La Caisse oblongue (Version 2)

Ce conte à suspens, plus tragique que comique, fait partie du recueil Contes inédits publiés par Hetzel en 1862.

« La caisse en question, ainsi que je l’ai déjà dit, était de forme oblongue ; elle pouvait avoir six pieds de long sur deux et demi de large ; je l’examinai avec attention, tandis qu’on la transportait sur le pont, et d’ailleurs, j’aime à être précis. Or cette forme n’est pas commune, et à peine eus-je considéré la boîte que je m’applaudis d’avoir deviné si juste. On se souvient que j’étais arrivé à la conclusion que le bagage supplémentaire de mon ami l’artiste devait se composer de tableaux ou tout au moins d’un tableau ; car je savais qu’il avait été pendant plusieurs semaines en pourparlers avec Nicolino. Et voilà que j’avais sous les yeux une caisse qui, vu sa forme, ne pouvait guère contenir autre chose qu’une copie de la Sainte Cène de Leonardo, et il était à ma connaissance qu’une copie de cette toile, exécutée à Florence par Rubini jeune, avait été achetée par Nicolino. Ce point-là me semblait donc clairement établi.
Je me félicitai beaucoup de ma perspicacité. Wyatt me confiait habituellement ses projets de ce genre ; mais il était clair qu’aujourd’hui il voulait jouer au plus fin avec moi et introduire un beau tableau dans la ville de New-York à mon nez et à ma barbe, convaincu que je ne me douterais de rien. »

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : William Little Hughes (1822-1887).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre ajouté le 12/07/2018.
Consulté ~4 608 fois

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

3 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je viens de terminer “Révélation magnėtique”, disponible dans quelques jours (pas évident d’ailleurs comme sujet, mais aussi pas banal…).
    Merci,en tout cas, de votre fidélité, Pahinda!

  2. Diction parfaite selon moi.
    Je crois bien que je suis devenue fan de vos lectures…
    Merci de fournir ce travail qui me permet de découvrir l’œuvre d’Edgar Allan Poe.