1984

1984

George Orwell, écrivain et journaliste britannique, de son vrai nom Eric Arthur Blair, traverse la première moitié du 20ème siècle (1903-1950) avec des engagements politiques forts contre l’impérialisme britannique, pour la justice sociale et le socialisme libertaire, et aux côtés des républicains lors de la guerre d’Espagne. Ses deux oeuvres les plus célèbres sont parues après la seconde guerre mondiale : La Ferme des Animaux (1945) et 1984 (1949).

Roman impitoyable et puissant, à l’image de l’univers qu’il décrit, 1984 ne cesse de surprendre les lecteurs par l’acuité de sa vision. Le totalitarisme imaginé par Orwell est une synthèse glaçante de tous les totalitarismes réels et imaginaires : une machine sociale extraordinairement intelligente et efficace pour broyer l’individu.

Winston Smith, londonien, 39 ans, teint blafard, souffrant d’un ulcère variqueux, est un modeste fonctionnaire du Ministère de la Vérité, dont le travail consiste à « rectifier » sans cesse les archives du Times pour la plus grande gloire du Parti qui dirige l’Océanie. Son quotidien, entre la pénurie de lames de rasoir, les soirées obligatoires au Centre Communautaire, et la vie de quartier dans un logement vétuste, où il est surveillé nuit et jour par un écrantel, lui devient peu à peu insupportable…

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Pauline Pucciano et Vincent de l’Épine.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Un immense merci à The Dale Cooper Quartet and the Dictaphones, qui nous a autorisés à utiliser l’album Ramses Redoute pour illustrer cette lecture. Tous droits réservés.

Livre ajouté le 05/03/2021.
Consulté ~13 701 fois

Autres projets collectifs

Suggestions

48 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère EclatDuSoleil, quel beau compliment… Nous sommes ravis de vous avoir accompagnée en vacances et d’avoir partagé avec vous ce moment de littérature.

  2. Ooops, je n’étais pas passée ici depuis longtemps, et je m’aperçois que j’ai oublié de vous remercier pour cette lecture, que j’avais emportée en vacances, et que j’ai beaucoup appréciée. L’œuvre est visionnaire, c’est exactement le bon moment pour la relire, et vous formez un duo formidable de lecteurs. Du pur plaisir, et qui fait réfléchir, bref un moment parfait de littérature ! Encore merci.

  3. J’ai lu 1984 plusieurs fois… depuis 1984 où notre prof de français nous l’avait proposé comme lecture. Chaque fois j’y ai vu quelque chose de nouveau. Que vais-je decouvrir à cette écoute?
    Merci à tous les deux!

  4. Bonjour PAULINE P….

    Aaah… vous croyez ?
    Comme le disait ” La FÉE COUPAILLE ” il y a quelques jours…
    ” Il suffit de remplacer le mot… guerre…
    par le mot… épidémie… pour découvrir une résonance inquiétante avec notre époque “…
    ( on pourrait aussi évoquer la lecture de ” La guerre des mondes ” à la radio… par Orson WELLES … le 30 Octobre 1938 ! Des auditeurs crédules ont cru que les Martiens envahissaient reellement la Terre et un vent de panique souffla !)…
    Je suis loin d ‘ être un ” complotiste “… même si… comme le dit la boutade…” Neuf fois sur 10 les paranoïaques… ont raison de l’ être “…

  5. Bonsoir Sautillant ! Eh oui, les feux se couvrent tôt dans mon île charmeuse de serpents… Mais la comparaison avec 1984 me semble à tout le moins excessive !

  6. Chère Fée Coupaille, je me joins à Pauline pour vous remercier de vote commentaire, j’ai été très sensible à votre avis sur l’illustration musicale !
    Il faut aussi et surtout remercier les artistes, qui nous ont autorisés à utiliser gracieusement leur musique, ce qui n’est pas si courant.
    Merci en tout cas de vos encouragements !

  7. Merci beaucoup chère Fée Coupaille. Vincent sera sensible à vos compliments sur l’illustration musicale qu’il a incorporée avec beaucoup de soin et de pertinence… C’est un livre marquant, inégalable, prodigieusement intelligent. Ce fut un honneur de le traduire et de le lire avec Vincent.

  8. Bonjour Pauline P…. ” La fée Coupaille “… Vincent…

    Mon tailleur triche

    Les têtes en l ‘ air
    têtes à l’ envers
    les marcheurs à côté
    de leurs petits souliers
    ceux qui ne veulent pas
    porter le chapeau
    com ‘ tout l’ monde
    On les envoie se rhabiller
    chez le tailleur
    du coin
    de la rue du bon sens
    qui taille sans façon
    dans le vif du sujet
    jusqu ‘ à ce qu’ il entre
    ensanglanté
    dans son habit
    de contrefaçon
    Sans défaut

  9. Chère Pauline PUCCIANO ; cher Vincent de l’EPINE, merci non seulement pour cette lecture incroyable mais également pour l’illustration sonore judicieusement choisie. Il se trouve que j’ai eu la chance de lire ce livre en 1984, grâce à mon extraordinaire prof de français madame PAYEUX. J’avais alors seize ans. Ce qui m’a “amusée” – c’est une façon de parler car pour sûr le texte est à l’opposé de l’amusement, c’est de réaliser que j’ai dû en comprendre environ 45 % à l’époque… ce qui était déjà pas mal, mais l’ado que j’étais alors ne pouvait comprendre la profondeur de l’ouvrage. La connaissance ; la maturité m’ont permis d’apprécier le côté incroyablement visionnaire et toujours actuel d’Orwell. Pas seulement à cause de “BIG BROTHER”. Il suffit de remplacer le mot “guerre” par “épidémie” pour découvrir une résonance inquiétante avec notre époque. Je ne dirai pas que j’ai passé un bon moment, mais l’écoute fut à la fois intense et éclairante, ouvrant un champ très large à la réflexion. Pour qui, comme moi, aime s’interroger sur le monde, c’était parfait ! La cerise sur le gâteau a été d’écouter “L’archipel” par vous remarquablement écrit, chère Pauline, qui est une “mise en bouche” parfaite pour apprécier à sa juste valeur l’œuvre plus “rugueuse” d’Orwell. Merci encore à vous.

  10. Merci Dorian de vos encouragements ! C’est précisément pour cela que nous enregistrons, pour ceux qui n’ont pas le temps, ou ne peuvent pas ou plus lire.
    Au plaisir de vous retrouver sur notre site !

  11. Un livre qui en dit plus sur le passé que sur le futur, mais qui demeure intrigant et culte.
    Merci à ceux qui prennent le temps d’enregistrer les livres pour ceux qui n’ont pas le temps de lire.

  12. Chère Natacha, je vous conseille vraiment de réessayer car c’est un livre captivant et doté d’une atmosphère très singulière. Je le vois comme une tragédie, celle du combat perdu d’avance de l’individu contre le système totalitaire. La machine infernale. Mais comme dans toute tragédie, la terreur et la pitié n’empêchent pas le plaisir – bien au contraire!

  13. Je ne sais pas si je trouverai le courage de retenter la lecture de ce roman sur lequel j’avais calé quand j’étais plus jeune mais, servi pas deux de mes voix préférées, pourquoi pas ? En tous cas, sans vous avoir encore écoutés, je voulais vous féliciter et vous remercier pour ce travail de traduction et d’interprétation qui va permettre à tant de gens d’avoir accès à ce classique de référence.

  14. Bonjour Célie,
    Merci de votre retour 🙂 !
    C’était un vrai bonheur pour nous de travailler à ce projet ; vos encouragements nous sont très précieux ! A bientôt sur notre site !

  15. Alors là, un immense merci pour ce travail de traduction et d’interprétation. C’est un très beau cadeau que vous nous faites !

  16. Eh bien nous sommes vraiment ravis que ce livre audio vous ait plu – il nous a tenu compagnie pendant de nombreux jours à nous aussi…

  17. Un immense plaisir à vous écouter.
    Merci infiniment pour m’avoir tenu compagnie ces longues nuits.
    Gradivicola

  18. J’ai vu cette oeuvre majeure au collège il y a tellement longtemps, c’est avec plaisir que je vais l’écouter cette fois-ci. Merci beaucoup Pauline et Vincent pour tout le travail accompli !

  19. Un immense merci, Arhus… Nous nous sommes beaucoup investis dans ce livre audio en particulier, et nous sommes vraiment heureux d’avoir votre retour positif au terme de l’écoute !

  20. Que du bonheur autant l’histoire que le talent des donneurs de voix . je ne connaissais pas ce livre 1984 j ai adoré .

  21. Merci Carole, nous espérons que vous aurez plaisir à écouter ce roman. Vous avez raison, il s’agit d’une oeuvre culte, majeure, dont beaucoup de termes sont même passés dans le langage courant.
    Je vous souhaite beaucoup de plaisir dans sa redécouverte.

  22. Très contente de vous retrouver Pauline après l’écoute de vos écrits et également Vincent de Lépine dont j’ai écouté plusieurs Edith Wharton si je ne me trompe)

    voici un roman « culte » comme l’on dit que je me réjouis d’écouter après l’avoir lu il y a bien des années.

    J’ai déjà écouté le début qui promet… (bons lecteurs, magnifique auteur comme dit plus haut!!!)… porté par vos deux voix

    Un très grand merci…

  23. Merci à vous Le Barbon, heureux que vous ayez apprécié cette lecture. La relecture de “1984” nous rappelle en effet que nous devons rester vigilants et constamment exercer notre sens critique.

  24. Bien lu, merci.
    C’est le moment idéal pour prendre connaissance de ce livre (ou pour se replonger dans son univers) et pour faire de nombreuses comparaisons avec aujourd’hui. À la fois il décrit le monde européen de 2021 (récriture de l’histoire, double langage, slogans contradictoires et sans cesse changeants, surveillance accrue,..) et il reste prophétique sur certains aspects (il décrit le monde tel que le rêvent tous les gouvernants). Aujourd’hui Big Brother se cache sous les traits de Covid-19 ou c’est son marchepied.
    (Orwell parle des hélicoptères qui épient les gens dans les appartements, penser aux très récents projets de drones, qui peuvent le faire encore plus finement, encore plus facilement et encore plus discrètement.)

  25. Oui, la dictature numérique existe déjà dans certains pays. Je trouve que la question de la réécriture idéologique du passé (et des oeuvres) est aussi très actuelle, ainsi que celle de l’appauvrissement de la langue – et plus généralement celle de l’abandon et du mépris de la vérité…

  26. @Pauline : c’est en effet intéressant de voir comment dans les années 40, Orwell imaginait les années 80…pour moi c’est clair que la WWII et le regime de Staline sont les influences principales…heureusement nous ne vivons pas sous cette dictature, mais certains éléments sont là…particulièrement le fais d’être sous surveillance… c plus subtil, mais il y a des camera partout, la triangulation des tours cellulaires, les algorithmes qui nous envoient des pubs selon nos recherches sur Internet…

  27. Merci Wendigo, nous sommes heureux que notre travail vous ait plu.
    Merci aussi à Trollus (ravie de vous retrouver!)

  28. Diable… Vous savez, Jean-Pierre, que je n’avais tout d’abord pas compris cette allusion à votre date de départ à la retraite… Et que j’ai naïvement cherché 3416 dans mon moteur de recherche, pour me rendre compte qu’il s’agissait d’un astéroïde…ce que j’ignorais totalement jusqu’à ce jour. 😉

  29. @Jean-Pierre Baillot : votre “souvenir du futur” m’évoque beaucoup de choses… Chaque époque a sa vision du futur, et c’est tout le charme de l’anticipation et de la SF que de mélanger subtilement un futur non-advenu avec un passé plus ou moins lointain – sans que le récit puisse jamais coïncider tout à fait avec le présent.
    J’ai découvert 1984… aux alentours de 1984, et c’était un univers qui me paraissait à l’époque, bien que parallèle, assez peu éloigné dans le temps… Quand je le relis aujourd’hui, ce futur me semble, à moi aussi, suranné : les années 40, les années 80 imaginaires d’Orwell, et mes propres années 80, se superposent étrangement dans cette lecture (qui va finir par être un peu vertigineuse à force de remonter le temps dans tous les sens… )

  30. Génial ! J’attendais avec impatience une version audio pour le découvrir.

    Merci pour votre travail !