Livres audio gratuits pour 'René Descartes' :


DESCARTES, René – Principes de la philosophie (Sélection)

Donneur de voix : Gauthier Manesse | Durée : 4h | Genre : Philosophie


Rene Descartes

Les Principes de la philosophie se composent de quatre parties. Dans la première partie, portant sur « les principes de la connaissance humaine », Descartes commence par reprendre le doute méthodique qui a déjà été exposé dans les Méditations métaphysiques. Il en vient à l’idée que la première connaissance certaine est « je pense donc je suis », et définit la pensée comme « tout ce qui se fait en nous de telle sorte que nous l’apercevons immédiatement par nous-mêmes », ce qui est historiquement la première grande définition de la conscience. Il insiste ensuite sur les capacités et les infirmités de la raison humaine. Notre pensée est « finie », ce qui implique que nous ne pourrons jamais comprendre l’infini, par exemple nous ne pourrons jamais comprendre que l’univers n’ait pas de limites. Nous ne pouvons pas non plus comprendre dans quel but Dieu a créé le monde. Descartes insiste encore sur la possibilité que nous avons de ne jamais tomber dans l’erreur, si nous nous retenons volontairement de juger des choses que nous ne connaissons pas de manière claire et distincte. Il remarque également que les humains font l’expérience de leur liberté, et que cette liberté les rend responsables, contrairement aux autres choses existantes. À la fin du livre 1 il expose les principales causes des préjugés des hommes, et insiste sur les préjugés issus de l’enfance. Dans la deuxième partie, Descartes étudie les principes des choses matérielles. Il propose de rompre avec l’étude aristotélicienne du monde, fondée sur la considération de « formes substantielles », et soutient qu’il faut étudier le monde de façon purement mécaniste. Il propose aussi à cette occasion la première exposition claire du principe d’inertie. Dans les parties 3 et 4, il applique ces principes à l’étude des cieux et de la Terre, en accordant toujours une attention particulière à la méthode qu’il faut employer pour user au mieux de la raison.

Traduction : Claude Picot, dit l’abbé Picot (1614-1668). La traduction a été revue par Descartes.

> Écouter un extrait : 01. Lettre-préface.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 320 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DESCARTES, René – Discours de la méthode

Donneur de voix : Guy Marcy | Durée : 2h 58min | Genre : Philosophie


Rene Descartes

Chacun de nous – grâce à Dieu ! – a « du bon sens » ; chacun de nous est doué de « raison ». Chacun de nous, par conséquent, peut aspirer au métier de philosophe. Mais, « ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon… le principal est de l’appliquer bien. » et pour l’appliquer bien, il suffit d’avoir la bonne méthode. Celle de Descartes. À vous de jouer ! À vous, pour commencer, de douter de tout. Sauf de l’existence de vous-même. « Cogito ergo sum »…

> Écouter un extrait : Chapitre 00.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 297 101 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DESCARTES, René – Méditations métaphysiques

Donneur de voix : Olivier Pontreau | Durée : 3h 27min | Genre : Philosophie


René Descartes

Le but de la réflexion cartésienne est de trouver des fondements solides à la connaissance. Qu’est-ce qui me permet de croire que je connais des vérités ? La première étape consistera à rejeter tout ce qui est douteux, afin de trouver quelque chose qui ne le soit pas. En conséquence, tout se trouvera rejeté, à l’exception d’une chose : moi comme sujet pensant.

« Qu’est-ce donc que j’ai cru être ci-devant ? Sans difficulté, j’ai pensé que j’étais un homme. Mais qu’est-ce qu’un homme ? Dirai-je que c’est un animal raisonnable ? [...] »

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 61 117 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – La Fontaine contre Descartes

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 23min | Genre : Essais


Descartes et La Fontaine

Descartes, dans le Discours de la méthode, veut réduire les phénomènes vitaux aux lois de la mécanique. La Fontaine, dans le Discours à Madame de la Sablière, fait un résumé parodique de la théorie de « ce mortel dont on eût fait un dieu chez les païens » et qu’il réfute par des exemples probants.
Ce débat sur l’animal passionnait déjà Aristote, Plutarque, Sénèque et Montaigne. En 1755 Condillac lui consacrera son Traité sur les animaux.

Les Animaux-machines.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 13 721 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |