Jan de Baen - Les Cadavres des frères De Witt (1682)

Les Chants de Maldoror (Chant 4ème)

La quatrième Chant de Maldoror, comme les trois premiers, n’est pas pour tous les lecteurs. Les horreurs commises par le sombre antihéros nommé Maldoror sont décrites avec une complaisance qui peut choquer. Aucune des règles du réalisme ni de la logique n’est respectée. Maldoror ressemble parfois à un bandit parcourant le monde à toute vitesse, parfois mêlé aux oiseaux, parfois mêlé aux poissons… Toutes les strophes nous rappellent que l’homme est mauvais et que celui qui l’a créé est mauvais.

Cette écriture de la cruauté use parfois de métaphores et de comparaisons très originales, mais les longues périodes rendent parfois difficile leur enregistrement.
Terminons par l’ exemple de cette phrase :
« Et même, si le hasard te permettait, par un miracle absurde, mais non pas, quelquefois, raisonnable, de retrouver cette peau précieuse qu’a gardée la religieuse vigilance de ton ennemi, comme le souvenir enivrant de sa victoire, il est presque extrêmement possible que, quand même on n’aurait étudié la loi des probabilités que sous le rapport des mathématiques (or, on sait que l’analogie transporte facilement l’application de cette loi dans les autres domaines de l’intelligence), ta crainte légitime, mais, un peu exagérée, d’un refroidissement partiel ou total, ne refuserait pas l’occasion importante, et même unique, qui se présenterait d’une manière si opportune, quoique brusque, de préserver les diverses parties de ta cervelle du contact de l’atmosphère, surtout pendant l’hiver, par une coiffure qui, à bon droit, t’appartient, puisqu’elle est naturelle, et qu’il te serait permis, en outre (il serait incompréhensible que tu le niasses), de garder constamment sur la tête, sans courir les risques, toujours désagréables, d’enfreindre les règles les plus simples d’une convenance élémentaire. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 14/09/2014.
Consulté ~8413

Lu par René Depasse

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Cher René Depasse, merci pour cette lecture admirable, les difficultés du texte sont nombreuses; vous m’avez fait redécouvrir cet auteur.
    J’attends avec impatience la suite …

  2. René Depasse, vous citez un excellent exemple des difficultés de lecture que vous avez rencontrées.
    Imaginez qu’en plus vous ayez dû le lire sans dents!