Howard Phillips Lovecraft, Les Champignons de Yuggoth - illustration

Les Champignons de Yuggoth

« J’avais le livre qui contenait le secret passage,
Par-delà le tourbillon et au travers les frontières des espaces suspendus
Qui tenaient les mondes non dimensionnés à distance
Et gardaient les ères perdues dans leurs demeures.
Au final, la clef était à moi qui m’amènerait à des visions floues
De flèches solaires et de bois crépusculaires et couverts,
Sis dans des golfes au-delà des occupations de cette Terre
Là où se tapissent les mémoires de l’infini
La clé était mienne, mais je me suis assis là marmonnant
La fenêtre du grenier s’agita en un léger mouvement. »

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Benoît Vézinaud (domaine public, source ebooksgratuits).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 06/10/2012.
Consulté ~19 553 fois

Lu par Aymeric

Suggestions

19 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je viens de me rendre compte que j’avais oublié de préciser que la version en sonnets est disponible sur lulu.com, merci à eux…

  2. Merci à toi Aymeric pour la lecture, je n’ai pas encore eu le temps de l’écouter (mais je viens de la télécharger et le ferais bientôt), mais cela m’a vraiment fait plaisir.

    Pour ceux que cela intéresse, je viens d’en poster une version plus proche du format original, c’est à dire sous forme de sonnets comme dans la version américaine originale.

  3. Merci Nico.
    Effectivement, la légère incertitude est l’un des sentiments que je voulais faire passer dans la lecture.
    A bientôt !

  4. Bonjour Aymeric, merci beaucoup pour cette lecture. J’ai réécouté le textes de nombreuses fois. A la différence de plusieurs posts précédents, je pense que c’est exactement ce qu’il faut. Pas d’effets recherchés ni d’emphase ennuyeuse, et une sorte de légère incertitude qui va très bien à cet univers cauchemardesque, morcelé et haletant. Chaque chapitre semble écrit par un narrateur qui se réveille en sursaut. Keep reading!

  5. Je trouve que votre voix est faite pour lire; elle sait retenir l’attention de l’auditeur.
    Sincère encouragement.
    J Pierre

  6. (Re)bonjour Aymeric,

    Je voulais encore vous donner un autre conseil : avant chaque lecture, je vais marcher une heure à un rythme assez soutenu. J’ai remarqué que ça m’aide beaucoup, notamment je pense, parce que les auteurs écrivent souvent leurs oeuvres dans des moments de grandes tensions intérieures, et que l’accélération du rythme cardiaque provoquée par la marche permet en quelque sorte de restituer un peu de cette intensité.
    Enfin, c’est ce que je pense ? D’autres effets bénéfiques d’une bonne marche pourraient être évoqués…

    Bonne journée à vous,

    Ahikar

  7. Bonjour Aymeric,
    Je ne connais pas l’œuvre de Lovecraft, et ne m’exprimerai donc pas dessus. Je trouve les conseils de Bene Trovato très bons. Pour votre prochaine lecture, choisissez une oeuvre que vous connaissez bien, dont vous pénétrez bien le sens, et lors de sa lecture: vivez-là ! Et vous verrez que ça passera !

    Je vous souhaite une très bonne continuation, et surtout persévérez, vous réussirez !

    Bien amicalement,

    Ahikar

  8. Merci, Aymeric, de me lire du Lovecraft que j’ai dévoré tant de fois adolescenteet que ma vue très basse ne peut plus lire..
    Mais, s’il vous plait, ne mentionnez pas les chapitres : cela enlève beaucoup au rçeve.
    Encore du Lovecraft, please.
    Cordialement

  9. Lecture un peu rapide (mais, je découvre que c’est votre premier) , manque de sensualité aussi ; lecture comme “universitaire”… Bon courage.
    Bertrand SAINT-SONGE

  10. Merci pour vos encouragements ! 🙂
    C’est mon premier billet, et j’ai pas pris le texte le plus simple.
    J’avoue que j’ai eu du mal avec le sens parfois. La traduction est quelquefois assez bizarre…
    Lisez le texte original, et dites-moi si vous comprenez mieux certains passages, je suis peut-être passé à coté…

  11. Lecture hachée, parfois hésitante, il m’arrive de ne rien comprendre.
    Il faut vous décontracter, je crois, et ne pas penser à votre public.
    Pas facile de lire, le trac existe pour les donneurs de voix aussi.
    Ça peut être une école de la maîtrise de soi.
    Bonne continuation, Aymeric !