Auguste Millière - Thomas Paine (c.1876)

Le Sens commun

Le 10 janvier 1776, à Philadelphie, parut un pamphlet anonyme de 50 pages intitulé Le Sens commun (Common Sense) et adressé aux « habitants de l’Amérique ». Il se vendit à 150.000 exemplaires en quelques mois et la tradition prétend qu’il fut lu par la moitié de la population. L’auteur était Thomas Paine, autodidacte de 37 ans, arrivé d’Angleterre quelques mois plus tôt, au moment où le conflit opposant les treize colonies à la Grande-Bretagne atteignait son point culminant. Le sang avait coulé à la bataille de Lexington le 19 avril et à celle de Bunker Hill le 17 juin 1775, et Paine affirme dans une langue simple que les Américains doivent renoncer à résoudre par la négociation la querelle avec la métropole et exiger l’indépendance immédiate. Il se livre à une attaque en règle contre la monarchie en général et contre George III en particulier, et énumère les raisons, tant économiques que politiques, qui militent en faveur de l’indépendance. Beaucoup de lecteurs furent scandalisés, mais la majorité fut enthousiasmée, et Le Sens commun, plus que toute autre publication, ouvrit la voie à la Déclaration d’Indépendance, unanimement ratifiée le 4 juillet 1776. Thomas Paine, qui allait plus tard défendre la Révolution française contre la charge d’Edmund Burke et néanmoins risquer la guillotine, est à juste titre considéré comme l’un des pères fondateurs des États-Unis d’Amérique.

Traduction : François Xavier Lanthenas (1754-1799).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Illustration :

Auguste Millière, Portrait de Thomas Paine (vers 1876).

Livre audio gratuit ajouté le 11/01/2017.
Consulté ~6987

Lu par André Rannou

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonsoir cher André Rannou,

    J’apprécie vos choix et lectures et espérons écouter d’autres essais …

    Bonne et heureuse année 2017 , pleine de santé et de bonnes choses .

    Bien cordialement,
    Ahmed