Emile Gaboriau - Les Gens de bureau

Les Gens de bureau

C’est en 1862 qu’Émile Gaboriau publie Les Gens de bureau, satire féroce des employés des ministères du Second Empire, trente ans avant Messieurs les ronds de cuir de Georges Courteline se moquant des fonctionnaires de la Troisième République. Parenté évidente entre les deux ouvrages !
Ce roman satirique est une suite d’anecdotes offrant un spectacle comique, sidérant, absurde, kafkaien, pathétique (rarement), incroyable parfois (vérité ou caricature ?). On comprend comment les employés disparaissent du Ministère tous les après-midi pour aller jouer au billard et boire un coup, ceci grâce au tour du chapeau. On nous explique que la préférence des employés qui font l’école buissonnière va au café aux vitres duquel le patron a eu l’idée de mettre des rideaux épais. On apprend que le déjeuner n’absorbe pas plus du tiers des six heures de travail réglementaires… etc.
À écouter, si l’on veut, par fragments d’où la dérision n’est jamais absente !
« Pour en revenir à l’Administration de l’Équilibre, elle est minutieuse et fouilleuse, chercheuse, méticuleuse, soigneuse, éplucheuse, ombrageuse, fureteuse, contrôleuse, mais par-dessus tout consciencieuse.
Elle est aussi tracassière, paperassière, écrivassière, coutumière, cartonnière, mais avant tout régulière. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 13/03/2013.
Consulté ~11819

Lu par René Depasse

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci pour cet excellent moment, pour le ton juste de votre lecture. Une critique de la bureaucratie, fonctionnaire moi même, je me suis beaucoup amusée… Merci encore de m’avoir fait connaitre cet œuvre.

  2. Excellente lecture d’un roman qui m’a beaucoup amusé. Quelle acuité pour relever les travers …
    Merci au donneur de voix de l’avoir rendu si vivant !

  3. Quel plaisir d’écouter Emile Gaboriau, cette fois dans un autre registre que le policier, mais pas moins intéressant. Toujours l’oeil et la remarque incisifs et un phrasé délié chez cet auteur.

    Merci à vous, M. Depasse de toute la production généreuse que l’on retrouve sur le site. J’aime écouter votre voix sonore.