Livres audio gratuits pour 'Théodore de Banville' :


BANVILLE, Théodore (de) – Le Vin samien – MENDÈS, Catulle – Le Perroquet de Gérard de Nerval

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Biographies


Gustave Courbet - Femme au perroquet

Catulle Mendès et Théodore de Banville se retrouvent sur cette page parce que Le Perroquet de Gérard de Nerval de Mendès a été écrit en prenant comme point de départ Le Vin samien de Banville, ainsi que l’indiquent ces quelques lignes adressées à Jean Lorrain par Mendès dans sa dédicace :

« Tout récemment, vous rappeliez un conte du merveilleux Banville, le conte où parle le fatidique Perroquet-symbole de la Maison de Débauche ! Dans cette page de rêve, mon cher poète, il y a une histoire, une histoire vraie qui arriva au délicieux et douloureux Gérard de Nerval ; elle nous fut dite, à Banville et à moi, par Charles Asselineau, grand ami de Gérard Labrunie ; et la voici, moins émerveillante que le conte, mais plus proche de l’abominable réalité. »

Il faut reconnaître sous le nom du poète Aimery de Los celui de Gérard de Nerval et noter ce témoignage biographique précieux :
« Quoi qu’on ait dit, et quoi qu’il en ait pensé lui-même lorsqu’il s’en allait pour deux ou trois mois en villégiature chez le docteur Blanche, Aimery de Los (Nerval) n’a jamais été fou. Il ne l’était pas lorsqu’il écrivait ses Sonnets mystiques, si faciles à comprendre pour quiconque n’a pas perdu le sens poétique, et il ne l’était même pas lorsqu’il se pendit à un réverbère dans la triste rue souterraine, fatigué d’être garrotté dans les liens de la chair, et délivrant enfin son âme frémissante, dont il sentait s’agiter en lui les impatientes ailes de papillon, avides de l’espace infini et de la lumière. Il n’a jamais été fou, il n’était pas fou. »

La vérité ? Il est retrouvé pendu à la grille d’un escalier rue de la Vieille Lanterne, près du Châtelet, son chapeau sur la tête. Suicide ? Accident ? Agression ? Porte d’un asile qui lui aurait été refusée ? La mort de Nerval reste une énigme à l’image de ses livres et de sa vie.

Illustration : Gustave Courbet, Femme au perroquet (détail, 1866).

Le Vin samien.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 166 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Quinze Poèmes inconnus

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 29min | Genre : Poésie


Agénor Altaroche

Quinze poèmes ignorés ou inconnus d’auteurs, eux aussi, inconnus (sauf Allais, Malherbe, Nodier ou Bainville), d’époques et de sujets très divers, que Littératureaudio.com a le plaisir de tirer pour vous de l’oubli.

Un exemple, plein d’humour, d’Algenor Altaroche (1811-1884) :

Pétition d’un voleur à un roi son voisin

« Sire, de grâce, écoutez-moi :
Je viens de sortir des galères…
Je suis voleur, vous êtes roi,
Agissons ensemble en bons frères.
Les gens de bien me font horreur,
J’ai le cœur dur et l’âme vile,
Je suis sans pitié, sans honneur :
Ah ! faites-moi sergent de ville.

Bon ! je me vois déjà sergent :
C’est une maigre récompense.
L’appétit me vient en mangeant :
Allons, sire, un peu d’indulgence.
Je suis hargneux comme un roquet,
D’un vieux singe j’ai la malice ;
En France, je vaudrais Gisquet :
Faites-moi préfet de police.

Je suis, j’espère, un bon préfet !
Toute prison est trop petite.
Ce métier pourtant n’est pas fait,
Je le sens bien, pour mon mérite.
Je sais dévorer un budget,
Je sais embrouiller un registre ;
Je signerai : « Votre sujet »,
Ah ! sire, faites-moi ministre.

Sire, oserais-je réclamer ?…
Mais écoutez-moi sans colère.
Le vœu que je vais exprimer
Pourrait bien, ma foi, vous déplaire.
Je suis fourbe, avare, méchant,
Ladre, impitoyable, rapace ;
J’ai fait se pendre mon parent :
Sire, cédez-moi votre place. »

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 602 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Le Temps qui passe, cinq poètes célèbres

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 14min | Genre : Poésie


Le Pont Régemortes à Moulins

Sur le thème de la nostalgie, de la fuite du temps, cinq grands poètes ont rêvé…

Théodore de Banville : Bien souvent je revois

« Bien souvent je revois sous mes paupières closes,
La nuit, mon vieux Moulins bâti de briques roses,
Les cours tout embaumés par la fleur du tilleul,
Ce vieux pont de granit bâti par mon aïeul,
Nos fontaines, les champs, les bois, les chères tombes. »

Guillaume Apollinaire : Automne malade

« Et que j’aime ô saison que j’aime tes rumeurs
Les fruits tombant sans qu’on les cueille
Le vent et la forêt qui pleurent
Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille. »

Alfred de Musset : À Juana

« Mais que dis-je ? ainsi va le monde.
Comment lutterais-je avec l’onde
Dont les flots ne reculent pas ?
Ferme tes yeux, tes bras, ton âme ;
Adieu, ma vie, adieu, madame,
Ainsi va le monde ici-basé. »

Voltaire : À une dame ou soi-disant telle

« Ainsi mes jours égaux, que les Muses remplissent,
Sans soins, sans passions, sans préjugés fâcheux,
Commencent avec joie, et vivement finissent
Par des soupers délicieux. »

Alphonse de Lamartine : Consolation

« Mais loin de moi ces temps ! que l’oubli les dévore !
Ce qui n’est plus pour l’homme a-t-il jamais été ?
Quelques jours sont perdus ; mais le bonheur encore,
Peut fleurir sous mes yeux comme une fleur d’été. »

> Écouter un extrait : Bien souvent je revois.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 913 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BANVILLE, Théodore (de) – Eudore Cléaz

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 47min | Genre : Nouvelles


Gaspard Gobaut - Jardin du Luxembourg

Étienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, dit Théodore de Banville (1823-1891) surnommé « le poète du bonheur », déjà onze fois présent sur le site, nous offre Eudore Cléaz, très jolie histoire vraie… ou conte de fées qui se passe dans le milieu de la littérature et de la peinture. Quel est le plus sympathique des personnages, on aurait du mal à le dire…

Eudore Cléaz.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 909 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Dix Poètes, dix printemps

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Poésie


Eugène Grasset - La Belle Jardinière (1896)

Voici dix poèmes de dix grands auteurs français inspirés par le printemps. On pourrait y ajouter À la mi-carême de Musset, d’autres poèmes de Samain, de Hugo, de Verhaeren, etc… De quel poète vous sentez-vous le plus proche en ce huitième jour de printemps ?

> Écouter un extrait : Les Roses.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 4 062 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIVERS – Contes du « Gil Blas » (Sélection)

Donneuse de voix : Domi | Durée : 1h 6min | Genre : Nouvelles


La Demoiselle en deuil

Le journal Gil Blas, paru de 1879 à la fin de l’été 1914, a publié de nombreux contes dont les auteurs les plus célèbres sont Maupassant et Mirbeau.
En 1877, le journal publia en recueil quelques textes dont sont extraits les quatre morceaux suivants :

- Théodore de Banville : La Dame anglaise,
- Catulle Mendès : Le Prix de la gloire,
- René Maizeroy : Thérèse Vigneaux,
- Paul Ginisty : La Demoiselle en deuil.

> Écouter un extrait : La Dame anglaise.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 614 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BANVILLE, Théodore (de) – Le Génie des Parisiennes – Le Malade guéri

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 31min | Genre : Contes


Rachel par Etty

Théodore de Banville sous-intitule Le Génie des Parisiennes : conte pour les femmes ; ce « pour » signifie à la fois « à la gloire de » et « destiné à ». Il s’agit des Parisiennes sous Louis Philippe et sous l’Empire, et l’auteur s’attarde longuement sur la célèbre comédienne Rachel (1821-1858).
« Les Parisiennes font d’elles-mêmes ce qu’elles doivent et veulent être, et d’abord, avant tout, elles transforment leur corps et leur beauté, non par le maquillage et les artifices (car ce serait une manière trop simple d’expliquer des chefs-d’œuvre !), mais par la constante action d’un génie créateur. Le corps et aussi l’âme qu’elles ont reçus en naissant, sont pour elles de simples matériaux qu’elles mettent en œuvre. »

Le Malade guéri est le récit amusant du ténor qui, voulant préserver son « contre-ut », s’astreint à un régime qui est pour lui un vrai calvaire :
« Je demeure littéralement dans du coton ou plutôt dans de l’ouate, comme un joyau, et je ne me permets pas de respirer une rose, sans avoir auparavant atténué son parfum par un procédé chimique. Nul objet ne me touche ou ne m’approche sans que sa température ait été vérifiée à l’aide d’un thermomètre. Car, mon cher Léon, une voix de ténor est une maladie des cordes vocales ; abandonnée à elle-même, la nature et les forces du tempérament en triompheraient vite ; c’est pourquoi je dois l’entretenir avec force loochs, juleps, médicaments de tout genre, et avec le concours empressé de trois médecins. »

Le Génie des Parisiennes.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 594 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

BANVILLE, Théodore (de) – Léviathan Hôtel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 15min | Genre : Nouvelles


Léviathan Hôtel

Une violente charge, sans concessions, de Théodore de Banville contre un hôtel moderne à l’américaine en 1876.

Léviathan Hôtel « passe à juste titre pour résumer toutes les plus confortables magnificences du progrès moderne.
Du faux bronze, du faux zinc, du faux marbre réel, du faux marbre factice, du faux stuc, du faux plâtre, du faux bois, du faux papier mâché, le contraire de toutes les harmonies exalté à une intensité de charivari telle que le mensonge lui-même y dévient un faux mensonge ; la fausse dorure, le faux papier peint, la fausse soie, le faux damas de laine, le faux damas laine et soie, le faux acajou, le faux bois blanc, ô délire ! c’est au point qu’on se croirait au théâtre de l’Opéra-comique.
Désormais, ah ! désormais pour toujours, je comprends l’Amérique, et aussi le peuple américain, dont Victor Hugo a dit, en son langage de dieu indigné :

Peuple à peine ébauché, nation de hasard,
Sans tige, sans passé, sans histoire et sans art ! »

En 1880 cet antiaméricanisme commun à Banville et à Victot Hugo était-il partagé ?

Léviathan Hôtel.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 479 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous nos livres audio gratuits pour Théodore de Banville :


12>