Sur l’eau

Dans cette nouvelle (à écouter de préférence par une nuit sans lune et dans le plus grand isolement ! ), Maupassant nous fait vivre une nuit d’angoisse où le moindre bruit prend une dimension dramatique et fantastique. Avec une économie de moyens effrayante – tout se passe dans la tête du narrateur -, nous sommes conduits à la limite extrême du délire. Et le seul moment de merveilleux qui nous est donné doit finalement céder à la sombre réalité qui conclut le récit.

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : George Davison.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 04/06/2010.
Consulté ~41 469 fois

Lu par Milunisu

Suggestions

16 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci pour les efforts, je devais aider ma petite amie à un exercice qui portait sur cette nouvelle et j’ai d’énormes troubles m’empêchant de lire correctement que je ne listerai pas, ce livre-audio m’a été d’une grande aide 🙂

  2. Ping : ★Sur l’eau★ Guy de Maupassant (les incontournables) Nouvelle, audio (1876) | Vanessa
  3. Je suis ravi, Jamini, que cette écoute vous ait apporté du plaisir et vous permette de renouer avec cet auteur que j’affectionne particulièrement mais que j’ai découvert plus récemment, en grande partie grâce aux nombreuses lectures enregistrées sur ce site. Milunisu

  4. Merci Milunisu pour cette lecture enrichie de sons et images qui ajoutent à la perfection du texte, à votre voix qui le met si bien valeur, une dimension intéressante. J’ai aimé la façon dont G de M décrit brièvement mais précisément la faculté que nous avons d’être tour à tour brave ou couard, en un laps de temps si court ….. Grâce à vous je retrouve cet auteur majeur que j’avais un peu oublié. Merci.

  5. Merci beaucoup à chacune et à chacun pour vos encouragements. Ils me touchent sincèrement car je me suis investi pour créer un écrin sonore à cette nouvelle. Dans ce texte, ce qui est inquiétant c’est qu’il se situe sur le fil du rasoir et que le narrateur (qui peut aussi être soi-même) peut basculer à tout moment. J’ai appris depuis peu la lourde hérédité familiale de Maupassant (son jeune frère qui sombre dans la folie, sa mère dépressive)et bien sûr sa syphilis qui l’a probablement conduit à des troubles mentaux. Le Horla franchit encore une étape dans ce sens (à découvrir, si ce n’est déjà fait, par les 2 très belles réalisations de la regrettée Romy Riaud sur ce site). Milunisu

  6. Bonjour,

    J’ai lu cette nouvelle de Maupassant très récemment. C’est une bonne histoire, il est effectivement un de mes écrivains préfères.
    En lisant le commentaire antérieur j’ai appris que cette nouvelle est une des dernières qu’il a écrit avant de mourir.
    Je n’en savais pas. On comprendre mieux l’ambiance où l’histoire se passe.
    Merci à tous.

  7. Merci Milunisu
    Vous avez un timbre de voix allant trés bien avec cette nouvelle de g de Maupassant qui est de plus en plus malade.
    De cette maladie il en ressort un malaise fangeux et l’on sent l’odeur de la vase et des clapotis sous la lumière jaunâtre de la lune.
    Je vous remercie pour nous avoir permi de partager les angoisses finales de Guy de Maupassant , son dernier écrit est bien sur la Horla qui cloture dans le silence de l’asile sa raison qui défaille et s’éteint à jamais