Unidentified Painter - Ulrike von Levetzow (1821)

Élégie de Marienbad – Apaisement (Poèmes)

Goethe, à 72 ans, pendant un séjour de cure dans la station mondaine de Marienbad, tomba amoureux de Theodore Ulrike Sophie von Levetzow qui avait… 17 ans. Il ressentit pour la dernière fois de sa vie « une grande passion ». Deux ans plus tard il la fit demander en mariage, et raconta sa douleur devant le refus de sa proposition dans l’Élégie de Marienbad. (Ajoutons, pour la petite histoire, que Ulrike von Levetzow n’apprit l’existence de ce poème qu’après la mort de Goethe, ne se maria jamais et mourut à 95 ans).

« Maintenant je suis loin ! Que ferai-je à l’heure actuelle ? je ne le saurais dire. Elle était pour moi si bonne et si belle ! c’est trop de regrets, je veux m’y soustraire ! Une ardeur insurmontable me travaille et m’agite, et nul conseil ne me reste que des larmes sans fin. »

Même sujet dans Apaisement :

« La passion apporte la souffrance ! — Qui apaisera
Le cœur navré qui a trop perdu ?
Où sont-elle les heures si rapidement envolées ? »

Traduction : Henri Blaze de Bury (1813-1888).

Remarques :

Consulter les versions textes de ce livre audio : Élégie de MarienbadApaisement.

Livre audio gratuit ajouté le 24/06/2012.
Consulté ~10956

Lu par René Depasse

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. j’ai entendu et lu de Balzac “la duchesse de Langeais: les mots me manquent pour vous dire combien j’ai été heureuse. Merci mille fois