu inconnu, George Sand imagine une rencontre entre le prêtre Pamphile et une jeune riche patricienne romaine, n’ayant plus confiance dans ses dieux, venant lui demander le chemin de la chrétienté.

Illustration : Anonyme, Persécution des Chrétiens (S. XIX).

Le Dieu inconnu.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 360 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – La Vallée noire

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 46min | Genre : Nouvelles


Théodore Rousseau - Village du Berry

La Vallée noire

Qu’est-ce que la Vallée Noire ? George Sand dans un long texte éponyme précise les limites de cette région pour répondre à une question posée par un habitant de la Brenne qui l’a « piquée » au vif. Elle analyse les caractéristiques de la Vallée Noire et le caractère de ses habitants.

« Mais puisqu’on veut que la Vallée-Noire n’existe que dans ma cervelle, je prétends prouver qu’elle existe, distincte de toutes les régions environnantes, et qu’elle méritait un nom propre.

Elle fait partie de l’arrondissement de La Châtre ; mais cet arrondissement s’étend plus loin, vers Eguzon et l’ancienne Marche. Là, le pays change tellement d’aspect, que c’est bien réellement un autre pays, une autre nature. La Vallée-Noire s’arrête par là à Cluis. De cette hauteur on plonge sur deux versants bien différents. L’un sombre de végétation, fertile, profond et vaste, c’est la Vallée-Noire : l’autre maigre, ondulé, semé d’étangs, de bruyères et de bois de châtaigniers. »

Amour du Berry, bien plus beau que La Brie, grande tendresse pour ses paysans, descriptions précises et poétiques avec les noms de tous les endroits pittoresques (un vrai guide pour le visiteur), on retrouve partout George Sand.

Illustration : Théodore Rousseau, Village du Berry (détail, 1842).

La Vallée noire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 503 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – Lettre aux membres du Comité central (1848)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Histoire


Alcide-Joseph Lorentz - George Sand

La IIe République venait d’instaurer le suffrage universel mais, on le sait, uniquement masculin. À la faveur des élections d’avril 1848, les femmes choisirent George Sand pour les représenter à l’Assemblée nationale, sans consulter l’intéressée. Une manipulation qu’elle n’apprécia pas. En outre, elle n’était pas favorable au vote des femmes dans l’état actuel de la société, comme elle le répète plusieurs fois.

Le contenu de Lettre (inachevée) aux membres du Comité central (avril 1848) se relit avec une attention particulière à la lumière des droits acquis ou refusés aux femmes depuis la seconde République.

« La femme étant sous la tutelle et dans la dépendance de l’homme par le mariage, il est absolument impossible qu’elle présente des garanties d’indépendance politique, à moins de briser individuellement et au mépris des lois et des mœurs, cette tutelle que les mœurs et les lois consacrent. […] Je dirai toute ma pensée sur ce fameux affranchissement de la femme dont on a tant parlé dans ce temps-ci. Je le crois facile et immédiatement réalisable, dans la mesure que l’état de nos mœurs comporte. Il consiste simplement à rendre à la femme les droits civils que le mariage seul lui enlève, que le célibat seul lui conserve ; erreur détestable de notre législation qui place en effet la femme dans la dépendance cupide de l’homme, et qui fait du mariage une condition d’éternelle minorité. »

« En y réfléchissant, on trouverait beaucoup d’autres fonctions auxquelles les femmes sont appelées par la nature et la Providence ; mais lorsqu’il s’agit de leur attribuer des droits politiques de la même nature que ceux des hommes, il y a beaucoup à dire, pour et contre.
Les femmes doivent-elles participer un jour à la vie politique ? Oui, un jour, je le crois avec vous, mais ce jour est-il proche ? Non, je ne le crois pas, et pour que la condition des femmes soit ainsi transformée, il faut que la société soit transformée radicalement. »

Lettre aux membres du Comité cental.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 2 368 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – Mouny-Robin

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 1h 5min | Genre : Nouvelles


Costume de chasseur du Freischütz, Opéra de Paris, 1841

L’auteur part d’une représentation à l’Opéra du Freischütz de Weber, d’une discussion sur le goût des Allemands opposé à celui des Français. Les interlocuteurs passent à une description de la chasse inspirée par l’opéra, puis à l’évocation de la vie d’un paysan chasseur qui avait un flair étonnant et devinait la présence du gibier. Ce Mouny-Robin devient le sujet du dialogue jusqu’à la relation de sa mort.

George Sand, dans Mouny-Robin, nouvelle peu connue, nous promène dans son Berry qu’elle enchante de son style.

Mouny-Robin.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 713 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SAND, George – Histoire du véritable Gribouille

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 2h 10min | Genre : Contes


Gribouille

Histoire du véritable Gribouille est un joli conte de George Sand sur le bien et le mal. Le jeune Gribouille, enfant doux et attentif, a quitté à 12 ans ses parents, méchants et voleurs, et ses frères et sœurs odieux avec lui, et a cédé par trop de confiance au mal symbolisé par M. Bourdon, le roi des insectes piqueurs, mais est revenu vite au bien symbolisé par la reine des prés et sa fée messagère.

La morale est que l’homme possède en lui-même le bien et le mal et que tout dépend de ses décisions pour qu’il devienne bon et heureux ou méchant et vil.

Cette promenade bucolique et satirique se divise en deux parties :

1. Comment Gribouille se jeta dans la rivière par crainte de se mouiller,
2. Comment Gribouille se jeta dans le feu par crainte d’être brûlé.

et n’est pas réservée aux enfants.

> Écouter un extrait : Première Partie.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 6 363 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour George Sand :