Le Socle de la statue

Le Socle de la statue

Villiers de l’Isle-Adam se livre à une violente attaque des méthodes des députés trompant la crédulité publique au moyen de mots astucieusement arrangés.

Extraits de la confession de Gambade fils, député de Paris :
« Quant à émettre des « idées » dans mes discours… J’ai là un vieux solde (laissé au rebut, et pour compte, par d’anciennes Chambres), de mots de sept et huit syllabes : environ deux cent cinquante-sept ; par exemple, les mots : gouvernemental, constitutionnel, parlementarisme, concordataire, dans cette enceinte, etc. Enfin, DEUX CENT CINQUANTE-SEPT. J’ai mis dix-huit mois à les recueillir dans tous les discours qui ont « porté » à cause, uniquement, qu’ils étaient émaillés de ce vocable. J’affirme qu’il suffit de les écrire un à un, sans se presser, sur de petits bouts de papier, tous les deux cent cinquante-sept, puis de les jeter dans un chapeau et de les remuer ensuite, d’une main légère, pour qu’ils donnent des combinaisons de phrases à perte de vue, sans qu’il soit besoin d’aucune idée autre que celles qu’ils ont l’air de représenter par eux-mêmes. […] Plus on émet d’idées, plus on s’émiette ! Moins donc on paraît sérieux, puisque on se livre dans ses idées, chacune d’elles semblant donner notre mesure !!! Donc, JAMAIS d’idées ! […] N’ayant pas le temps de discuter avec la niaiserie publique, je suis déterminé à être en paroles, toujours et quand même, de son avis. »
Il est vrai qu’un siècle a passé et que les 257 mots ont pu changer (« Concordataire » a disparu, par exemple, mais « solidarité » a du succès…).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 18/02/2014.
Consulté ~5 894 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.