Aquarelle rehaussée de pastel, de fusain et de sanguine de Fabie Lou

L’Audition

Un réalisateur, à la recherche d’un enfant d’une dizaine d’années qui sera la vedette de son prochain film, organise une audition dans un théâtre du sud de Philadelphie.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration : Aquarelle rehaussée de pastel, de fusain et de sanguine de Fabie Lou
Références musicales :

Johann Sebastian Bach, Prélude BWV 857 en fa mineur du premier cahier du clavier bien tempéré, interprété par Aegidius

Livre audio gratuit ajouté le 25/04/2014.
Consulté ~16478

Lu par Aegidius

• • •More

Suggestions

7 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Je précise bien des années après que cette mienne narration est une sorte d’énigme où j’ai mélangé le vrai et la fiction. Il s’agit de deviner en essayant de trier les informations, si toutefois l’auditeur veut se prêter à ce jeu, de qui il s’agit et de quel film il est question. Un cinéphile averti doit trouver assez rapidement, son intuition sera évidemment confirmée s’il connaît des éléments de réalisation et de tournage qu’on trouve dans les bonus des anciens DVD, ou encore dans certains articles glanés ici ou là à ce sujet où les détails se recouperont aisément. Bien à vous

  2. Merci bien, Shmuel R, de votre écoute amicale.

    Ce n’est que par approximation qu’on attribue à la Bible la formule latine “bonum vinum laetificat cor hominum”, l’Ecclesiasticus 40-20 de la vulgate de Saint Jérôme dit “vinum et musica laetificant cor”, le vin et la musique réjouissent le cœur, et continue en disant “et super utraque dilectio sapientiae”, mais ce qui réjouit encore plus le cœur, c’est l’amour de la sagesse.

    Je ne fais que citer un dicton populaire traditionnel en mettant notamment humains au pluriel, je dis “cor hominum” et non “cor hominis”, les deux formulations existent, ce n’est qu’un aimable lieu commun qui veut suggérer que la soirée va être simple et décontractée.

    Le prélude BWV 857 me sert en réalité de prétexte pour clôturer la narration, j’en ai réalisé une adaptation libre en mi mineur pour guitare classique il y a quelques années (proposée entre autres sur TheBookEdition).

    http://www.thebookedition.com/livres-gilles-louise-auteur-32715.html

    Merci encore de vos encouragements et bonne continuation.

  3. Merci beaucoup. Bonne idée que d’avoir lu votre texte sous l’égide judicieuse de Bach. Deux petites remarques, cependant : le prélude en Fa mineur du IIème live du Clavecin bien tempéré me semble plus riche et plus prenant que le premier. L’adage latin “le bon vin réjouit le coeur de l’homme”, c’est déjà en hébreu dans la Bible. Bravo.

  4. Pour ceux qui au contraire apprécient s’il y en a, je lis le chapitre 10 de mon conte de fées échiquéen intitulé “Le tournoi d’échecs” dans une version artisanale au format MP3.

    http://9giga.sfr.fr/n/50-17/share/LNK718152771ac1d353e/

    Comme je ne l’ai pas proposé au vote chez Littérature Audio et qu’il n’est pas tout à fait aux normes exigés par le site, je vous en indique seulement l’adresse pour ceux que ça pourrait intéresser, il suffit de télécharger l’occurrence proposée sur la page.

    Le livre est lisible sur MonBestSeller mais il faut s’inscrire pour pouvoir accéder à la lecture gratuite des livres avec une liseuse incorporée.

    http://www.monbestseller.com/manuscrit/le-tournoi-dechecs#.UwxHEYX3-24

    Pour information complémentaire, ce site n’accepte pour l’instant l’hébergement gratuit que d’un seul texte, à partir du deuxième, il faut payer le service mais ça reste malgré tout intéressant et peu contraignant, en tout cas jusqu’à présent.

    Bien à vous

  5. Merci, David, de votre sincérité, et désolé à mon tour de ne pas vous séduire plus.

    Pour moi, un artiste n’a pas le choix, c’est donc toujours un risque de présenter quelque chose sorti de l’imagination. D’ailleurs, j’ai hésité à proposer cet enregistrement étant donné le peu de voix obtenues lors la mise au vote de ce conte mais, d’un autre côté, ce n’est pas forcément à moi de juger, d’autres au contraire ont apprécié et m’ont encouragé.

    Ma manière de lire est identique à celle des autres textes, il en est de même dans mes vidéos en voix off sur ma chaîne YouTube,

    https://www.youtube.com/user/AegidiusREX/videos

    je procède par fragments pour minimiser les sons parasites, c’est probablement moins vivant qu’une lecture vraiment cursive mais je gagne, me semble-t-il, en qualité de prononciation.

    Pour le reste, habent sua fata libelli…

    Bien à vous

  6. Merci à l’auteur de nous présenter son œuvre. Malheureusement, je trouve l’ensemble très artificiel, autant l’œuvre que la façon de lire. Désolé!