La Cité hantée

Deuxième volet de La Cité d’albâtre.

Trois ans après.

Tandis qu’Aelenor essaie d’élever tant bien que mal son petit garçon, qui la surprend par ses aptitudes hors du commun, Keller, amnésique, partage le destin des survivants spiritualistes et tente de retrouver la mémoire… La Cité d’Albâtre, unifiée vaille que vaille, est encore fragile, lorsque le mal qui la ronge de l’intérieur se réveille : l’ombre de Sornar, plus puissante que jamais, hante désormais Albâtre…

À suivre : Tome 3.

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : Jean Léon Gérôme - Après le bain.

Licence d'utilisation : CC BY-NC-ND : Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification

Références musicales :

Anthony L., Étude nº 1 (avec l’aimable autorisation de l’artiste).

Livre ajouté le 02/01/2015.
Consulté ~17 268 fois

Lu par Pauline Pucciano

Suggestions

58 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Alice, en effet la réflexion politique est vraiment le fil rouge de cette trilogie; révolution, tentative d’utopie, et éternel retour…

  2. ma chère Pauline
    la cité fantôme : Quelle inspiration ! De plus en plus passionnant. L’esprit est concrétisé par la pierre sur le front. Ces qualités peuvent être attribuées à tous les natifs de la haute et de la basse ville. Donc, décidément, la métaphore de la recherche de l’égalité, de la justice entre tous les hommes est largement développée dans votre passionnante saga.
    L’aspect politique est toujours prédominant : une révolution a lieu, portée par des idéaux, et ensuite qu’en est-il pour que ces idéaux soient réellement mis en œuvre ?
    Fable , conte politique, allégorie : je trouve votre façon de présenter ces problématiques passionnantes et divertissantes.
    Doit-on pouvoir mourir pour ses idéaux ? Qu’en est-il si on n’est pas prêt à les défendre de sa vie ? Toutes ces questions si fondamentales prennent vie sous votre plume, sont incarnées.
    Mais comme comme la fin de ce volume est dure également . Elle m’a glacée d’angoisse. La thématique de l’enfant « monstre » (et aussi de l’enfant sacrifié) est extrêmement cruelle. Je vais presque avoir du mal avec le tome trois mais bien évidemment ma très grande curiosité va l’emporter.
    Mille mercis ! Vous me distrayez, m’amusez , me faites rêver, me procurez une vraie évasion , ce que pour ma part je ne trouve pas si facilement dans les livres. Mais avec vous oui !

  3. • • •More