Georges Bernanos

La Joie

La Joie est la suite de L’Imposture. On y retrouve quelques-uns des mêmes personnages, mais cette fois le premier rôle est tenu par Chantal de Clergerie. L’action se déroule à Laigneville, dans le château normand de Monsieur de Clergerie, historien médiocre mais ambitieux, dont la petitesse d’esprit va de pair avec sa petite taille et sa « tête de rat ». Chantal, jeune fille très belle, d’une admirable pureté, rayonne la joie et la bonté, mais n’en est pas moins tourmentée parce qu’elle échoue à rendre heureux tous les membres de son entourage, que son mysticisme inquiète.
Elle doit faire face à l’égoïsme de son père qui, à la veille d’un second mariage, souhaiterait se débarrasser d’elle en l’envoyant dans un couvent. Elle est également confrontée à des personnages redoutables, dont Fiodor, le chauffeur russe éthéromane, qui l’a surprise en extase et pourrait jaser, et sa grand-mère, à demi-folle, maniaquement attachée à ses clefs, et tenaillée par le remords pour avoir détesté et refusé de soigner, à la veille de sa mort, la maman de Chantal. Elle doit aussi croiser le fer avec le docteur La Pérouse, psychanaliste « redresseur de mensonges », qui la prend d’abord de haut mais finit par rendre les armes et quêter son pardon. Son ultime combat l’opposera à l’abbé Cénabre, toujours hanté par le souvenir de l’abbé Chevance, et qui à son corps défendant finira par lâcher le « secret » de son incroyance. Chantal parviendra « in extremis » à ébranler l’édifice de son « imposture », fût-ce au prix de sa propre vie.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 19/09/2019.
Consulté ~4 711 fois

Lu par André Rannou

Suggestions

12 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour Julien.J’ai en effet arrêté de faire de nouvelles lectures, mais début janvier 2021 seront mis en ligne trois textes de Conrad enregistrés en 2019. Ma santé est convenable,malgré le poids des ans ! Je vous remercie de votre fidélité.

  2. André, je viens de constater que je vous ai ecouté avec plaisir quasi 200 heures.
    Je constate également, avec regret, que votre dernière lecture remonte à plus d’un an.
    J’espère que vous vous portez bien et que vous nous ferez à nouveau le plaisir de pouvoir vous écouter.
    Un grand merci pour ces heures passée en votre compagnie.

  3. Grand merci à vous, chère Origan, pour cette appréciation qui me confirme que mes lectures ne sont pas vaines. Je partage votre admiration pour Bernanos, tout en reconnaissant qu’il n’est pas toujours d’un accès facile.

  4. Merci pour vos lectures de “L’imposture” et de “La joie”. Quel grand écrivain que Bernanos! Sans votre initiative, je n’aurais jamais osé le lire. La forme est magnifique. Si bien des éléments du “fond” m’échappent, j’y ai trouvé des rapports avec ce que je crois, et d’apaisement avec ce que j’y ai découvert.

  5. “La Joie”, quelle joie ! Merci pour cette suite de “L’Imposture”, un bon classique, ça ne se refuse pas surtout quand c’est lu par André Rannou.
    Merci encore cher André.
    Fidèlement,
    Marie-Ange

  6. Cher monsieur,
    C’est tout à votre honneur d’avoir choisi cet écrivain qui, paraît-il, est très apprécié par le pape François

  7. Cher monsieur Rannou,
    Personne ne sera déçu: votre talent de lecteur est intact,
    donc, très agréable à écouter. Ce texte vous convient très bien.
    ⭐️-Je vous dis merci et bravo !-⭐️
    Cordialement
    ❣️Lyse

  8. Cher monsieur Rannou, un immense merci pour votre “héroïque” persévérance ! Vous nous offrez généreusement cette lecture malgré les difficultés et les doutes que vous avez pu rencontrer. Mais avec le talent et la maîtrise qui vous caractérisent je ne doute pas de la qualité du résultat ! Avec toute ma profonde reconnaissance, gratitude et… admiration !