Novembre

Un jeune homme tourmenté est initié à l’amour par Marie, une prostituée qui vit dans une maison isolée. Malgré la passion qui naît entre eux, il n’a pas le courage de partager sa vie et la fuit.

« J’aime l’automne, cette triste saison va bien aux souvenirs. Quand les arbres n’ont plus de feuilles, quand le ciel conserve encore au crépuscule la teinte rousse qui dore l’herbe fanée, il est doux de regarder s’éteindre tout ce qui naguère brûlait encore en vous. […] »

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : Gustave Flaubert (par Giraud).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Introduction des chapitres :
Frédéric Chopin, Nocturne Op. 9 N°2, interprétée par Katrine Gislinge.

Final des chapitres :
Frédéric Chopin, Nocturne N°20 (posthume), interprétée par Andrys.

Chapitre 2 :
Paysage sonore de Philippe Vuillaume, intitulé “Après la pluie”.

Livre ajouté le 14/07/2008.
Consulté ~36 236 fois

Lu par Victoria

Suggestions

11 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’ai découvert cette longue nouvelle de jeunesse de Flaubert grâce au site Littératureaudio. J’ai fait en sorte d’écouter au début du mois de novembre, pour coller au mieux à l’ambiance de ce texte. Et je ne peux que remercier pour cette lecture remarquable et émouvante, comme c’est d’ailleurs le cas pour toutes celles de la regrettée Victoria. Merci, merci.

  2. Bonjour! J’aurais souhaité avoir la version texte du livre Novembre et Mémoire d’un fou smart. Mais je n’arrive pas à accédé au fichier. Ce serais un grand plaisir si vous parvenez à m’envoyer le pdf.
    Merci.

  3. Merci pour votre merveilleuse lecture qui m’a rendu plus supportables mes heures de souffrance. La pièce au piano de Chopin a été d’une mélancolie touchante.

  4. Je rentre dans mon automne, ce texte magnifique résonne doublement. Vitoria je suis un fan et cette lecture est pour moi votre plus belle. Sublime, merci.

  5. magnifique, sublime. Un grand morceu de poésie en prose. Une analyse douloureuse grave et belle de la fuite du temps, pour nous pauvres mortels. Que d’émotionsde puretés mélées même dans l’obscénité. La morale du coeur est bien différente de celle des moeurs d’une société phénémologique ( mot barbare) hélas nécessaire. Notre société n’est ni pire ni meilleure qu’avant elle étouffe par trop de ” puritanisme” et fait de ” l’autocensure” ? par peur de paraitre sot, fat et ridicule. Comme F Nietzsche je dis” Il faut vivre dangereusement et toujours aller jusqu’au bout de nous même” Bravo Flaubert toujours d’actualité pour nous pauvres coeurs sanglants et blessés ” Qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivresse” Merci oui! le seul enseignement que je donne étant au crépuscule de ma vie est d’AIMER encore AIMER toujours AIMER ? car celà amène vers le BEAU le BIEN vers DIEU et c’est leseul moyen de lutter contre la MORT de l’indifférence Merci et bien cordialement hervé

  6. Bonjour Monica,

    Il y avait effectivement un problème d’envoi tronqué du chapitre 1. Merci de nous l’avoir signalé, je viens de corriger l’erreur.

    En vous souhaitant une bonne écoute,

    Bien cordialement.

    Augustin

  7. Il semble qu’il y est un problème sur le 1er chapitre qui ne dure qu’une ou deux minutes(quand on l’écoute chapitre après chapitre sans le télécharger). C’est frustrant car c’est de toute beauté !