Les Pauvres gens

Les Pauvres Gens (Poème)

« Une femme à genoux prie, et songe, et pâlit.

C’est la mère. Elle est seule. Et dehors, blanc d’écume,

Au ciel, aux vents, aux rocs, à la nuit, à la brume,

Le sinistre Océan jette son noir sanglot,

L’homme est en mer […] »

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 23/11/2008.
Consulté ~36 543 fois

Lu par Christine Treille

Suggestions

20 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Vous êtes trop gentil André! Grazie per le Sue parole.
    J’ai toujours beaucoup aimé ce poème et le trouve chargé d’une intense émotion ce qui m’a très certainement aidée pour…l’interpréter!

  2. Lecture émouvante et exemplaire à tous points de vue. Vous ne vous contentez pas de lire le poème, vous l’interprétez, et c’est très bien ainsi.
    Congratulazioni!
    Amicalement.
    André

  3. Merci infiniment à toutes et à tous pour vos commentaires.
    Je regrette de n’être plus présente sur le site car des problèmes personnels m’en empêchent, un jour peut-etre!
    Pour Manon: l’homme est un matelot, un pauvre pécheur en mer comme le décrit si bien Hugo, tout au long du poème.

  4. Bonjour,
    Je voudrais savoir quel est le métier du mari de la femme et pourquoi il est absent dans l’extrait les pauvres gens.
    Merci d’avance ..!

  5. Tres beau poeme, Histoire emouvante… et tres belle diction… merci a vous… ce site est vraiment un don du ciel…

  6. Bravo ! Votre idée est super et vous avez une belle voix.
    3 détails: v.149 Comme ils dorment tous deux…..
    v.187 Mon pauvre homme….. v.221 – Moi ? dit-elle. Ah…..
    J’apprends le poème en ce moment.
    Bien à vous.

  7. Poème admirable et émouvant de Victor Hugo. Il a inspirer le film “les neiges du Kilimandjaro” sortit en novembre 2010.

  8. écouté ce beau texte grace à monsieur guédigian qui l’a cité pour illustrer son nouveau film: les neiges du kilimandjaro,
    si réconfortant d’entendre a notre époque des mots de fraternité!

  9. Merci pour cette excelente lecture qui me renvoi à mon enfance à Belcourt(Alger) et exactement à l’école “l’olivier”,il y a de cela 35 ans.

  10. merci c est beau .j ai eu du mal a accrocher a cause du debut mais on fini par etre pris par l apassion et la lecture du poeme et puis, la fin est superbe.

  11. magnifiquement dit!!! en effet très expressif ce qui rend le texte très vivant et encore plus attachant.Félicitation Christine

  12. salut
    c’est la première fois que j’entends ta voix bien aimable Christine Treille . je la trouve sincèrement très belle et surtout très douce . ta manière expressive de lire me plait énormément,j’ai trouvé grand plaisir à t’écouter et je te remercie mille fois de me l’avoir offert .
    TRÈS bonne continuation
    Bien Amicalement

  13. Merci beaucoup Marie pour votre commentaire!
    Il est vrai que ce texte outre à ses grandes qualités littéraires est empreint d’une bonté et d’une charité qui réchauffent le coeur.

  14. Un texte que j’ai connu chez ma grand-mère lorsque j’étais petite et que j’ai toujours beaucoup aimé.
    Contente de vous avoir fait plaisir!