Mary Wollstonecraft

Vie et mémoires de Mary Wollstonecraft Godwin

Une enfance et une jeunesse difficiles auprès d’un père brutal, instable et dépensier n’empêchèrent pas Mary Wollstonecraft (1759-1797) de devenir une des figures intellectuelles marquantes de son époque. Son premier livre à succès fut une violente critique des Réflexions sur la Révolution de France de Burke. Il fut rapidement suivi par sa Défense des Droits de la Femmes (1792), le grand texte fondateur du féminisme anglais. Mary crut avoir rencontré l’amour de sa vie, dans un Paris en pleine révolution, en la personne de Gilbert Imlay, citoyen américain, dont elle eut une fille, mais qui l’abandonna au bout de quelques mois. Après deux tentatives de suicide, elle eut la chance de rencontrer l’écrivain-philosophe William Godwin (1756-1826), qu’elle épousa. Elle mourut en donnant le jour à une deuxième fille, qui s’illustrera sous le nom de Mary Shelley-Wollstonecraft en écrivant et en publiant Frankenstein (1818).

À cause de sa vie, jugée scandaleuse par ses contemporains, l’œuvre majeure de Mary Wollstonecraft ne deviendra un classique que dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Dans ce court récit, William Godwin rend hommage à une femme dont il admire le courage dans l’adversité et le talent d’écrivain. Les nombreuses citations extraites de ses lettres à Gilbert Imlay en disent long sur la désinvolture de cet homme et sur l’aveuglement d’une femme amoureuse, outragée, certes, mais décidée, envers et contre tout, à amener à résipiscence le père de son enfant.

Traduction : Traduction anomyme (1802).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio ajouté le 24/05/2019.
Consulté ~4 550 fois

Lu par André Rannou

Suggestions

7 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonsoir cher André Rannou,

    J’ai passé une semaine agréable d’écouter les deux enregistrements de la vie de cette femme qui dévoile son attachement d’amour et ses souffrances partout OU elle se trouvait ! Quel esprit et éloquence !
    Bravo de cette recherche et cette volonté à vous…

    Ahmed

  2. Vous revenez en force, cher André, et nous en sommes ravis. Grâce à nous nous allons connaître cette femme très en avance sur les idées de son temps mais qui, morte en couches a eu, hélas, une fin prématurée tout à fait en rapport avec
    son époque. Dommage pour elle et pour les femmes!
    J’ai vu sur Google books que son ouvrage “Maria ou le malheur d’être femme” était en français libre de droits et donc téléchargeable. Je le signale pour ceux ou celles qui en seraient curieux car sur Wikipedia on ne mentionne que l’édition de 2005 comme accessible dans notre langue.
    merci encore,
    Bien amicalement,
    Marie-Ange