1311317-Voltaire

Avis au public sur les parricides imputés aux Calas et aux Sirven

« Le même hasard qui m’amena les enfants de Calas veut encore que les Sirven s’adressent à moi. Figurez-vous, mon ami, quatre moutons que des bouchers accusent d’avoir mangé un agneau ; voilà ce que je vis. Il m’est impossible de vous peindre tant d’innocence et tant de malheurs. »
(Voltaire, Lettre à Damilaville, 1er mars 1765)

En 1766, Voltaire rédige un second Traité sur la tolérance, à l’occasion de l’affaire Sirven (protestants accusés d’avoir tué leur fille).

« Voilà donc en France deux accusations de parricides pour cause de religion dans la même année, et deux familles juridiquement immolées par le fanatisme ! Le même préjugé qui étendait Calas sur la roue, à Toulouse, traînait à la potence la famille entière de Sirven, dans une juridiction de la même province ; et le même défenseur de l’innocence, M. Élie de Beaumont, avocat au parlement de Paris, qui a justifié les Calas, vient de justifier les Sirven par un mémoire signé de plusieurs avocats, mémoire qui démontre que le jugement contre les Sirven est encore plus absurde que l’arrêt contre les Calas. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 21/04/2018.
Consulté ~4 346 fois

Lu par Domi

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.