la fanee

La Fanée

Thomas Sandoz, écrivain suisse-romand né en 1967, raconte d’une manière touchante et juste ses observations des difficultés de vivre son adolescence dans l’univers rude, viril et sauvage d’une région rurale. Ce récit, écrit sous forme de courts paragraphes, fait penser à une série de diapositives projetées sur un écran noir. Une succession de négatifs – le mot est choisi – pour raconter la longue descente aux enfers d’une adolescente tourmentée, mal dans sa peau, mal dans cette vie de campagne rêche, de terre et de roche, aux habitants à l’image des paysages ; fiers et abruptes. Sachons-le tout de suite, elle ne s’en sortira pas…

Ce récit a reçu le prix Gasser en 2008 ainsi que le prix Auguste Bachelin en 2009. Il a été présenté dans différentes classes de lycée. Je remercie infiniment Thomas Sandoz et les éditions G d’encre, qui ont consenti avec gentillesse et amabilité à la publication de ce récit.

Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Piotr Zarzycki, Ocean, extrait de l’album Traveler (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Simon Bowman, Ashes, extrait de l’album Instrumental Film Music Vol. 1 (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Antonio Fontales, Desencanto, extrait de l’album Aroma de ella (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Livre audio ajouté le 04/10/2014.
Consulté ~7 896 fois

Lu par Esperiidae

Suggestions

12 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour Patsy

    Oui ce texte de Thomas Sandoz et triste et grave, indescriptiblement sinistre, mais oui, en effet, chaque adolescent n’a-t-il pas enfouis dans ses entrailles au moins quelques-unes de ces émotions confuses, obscures, désespérées ? Cette rage et cette déception de la vie ? C’est peut-être pour cela que ce texte « résonne encore longtemps après, dans le cœur et les pensées ».

    Merci pour votre commentaire chère Patsy.

    Prennez soins de vous et passez un beau weekend.

  2. le texte et la lecture sont excellents et restent longtemps apres coup dans le coeur et les pensées! Certain que c’est triste mais c’est le parcourt de beaucoup d’humains hélas; merci encore pour votre merveilleuse lecture!

  3. • • •More