À Découvrir :
SATIE, Erik – Sonatine bureaucratique

Donneur de voix : Alain Degandt | Durée : 5min | Genre : Arts


Erik Satie

1 – « Le voilà parti. Il va gaiement à son bureau en se « gavillant »… Il aime une jolie dame très élégante. Il aime aussi son porte-plume, ses manches en lustrine verte et sa calotte chinoise… »

2 – « Il réfléchit à son avancement. Peut-être aura-t-il de l’augmentation sans avoir besoin d’avancer… »

3 – « Il chantonne un vieil air péruvien qu’il a recueilli en Basse-Bretagne chez un sourd-muet… Hélas, il faut quitter son bureau. Du courage ! Partons, dit-il. »

Licence Creative Commons

Sonatine bureaucratique.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 3 679 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

À Découvrir :
ACKERMANN, Louise-Victorine – Pensées d’une solitaire

Donneuse de voix : Domi | Durée : 57min | Genre : Essais


Louise-Victorine Ackermann

Louise-Victorine Choquet (1813-1890) est née à Paris, de parents parisiens, d’origine picarde.
Louise vécut une enfance solitaire. Envoyée en pension à Paris, elle est surnommée l’« ourson » par ses camarades de classe, mais devient vite la favorite de son professeur de littérature, Félix Biscarrat grâce à qui elle découvre les auteurs contemporains, les auteurs anglais et allemands, Byron, Shakespeare, Goethe et Schiller.
Elle épouse le linguiste français Paul Ackermann, ami de Proudhon : « je faisais simplement un mariage de convenance morale ».
À sa grande surprise, ce mariage sera parfaitement heureux, mais bref : Paul Ackermann décède à l’âge de 34 ans. Très éprouvée par son veuvage, Louise rejoint une de ses sœurs à Nice, où elle achète un petit domaine isolé. Elle consacre plusieurs années aux travaux agricoles, jusqu’à ce que lui revienne l’envie de faire de la poésie. Ses premières publications ne suscitent que peu d’intérêt, mais retiennent tout de même l’attention de quelques critiques, qui en font la louange tout en blâmant son pessimisme.
Son autobiographie révèle une pensée lucide, un amour de l’étude et de la solitude, ainsi que le souci de l’humanité qui transparaîtra dans ses textes.
(D’après Wikipédia)

Pensées d’une solitaire.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 368 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

LORRAIN, Jean – La Princesse au Sabbat

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 13min | Genre : Contes


La Princesse au Sabbat

« La princesse Ilsée n’aimait que les miroirs et les fleurs. Ce n’étaient, dans tout le palais, que le reflet de corolles et de pétales ; de larges nénuphars baignaient, jour et nuit, dans l’eau de grands vases d’albâtre et c’était dans les hauts vestibules ornementés de marbre et de bronze vert, une éternelle veillée de calices et de feuilles rigides d’une humide pâleur. La princesse Ilsée n’avait jamais regardé ni les hommes ni les femmes ; elle se mirait dans les yeux de tous, comme dans une eau plus bleue et plus profonde et les prunelles de son peuple étaient pur elle autant de vivants et souriants miroirs. »

La Princesse au Sabbat est un conte extrait de Princesses d’ivoire et d’ivresse, de Jean Lorrain. La Princesse aux lys rouges est déjà dans notre bibliothèque. En 1899, ce conte fut adapté en ballet pour Les Folies Bergères avec une musique de Louis Ganne.

Illustration : La Princesse au Sabbat, par Manuel Orazi (1898).

La Princesse au sabbat.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 917 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

STRAUSS, Maurice – Adam Worth : mémoires d’un voleur de qualité (Huitième Partie)

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Dante Martins Teixeira - Arara

Dans cet avant-dernier chapitre des Mémoires d’un voleur de qualité, Adam Worth témoigne de son honnêteté (!!) en partageant son butin avec un jeune voyou en herbe.

Contenu du chapitre 12 :

Qui est l’histoire d’un terme, d’une concierge, d’un perroquet et d’un moutard bien viril.

« Le concierge a une passion. Le billard ! Pour lui la raison et la fin de toutes choses, se résume à la joie de pousser les billes d’ivoire sur le drap vert et de réussir une longue série de carambolages. Si bien qu’il est invariablement sorti, après le déjeuner et que l’après-midi, Mme son épouse, la concierge, seule, garde la loge.
Cette concierge est la perle des concierges. Une rareté sans pareille, adorée de ses locataires. Diligente à leur distribuer les lettres, dès que le facteur a passé, elle est avare d’observations aux bonnes, tolérante aux fournisseurs. Mais elle a un faible. Son perroquet ! »

De quoi faciliter un nouveau cambriolage…

Accéder à l’œuvre intégrale…

Illustration : Dante Martins Teixeira, Arara (165?).

Chapitre 12.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 115 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

HUGO, Victor – Histoire d’un crime (Deuxième Journée)

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 3h 10min | Genre : Histoire


Alphonse Baudin (1811-1851) sur la barricade du faubourg Saint-Antoine, le 3 décembre 1851

Ce texte écrit en 1851 sur la prise de pouvoir par Napoléon III paraît en 1877, au retour d’exil forcé de Victor Hugo.
Il retrace les quatre journées, et fait revivre des personnages de ces heures sombres.

Cette deuxième journée est intitulée La Lutte. Nous sommes le 3 décembre 1851.

« On vient pour m’arrêter
Pour aller de la rue Popincourt à la rue Caumartin, il faut traverser tout Paris. Nous trouvâmes partout un grand calme apparent. Il était une heure du matin quand nous arrivâmes chez M. de la R. Le fiacre s’arrêta près d’une grille que M. de la R. ouvrit à l’aide d’un passe-partout ; à droite, sous la voûte, un escalier montait au premier étage d’un corps de logis isolé que M. de la R. habitait et où il m’introduisit.
[...]
Ces voitures défilaient l’une après l’autre, fermées, gardées, mornes, muettes ; aucune voix n’en sortait, aucun cri, aucun souffle. Elles emportaient au milieu des épées, des sabres et des lances, avec la rapidité et la fureur du tourbillon, quelque chose qui se taisait ; et ce quelque chose qu’elles emportaient et qui gardait ce silence sinistre, c’était la tribune brisée, c’était la souveraineté des assemblées, c’était l’initiative suprême d’où toute civilisation découle, c’était le verbe qui contient l’avenir du monde, c’était la parole de la France ! »

Illustration : Louis-Ernest Pichio, Alphonse Baudin (1811-1851) sur la barricade du faubourg Saint-Antoine, le 3 décembre 1851.

Accéder à l’œuvre intégrale.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 282 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

SCHOLL, Aurélien – Jolie société ! – Paris en noir – Un homme providentiel

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 36min | Genre : Nouvelles


Paris en noir

Vers 1880 la France semble en bien mauvais état si l’on écoute Aurelien Scholl, l’auteur de Une Chinoise et du Miracle de Montargis.

Jolie société !
« Depuis l’Elysée jusqu’à la Morgue, tout change, tout passe. Voyez les journaux les plus graves. Tant que les grandes questions remplissent leurs colonnes, tant qu’ils ont des discours à reproduire, ils annoncent à peine un incendie, un vol nocturne, Ils ne se dérangent guère que pour un assassinat. Quand, au contraire, la politique ne donne pas, quand les Chambres sont prorogées, on ne voit plus que guet-apens, enfants écrasés par des voitures ou incendiés par l’imprudence de leurs parents qui leur avaient donné des allumettes en disant : « Nous sortons, amusez-vous bien ». On ne peut plus démolir un mur sans que les maçons y trouvent un trésor. »

Paris en noir
« Le fiacre se rendit au Trocadéro par les petites rues de la rive gauche. Rappelez-vous, s’écria alors des Tourteaux, la magnificence de l’Exposition de 67, le bruit, l’animation, les musiques, et regardez ! Il n’y a pas un chat ! murmura Canasson. – Il n’y a pas même de marchandises, s’écria des Tourteaux avec ironie. Assez ! mon ami, assez ! je retourne à Crétigran. »

Un homme providentiel, ou « comment la gloire arrive grâce à la découverte d’un cadavre » est moins pessimiste.

Illustration : Charles Lansiaux, Berge de la Seine. Gîte d’un miséreux (191?).

> Écouter un extrait : Jolie société !.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 962 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

DIDEROT, Denis – Essai sur la peinture (1766)

Donneuse de voix : Domi | Durée : 2h 48min | Genre : Essais


Denis Diderot

« Rendre la vertu aimable, le vice odieux, le ridicule saillant, voilà le projet de tout honnête homme qui prend la plume, le pinceau ou le ciseau. » Diderot, Essais sur la peinture (1766).

Diderot, à la demande de l’un de ses amis qui dirigeait le journal La Correspondance littéraire, commence des chroniques sur les expositions organisées tous les deux ans par l’Académie royale de peinture et de sculpture. Ces Salons, qui ne sont au départ que de simples jugements critiques d’un amateur éclairé, se transforment au fil des ans en analyses pointues et considérations philosophiques sur l’idée du Beau, le rôle du peintre et de son œuvre. Ils se doublent parfois d’écrits plus théoriques : l’Essai sur la peinture accompagne le Salon de 1765. (D’après la BNF)

> Écouter un extrait : Chapitre 01 : Dessin.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 116 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

JANIN, Jules – Tout de bon cœur

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 40min | Genre : Contes


Tout de bon cœur

Tout de bon cœur, à découvrir, est le premier de la liste des huit Contes, nouvelles et récits de Jules Janin(1884), recueil qui contient égalemet Mademoiselle Laurette de Malboissière.

« Car c’est l’usage entre les démons de l’autre monde et les démons de celui-ci, sitôt que le diable a trouvé sa proie, il faut nécessairement qu’il l’accepte et s’en aille au loin chercher une autre aventure. Ainsi, vous rencontreriez Satan lui-même et vous lui donneriez à emporter la première créature qui s’offrirait à ses yeux :
- Tope là ! dirait Satan. »

Illustration : Tout de bon cœur, par A. Duvivier (1867).

Tout de bon cœur.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 855 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MOLIÈRE – Le Sicilien, ou L’Amour peintre

Donneuse de voix : Christiane-Jehanne | Durée : 42min | Genre : Théâtre


Pierre Mignard - Portrait de Molière

L’œuvre de Molière, une trentaine de comédies en vers ou en prose, accompagnées ou non d’entrées de ballet et de musique, constitue un des piliers de l’enseignement littéraire en France et continue de remporter un vif succès au théâtre, et non seulement en France.

C’est au cours du premier semestre de 1644 que Jean-Baptiste Poquelin prend pour la première fois ce qui deviendra son nom de scène puis d’auteur. Le 28 juin, il signe « De Moliere » (sans accent) un document notarié dans lequel il est désigné sous le nom de « Jean-Baptiste Pocquelin, dict Molliere ».

À l’automne 1645, Molière quitte Paris. Il passera les treize années suivantes à parcourir les provinces du royaume.
(Source : Wikipédia).

« Nous avons établi ce texte d’après celui de sa première édition, parue du vivant de Molière, et conservée à la Bibliothèque Nationale de France. Pour le texte même, dans les cas de faute manifeste, nous nous sommes référé à l’édition de 1682, dont nous donnons toutes les variantes. Nous ne nous sommes référé que de manière exceptionnelle à l’édition de 1734, dans les cas où ses didascalies pouvaient éclairer un jeu de scène particulier.
Notre règle d’or a été la fidélité rigoureuse au texte original ; nous n’avons corrigé des fautes évidentes que dans quelques cas extrêmement rares, et que nous mentionnons en note.
L’édition originale de la pièce porte la date de 1668 (achevé d’imprimer du 9 novembre 1667).
Éditions collationnées : 1668, 1682. » (ToutMolière.net)

Extraits de la Notice :
« Comédie par J.-B. P. de Molière,
Représentée pour la première fois à Saint-Germain-en-Laye, par Ordre de Sa Majesté, au mois de février 1667, et donnée depuis au public sur le Théâtre du Palais-Royal le 10e du mois de juin de la même année 1667 par la Troupe du Roi.
[…]
et, au dire de Voltaire, la seule des œuvres en un acte du poète qui contienne « de la grâce et de la galanterie ».

Et voici Hali, le valet d’Adraste… « Chut … »

Illustration : Pierre Mignard, Portrait de Molière (1658).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Scène 01.

..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 1 015 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

MULLEM, Louis – La Philanthropophagie

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 32min | Genre : Contes


Charles E. Gordon Frazer - Fête cannibale sur l'île de Tanna

Auriez-vous envie de vivre dans ce pays, imaginé par Louis Mullem (1830-1902) dans un de ses Contes d’Amérique : La Philanthropophagie ?

« Assurer l’approvisionnement autophagique et national, telle était, poursuit-elle, la préoccupation dominante du législateur. En conséquence, tout indigène était tenu de mourir pour son pays et cette clause, prise à la lettre, n’affectait pas, comme ailleurs, un sens de détachement et de vaines protestations platoniques. On mourait, mangeable, à quarante ans révolus, époque où dans la pleine maturité des chairs l’âme s’éteint volontiers aux illusions.
L’inutile fardeau de la vieillesse fut ainsi supprimé, sauf pour la caste des administrateurs chargés du souci gouvernemental, sorte d’aristocratie sénatoriale formée, cela va de soi, par le notable et ses associés. »

Illustration : Charles E. Gordon Frazer, Fête cannibale sur l’île de Tanna, Nouvelles Hébrides.

La Philanthropophagie.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)


..: Voir la page complète de ce livre audio :..

Page vue 855 fois | Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

Tous Nos Livres Audio Gratuits :