Giuseppe Arcimboldo - Rudolf II of Habsburg as Vertumnus (1591)

Rêve d’agapes, à l’ombre du noyer

Le tilleul est un arbre d’expérience, auprès duquel il est bon de prendre avis et conseil. Ses vertus apaisantes ont déterminé Gaston, l’aubergiste de La Rapière, à venir accomplir quotidiennement son rituel de la sieste à l’ombre de son feuillage odorant et d’y puiser, en songe, la matière de ses meilleures recettes. Mais un essaim d’abeilles importun va l’en chasser. Il ira imprudemment trouver refuge au pied d’un noyer ténébreux, cet arbre auquel on prête, à tort ou à raison, des pouvoirs maléfiques ! Qu’adviendra-t-il de cette coupable négligence ?

© Alain Degandt – Tous droits réservés.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 18/05/2013.
Consulté ~7798

Lu par Lemoko

• • •More

Suggestions

9 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci Isabelle, votre commentaire est lui aussi plein de (très bon) goût et de sensualité.Si Gaston vient à le lire, nul doute qu’il sera tenté, dorénavant, par des siestes “améliorées”, qui se pratiquent, comme chacun sait, à deux ! … et son tilleul ou son noyer aura tout d’un érable pourpre !

  2. Quelle sensualité! La vue, l’ouïe, l’odorat, le goût, et les frissons du plaisir, tout est là, exprimé dans une langue riche, élégante et très évocatrice. Votre inventivité gastronomique est digne de la table de Lucullus! Quant à la seconde partie, elle fait écho au constat que ceux de nos congénères dotés d’une belle imagination pour célébrer la bonne chère ne sont souvent pas en reste pour savourer les plaisirs de la chair.

    La parfaite osmose entre le texte et son lecteur fait de l’écoute un vrai régal. Je joins donc à celles des précédents commentateurs mes félicitations à l’adresse de l’auteur et de son interprète pour cette nouvelle si réjouissante, à garder comme en-cas roboratif pour les jours de spleen.

    Une auditrice dont une des lectures favorites est celle des livres… de cuisine.

  3. Merci Alain de m’avoir confié ce texte ..
    Car
    J’aime faire la sieste parfois sous mon tilleul ,
    quant à mon noyer il me cause quelques tracas , etant trop près de mon potager , et les abeilles par deux fois ont essaimé dans mon if et mon marronier
    J’adore la cuisine et les aubergines….
    Que de similitudes …
    Vraiment j’ai eu un réel plaisir à lire cette nouvelle , bon et bien à présent je mets mon tablier et je retourne au piano ….

  4. Merci à Cocotte, Esperiidae, Lonzine et Maïté (par ordre d’arrivée à table) pour les délicieux compliments qu’elles nous ont mitonnés ! Et un grand, grand merci à Lemoko, audio-Maître-Queue hors pair, pour sa gouleyante et onctueuse lecture ! Hummm, miam-miam ! On en a l’eau à la bouche !

  5. Delicieux, on sent les odeurs et on salive. Merci pour ce beau texte lu avec une belle chaleur dans la voix.

  6. Quel texte et quelle interprétation!Superbes, et encore plus!
    Ce menu succulent m’a alléchée cruellement! Même si vous donnez généreusement les recettes, il est impossible de cuisiner ainsi chez soi! Une seule solution, se précipiter dans cette auberge! Donnez-moi vite l’adresse et je déménage à la première heure!
    Un magnifique apport à la bibliothèque de Littérature audio.
    Un grand merci à vous deux, à la belle équipe que vous formez! Bravo!
    Cocotte