Anders Zorn, La Fille à la cigarette (1892)

Contes pour laisser rêveur (Sélection)

« Je regrette d’avoir réagi ainsi », se dit-on parfois plus tard…

Jules Renard nous propose deux exemples de ces « retours en arrière » dans Contes pour laisser rêveur (1896).

1.- L’Invité Sylla aurait-il dû mentir à ses hôtes ?

2- Après avoir reçu une gifle de La Fille notre héros cherche à se « mortifier » :

« Mais non, non ! une gifle qu’on ne rend point, d’où qu’elle vienne, on la garde, et, malgré mes subtilités d’homme correct, je garde la mienne et je ne sais qu’en faire. J’aurais dû la rendre à cette fille, à elle-même, en personne.
C’eût été ce qu’on voudra, vulgaire, lâche, indigne ! C’eût été définitif. Je ne penserais plus à sa gifle ; or, j’y pense souvent. Du fond de ma mémoire, elle remonte jusqu’à ma joue. »


Remarques :

Versions textes : L’Invité Sylla, La Fille.

Livre audio gratuit ajouté le 24/08/2018.
Consulté ~3594

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.