Ramon Bayeu y Subias - Homme élégant jouant de la guitare

Le Mariage de Figaro

Trois années se sont écoulées depuis que Figaro a aidé le Comte Almaviva à conquérir la belle Rosine au nez et à la barbe de son tuteur, Bartholo (cf. Le Barbier de Séville). Les choses ont bien changé : Figaro, promu concierge du château du Comte, s’apprête à épouser Suzanne, la femme de chambre de la Comtesse, tandis que la triste Rosine se morfond, délaissée par son mari infidèle. Celui-ci essaie de contraindre Suzanne à lui accorder, le soir de ses noces, une sorte de « droit de cuissage ». Si elle accepte, il lui offre une dot. Si elle refuse, il fera tout pour empêcher son mariage. Mais Figaro, une fois mis au courant, est de taille à contrecarrer ses plans et à lui faire passer une « folle journée ».

La plus célèbre pièce de Beaumarchais est une comédie enlevée au rythme trépidant qui renferme une puissante critique sociale sur la noblesse. Beaumarchais y glisse par ailleurs des propos d’une étonnante modernité sur la condition des femmes, le mariage, l’armée, la liberté d’expression…

« Suzanne. – Tu croyais, bon garçon ! que cette dot qu’on me donne était pour les beaux yeux de ton mérite ?
Figaro. – J’avais assez fait pour l’espérer.
Suzanne. – Que les gens d’esprit sont bêtes !
Figaro. – On le dit.
Suzanne. – Mais c’est qu’on ne veut pas le croire.
Figaro. – On a tort.
Suzanne. – Apprends qu’il la destine à obtenir de moi, secrètement, certain quart d’heure, seul à seule, qu’un ancien droit du seigneur… Tu sais s’il était triste !
Figaro. – Je le sais tellement que, si monsieur le comte en se mariant, n’eût pas aboli ce droit honteux, jamais je ne t’eusse épousée dans ses domaines.
Suzanne. – Eh bien ! s’il l’a détruit, il s’en repent ; et c’est de ta fiancée qu’il veut le racheter en secret aujourd’hui.
Figaro, se frottant la tête. – Ma tête s’amollit de surprise ; et mon front fertilisé…
Suzanne. – Ne le frotte donc pas !
Figaro. – Quel danger ?
Suzanne, riant. – S’il y venait un petit bouton ; des gens superstitieux…
Figaro. – Tu ris friponne ! Ah ! s’il y avait moyen d’attraper ce grand trompeur, de le faire donner dans un bon piège, et d’empocher son or !
Suzanne. – De l’intrigue, et de l’argent ; te voilà dans ta sphère. »

Donneurs de voix ayant participé au projet :

Le Comte Almaviva : Vincent de l’Épine,
La Comtesse : Esperiidae,
Figaro : Alain Degandt,
Suzanne : Plume,
Marceline : Cocotte,
Antonio : Lemoko,
Fanchette : Pauline Pucciano,
Chérubin : Domia,
Bartholo : Gustave,
Bazile : Christophe Ménager,
Brid’oison : Florent,
Double-main : René Depasse,
L’huissier : Ahikar,
Grippe-soleil : Lemoko,
Pédrille : Daniel Luttringer,
Didascalies et préface : André Rannou,
Montage et Coordination : Plume.

Avec l’aimable participation de Noémie dans le rôle de la jeune bergère et de Farfadet dans celui du laquais.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Transitions entre les actes, Acte IV, Scène 06 et Scène 09 :
Wolfgang Amadeus Mozart, Le Nozze di Figaro (K.492) – Ouverture, interprété par l’Orchestre symphonique de la Radio de Berlin, sous la direction de Ferenc Fricsay (1961) (licence Cc-0-1.0).

Acte II, Scène 04 :
Fernando Sor, Introduction et variations sur Malbrough s’en va-t-en guerre, Op 28, interprété par Luis Alvarez (domaine public).

Acte IV, Scène 09 :
Tomas Damas, Fandango y Coplas, interprété par Tony Wilkinson (licence CC-0-4.0) .
Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour Clarinette en la majeur – Rondo Allegro Op.622, interprété William McColl (licence Cc-By-Sa-3.0).

Acte V, Scène 19 :
Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto pour Clarinette en la majeur – Rondo Allegro Op.622, interprété William McColl (licence Cc-By-Sa-3.0).

Bruitages extraits de Freesound.org et Universal Soundbank.

Livre audio ajouté le 02/11/2018.
Consulté ~27 419 fois

Autres projets collectifs

Suggestions

14 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci, chère Fraise_sauvage, pour votre commentaire. Nous sommes très heureux que vous ayez aimé notre interprétation.
    Vincent et Esperiidae vont si bien ensemble vocalement qu’on va tâcher de les marier à nouveau pour Les Fausses confidences de Marivaux 🙂 J’espère que leurs éventuels conjoints respectifs n’en prendront pas ombrage !
    Et n’oublions pas tous les plus petits rôles et celui, pas très passionnant, d’enregistrer les didascalies. Ils sont tous très bons dans leur partie. Sans eux, nous n’aurions rien pu faire.

  2. Ah mais oui Fraise Sauvage, c’est vrai que cette belle pièce nous a “mariés” quelques heures Esperiidae en moi 🙂 !!!
    Merci à Plume et à sa persévérance pour nous avoir tous entrainés dans ce beau projet !

  3. Chère Fraise Sauvage, merci beaucoup pour vos mots si sympathiques, si chaleureux et pour vos fidèles encouragements. Bonne fin de journée. Amicalement,
    ALAIN D.

  4. Quel beau projet collectif! Une autre merveille de LA 🙂 Avec le comte et la comtesse, je revoyais les champs de bataille et l’hiver russe par moments 😉
    Et puis, quel Figaro, quelle Susanne et quelle Marceline, un grand bravo à Alain Degandt, à Plume et à Cocotte sans oublier le charmant Cherubin et tous les autres DDV. Cela a dû être une grande prouesse technique d’assembler tous les fragments!Un grand merci!

  5. • • •More