Tristan Bernard en 1927

Aux abois : journal d’un meurtrier

Paul Duméry, ancien assureur, vient de commettre le meurtre, non prémédité, de l’un de ses créanciers. En cavale, il rédige son journal.
Roman noir, certes, mais où perce le sarcasme cher à Tristan Bernard, qui réussit à nous rendre attachant son personnage.
D’aucuns diront que ce roman préfigure L’Étranger de Camus.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Illustration : Tristan Bernard en 1927 Domaine public
Références musicales :

Erik Satie, Gnossienne No. 3, interprétée par Francis Poulenc (1957, domaine public).

Livre audio ajouté le 29/10/2018.
Consulté ~5 538 fois

Lu par Pomme

Suggestions

18 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je crois qu’il y a un monde entre ce roman et celui de Camus… je suis ravie que celui-ci vous ait plu.
    Merci, Serge, pour votre gentil compliment.
    Quant à Barrès, je vous avouerai que je ne connais pas! J’ai vu qu’il y avait 4 livres de lui sur le site.

  2. Chère Pomme
    Merci de m’avoir fait découvrir ce très grand roman. On aimerait savoir si Albert Camus avait lu ce livre qui rappelle par le thème et le ton l’Étranger. Votre lecture sentie en fait bien ressortir toutes les finesses et les nuances.
    Dans un autre ordre d’idée, je me demande pourquoi Maurice Barrès retient si peu l’attention de Litterature audio. Je sais qu’il n’a pas bonne réputation mais c’est un auteur qu’il ne faut pas oublier devant la montée des nationalismes. Et il écrit tellement bien.
    Avec ma vive reconnaissance
    Serge

  3. Chère Fraise, vous me faites tellement plaisir! Je suis bien d’accord avec vous que Tristan Bernard est bien trop méconnu. Le ton humoristique de ses histoires même dramatiques est vraiment unique.

  4. Merci, merci chère Pomme, en effet Tristan Bernard mériterait d’être mieux connu, le sujet et la façon de le traiter sont très intéressants. Et votre lecture parfaite, comme d’habitude, on sent que vous y avez pris du plaisir. J’ai passé un après-midi fort agréable, hier, en votre compagnie. Chaque votre enregistrement est une valeur sûre.
    Mais c’est surtout Monsieur Blum qui m’a ramené ici, Tristan Bernard étant son ami intime 🙂
    Je vais rester avec vous ce week-end dans le cadre de mon nouveau programme “la deuxième chance” 😉 Je reviens vers les livres que j’ai détestés par le passé. Grâce à vous j’espère “réhabiliter”, à mes propres yeux, un grand classique que vous avez lu sur le site. Balzac l’a encensé et Léon Blum a énormément apprécié l’auteur mais… je n’oserais jamais le relire sans avoir « le soutien » de votre voix ! 😉
    Je vous en dirai des nouvelles bientôt.
    D’ici là passez un beau week-end, en bonne santé et de bonne humeur!
    Bien chaleureusement et fidèlement 😉
    Fraise

  5. Bonjour Curtis. Je ne sais pas comment vous parlez “la langue de votre coeur”, mais vous l’écrivez très bien. je suis touchée par votre message, et vous en remercie sincèrement.

  6. Merci beaucoup pour tout le travail que vous faites pour nous autres. Je suis américain et j’ai appris le français dans ma jeunesse et je n’ai jamais l’ocassion de le parler. Je tiens ma connaissance de la langue à jour en écoutant votre belle voix me raconter toutes ces histoires merveilleuses en français, la langue de mon coeur. J’ai maintenant 69 ans. Encore une fois merci.

  7. Thomas, je suis bien heureuse que vous découvriez ainsi cet auteur, trop méconnu à mon goût. Et je vous remercie pour le compliment!
    Et surtout, plus de “madame”, d’accord?
    Pomme

  8. • • •More