Michail Travlos (Kimolos), Planet (licence RGBStock)

L’Organe et la Sonde

Année terrestre 3416. Ce qui reste de l’humanité ?
Une diaspora militaire vivant à bord de vaisseaux et de stations. La Sonde, un vaisseau destiné à l’exploration et à l’exploitation de ressources, entre par hasard dans l’orbite de l’Organe, une exoplanète propice à la vie, où un foyer de peuplement humain a réussi à s’implanter plus de six siècles auparavant. Le major Strauss, jeune officier solitaire, est envoyé en mission au sol, et va découvrir les mœurs, l’organisation sociale et les pouvoirs étranges de cette communauté. Une jeune femme presque entièrement tatouée, qui ressent de mystérieuses et soudaines douleurs, et se prétend « la Clé de Voûte » de son clan, transformera peu à peu sa vision du monde…

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : CC BY-NC-ND : Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification

Références musicales :

Musique du Quo Vadis :
Richard Wagner, L’Or du Rhin, Prélude et entrée des Dieux au Valhalla, WWV 86A, interprété par l’ensemble United States Marine Band (domaine public).

Musique de l’Organe :
Claude Debussy, Arabesque n°1, Andantino con moto, interprété par Simone Renzi (licence Cc-By-Nc-3.0).

Musique de la Sonde :
Antonio Vivaldi, Les Quatre Saisons, Hiver (European Archive, domaine public).

Livre ajouté le 09/04/2021.
Consulté ~7 246 fois

Lu par Pauline Pucciano

Suggestions

138 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Cher Kmchen, j’ai malheureusement plus d’années et moins de cerveaux que vous ne m’en prêtez ! Mais cela ne m’empêche pas de vous remercier pour votre très gentil commentaire. Je constate que beaucoup de mes récits tournent autour de l’idée d’utopie, comme la Cité d’Albâtre ou le Cinquante-Millième Jour… J’ai dû être femme politique dans l’une de mes sept vies antérieures !

    1. … et femme poétique dans celle-ci…
      Bien le bonjour à vous… dont je suis un bien platonique auditeur… 😔…
      Mais… Patience dans l ‘ azur…
      Bien du courage de vous lancer dans ” Salambô “… Un mot de JPB aura suffi à vous décider… j’ en suis soufflé… et je me risque à ce commentaire car je sais qu ‘ il ne vous decouragera pas !

      1. Bonjour cher Sautillant. En vérité, JPB n’a fait que réactiver un projet ancien, dont nous avions déjà parlé – et j’ai d’ailleurs déjà enregistré le premier chapitre… Ce n’était qu’un pied à l’étrier pour remonter sur ce fougueux cheval barbare…

      2. Bonjour…
        Le gueuloir de Gustave a dû trembler ! Je n ‘ ose imaginer ce qu’ il va se passer dans celui de Pauline !

  2. Merci et merci P.P. pour cette délicieuse et passionante aventure qui m’a fait planer quelques jours.
    Comme lors de la lecture de Tatiana, j’ai été charmé et surpris par la maturité du récit conté par cette voix juvénile. Si vous avez 20 ans comme votre voix, vous devez avoir deux cerveaux et sept vies pour comprendre et savoir tant de choses.
    Grâce à litteratureaudio j’ai rattrapé en quelque 2 ans le déficit littéraire d’une vie trop occupée pour lire. J’ai lu presque tous les écrivains français classiques connus et inconnus que j’ai trouvés et ma mémoire de poisson a retenu Octave Mirbeau et … Pauline Pucciano.
    Je me souviens aussi d’une autre tentative de société idéale, royaliste celle là, “L’Île mystérieuse” de Jules Vernes. Votre “démocratie organique” n’est elle pas une forme d’anarchisme ?
    A cette époque où nous sommes nombreux à rechercher un nouvel art de vivre, j’ai beaucoup apprécié cette société qui renonce à la technologie et à l’argent, affronte et comprend ses maux au lieu de les inhiber. Mais poser une limite à l’enrichissement ne serait il pas plus efficace que l’abolition de l’héritage ?
    Je me suis aperçu, après quelques lectures parfois passionantes, parfois poussives, qu’il m’a fallu presque un an pour découvrir ce nouveau roman. Alors je me suis abonné à Pauline Pucciano. J’espère que je serai tenu au courant de chacune de vos paroles et veuillez pardonner mon excessif enthousiasme.

  3. Mille fois merci, Marco, pour votre généreux commentaire… Et merci aussi à Julien Lebbihi : je suis très touchée que vous fassiez ainsi le tour de mon jardin !

  4. Alors que 751 livres sortent en version papier à cette rentrée, et que la plupart tomberont dans les oubliettes dans quelques mois, c’est quand même dommage que votre chef-d’oeuvre L’Organe et la Sonde ne figure pas dans toutes les bonnes librairies!

  5. Un grand merci à vous, Catherine (ou Pétale ?), pour ce retour enthousiaste ! En effet, le choix du nom n’est pas expliqué… et à en juger par les commentaires, c’est un choix qui questionne ! Le mot m’évoque quelque chose qui ne fonctionne pas seul, qui n’est que la partie d’un tout plus vaste, à l’inverse par exemple d’un atome. Et évidemment quelque chose de vivant. Le futur décrit dans Paraddict sera peut-être moins réconfortant… mais je vous donne malgré tout rendez-vous en 2071 !

  6. Quel excellent moment j’ai passé avec votre roman, Pauline !
    J’ai vraiment adoré l’Organe et la Sonde, et j’aurais aimé en avoir plus. C’est une jolie histoire, avec des personnages attachants et une vision du futur de l’humanité bien réconfortante. si seulement c’était vrai !
    En revanche, (à moins que je n’ai pas écouté assez attentivement), on n’a pas l’explication du pourquoi du nom de l’Organe pour cette planète.
    J’aime beaucoup le principe de prendre des noms organiques, et j’ai cherché un moment comment moi, j’aurais aimé m’appeler. J’hésite entre Tulipe (ma fleur préférée) et Pétale (pour la consonance sonore plus douce à mon oreille, tout en restant dans le floral). Je ne me suis pas encore décidée. On verra dans un millier d’années !
    J’avais déjà lu (écouté), les trois tomes de La cité d’Albâtre et j’avais aussi beaucoup aimé, mais j’ai quand même une préférence pour Foudre et l’Organe.
    Encore merci, et bravo, vous avez un réel talent de conteuse, dans les deux sens du terme. Votre voix, votre diction enchantent mes nuits.
    Dommage que ce roman ne soit pas en version papier, je l’aurais offert à plusieurs personnes.

    Mais je suis très heureuse, j’ai reçu Paraddict pour le chroniquer. J’ai hâte de le lire !
    A très bientôt !

  7. Oui, en effet, Myril… C’est une version vraiment améliorée, avec une enquête enrichie (et un meurtrier différent!) et davantage de passerelles entre les trois histoires. Un ensemble toujours foisonnant mais avec plus de tenue il me semble !

  8. Eh bien Patrick, je vous souhaite bon voyage ! Et si votre équipée ne vous plaît pas, vous n’aurez qu’à vous en prendre à Vincent… mais pas trop cruellement, si possible. 😉

  9. Recommandé par Vincent de l’Épine en personne, un des administrateurs du site, je me lance, bien qu’habituellement la SF ne soit pas trop ma tasse de thé. De retour de vacances je me sens d’attaque, prêt pour de nouveaux horizons !!! 🙂

  10. Chère Myril, vous battez à nouveau tous les records du nombre d’écoutes… Et je vous remercie de votre fidélité. Un grand et chaleureux merci à vous aussi, Marko, pour votre enthousiasme. Je suis vraiment heureuse que ce texte ait rencontré tant d’audio-lecteurs… Et je me permets de vous donner rendez-vous à tous les deux aujourd’hui même en librairie pour une version enrichie de Paraddict ! 😉

  11. Ce chef-d’oeuvre mérite un grand éditeur. J’espère bientôt l’y trouver. Sans mentir, L’Organe et la Sonde n’a pas à pâlir d’une comparaison avec Le Meilleur des mondes d’Huxley ou Ravages de Barjavel. Mais il faut souvent du temps au chef-d’oeuvre pour imposer! Alors, laissons du temps au temps! 😉
    Marko

  12. Bonjour Pauline,

    J’arrive un peu en retard pour commenter. J’ai déjà écouté trois fois, c’est génial !

    Vous avez un talent incroyable pour construire des univers et les rendre palpables, vivants, organiques (bon c’est lame comme commentaire) mais ce livre est vraiment brillant !

    Je reconnais votre style et les thématiques qui vous tiennent à cœur déjà présentes dans vos ouvrages précédents, mais abordées chaque fois sous un angle différent.

    Un grand merci pour ce partage et j’espère lire vos nouvelles créations bientôt.

    Myril

  13. Je vous remercie, Altoviti, pour votre appréciation – même si je l’eusse préférée moins comparative… Je pense que beaucoup d’auditeurs sont touchés par des oeuvres plus intimistes, plus réalistes, plus autobiographiques, et qu’il y a, et c’est ce qui fait la beauté de ce site, de la place pour tous les genres… et pour tous les goûts !

  14. Merci beaucoup cher Vincent ! Comme nous partageons beaucoup de goûts et de références littéraires, ton compliment me va droit au coeur… PS : J’ai hésité pour le titre (qui aura décidément fait beaucoup parler de lui), non pas à cause des sous-entendus scabreux que d’aucuns, à l’esprit ô combien mal tourné, y ont vus, mais à cause justement de sa ressemblance avec La source et la Sonde – j’ai finalement conservé ces deux mots, avec leur symbolique chirurgicale, invasive, et aussi leur connotation “biologique” et “technologique”.

  15. Bien le bonjour Pauline,
    Je plussoie. Tout à fait en harmonie avec Vincent de l’Épine. Un classique digne des plus grands ! Les autres auteurs contemporains de ce site font pâle figure à côté ! Action, psychologie, analyse, prophétisme, tout s’entremêle et se juxtapose à l’unisson comme dans les plus grands romans !

  16. Bonjour Pauline,
    Je n’en suis qu’au chapitre 16, mais je ne résiste pas à la tentation de te donner mes premières impressions.
    Un roman à la construction remarquable (les allers-retours entre le “présent” et le journal de bord du Quo Vadis), et qui me reste à l’esprit longtemps après que j’ai interrompu l’écoute.
    Une “vraie belle idée” de science-fiction que ce lien entre les clés et leurs “sujets”, une idée tellement bonne qu’après l’avoir lue on la trouve évidente. Et les réflexions qu’elle amène sur la liberté, la responsabilité sont extraordinaires.

    Et tout cela, malgré les références à la technologie, baigne dans une subtile et délicate poésie, une grâce même, tant dans la description de la nature de l’Organe que dans les scènes d’amour.
    Une belle réflexion politique et écologique également et qui nous fait réfléchir, sans aucun poncif, sur l’avenir de notre petite planète.
    Le titre du roman m’a évoqué “La source et la sonde”, l’excellente BD de Bourgeon des années 90, mais l’histoire et surtout le thème sont très différents.
    Bref, merci Pauline de nous avoir offert ce livre que je considère déjà, avant de l’avoir terminé, comme un classique digne des plus grands !

  17. Ma chère Alice, il y a un livre de John Irving qui s’intitule “À moi seul bien des personnages”, et je me hasarde à le transposer pour dire que vous êtes à vous seule bien des lecteurs… Merci infiniment pour votre intérêt constant et manifestement contagieux !

  18. Bonjour chère Pauline
    … que je vous dise… encore une autre lectrice… encore une fois ma mère… qui après avoir lu Titania s’est plongée dans “l’organe et la sonde” (sur papier…)… pour elle l univers été plus accessible… car moins numérique… elle a beaucoup apprécié le côté magique… qui a évoqué pour elle les légendes de différents endroits du monde dont les légendes bretonnes ou celtes…le rythme… l’intrigue… les personnages et le style.. un vrai roman d’action… et elle aime… donc… pour tous les âges…
    très belle journée
    Alice

  19. Merci Olivier Roman, vous me faites beaucoup d’honneur car j’adore ce que vous faites… Et merci à vous Damien, je suis très touchée que ce livre vous ait ainsi embarqué !

  20. Quel grand livre! Après avoir commencé l’écoute je n’ai plus pu m’arrêter. Vraiment très addictif; je conseille grandement à tous ce livre.
    Damien

  21. Bravo, c’est un subtil mélange de SF, écologie, spiritualité et de tas d’autres intentions. Je suis auteur de bd et à maintes reprises j’avais des images en têtes!
    Au plaisir de vous lire encore.
    Olivier

  22. C’est la première fois qu’on utilise le nom d’un de mes personnages comme pseudonyme, ça se fête… Merci du fond du coeur, Major Strauss, et longue vie à vous !

  23. Ce livre nous offre une réflexion très profonde sur la politique, l’économie et l’écologie. Bravo Pauline Pucciano : vous contez merveilleusement !!!

  24. Merci chère Marion pour votre fidélité. Je suis heureuse de savoir que vous me faites suffisamment confiance pour vous laisser guider dans une direction où vous n’aviez pas envie d’aller… C’est un beau compliment.

  25. Après Titania, la Cité d’Albâtre, et l’intégralité de vos œuvres disponibles ici, j’ai plongé dans l’Organe et la sonde. Je n’avais pourtant pas une grande appétence pour le thème de l’exode terrestre… mais votre œuvre m’aura fait changer d’avis (et facilité sûrement la lecture de L’incivilité des fantômes, de Rivers Solomon). Je garde l’idée de ces générations sacrifiées, de transition, pour atteindre une nouvelle planète habitable, la folie et l’étouffement, le repli du corps ; au travers desquels il m’est même étonnant que la stratégie et la volonté politique puisse encore surgir.
    Merci Pauline Pucciano pour les images et les récits que vous nous partagez !

  26. Merci beaucoup Anaïs ! Mais c’est moi qui suis très reconnaissante à ce site de m’offrir un espace de rencontre avec les audio-lecteurs.

  27. Bravo pour ce super roman de fantasy. Vous devez recevoir beaucoup de compliments des administrateurs du site, ils doivent être fiers d’avoir une autrice telle que vous !

  28. On sent l’influence d’Annie Ernaux :
    Elles ne disaient ni jouir, ni queue ni rien, et pour avoir laissé entrer l’organe, il fallait maintenant « faire passer » d’une façon ou d’une autre dans la cuisine d’une femme inconnue sans spécialité sortant une sonde bouillie d’un fait-tout.

  29. • • •More