Page complète du livre audio gratuit :


DICKENS, Charles – Bleak House

Donneur de voix : André Rannou | Durée : 32h 22min | Genre : Romans


Bleakhouse serial cover

Ce roman, l’un des plus ambitieux de Charles Dickens, relate l’histoire de quelques membres de la famille Jarndyce, qui se livrent une bataille juridique interminable à propos d’une fortune ayant fait l’objet de plusieurs testaments contradictoires. Les lois anglaises de l’époque sont si compliquées et le procès dure si longtemps que lorsqu’un jugement est enfin attendu, aucun d’entre eux n’hérite du moindre penny, toute la succession ayant été absorbée par les frais de justice.

Ce roman est à la fois une satire féroce, où le comique côtoie sans cesse le tragique, d’une société foncièrement corrompue, et un thriller, un peu à la manière de Wilkie Collins, futur auteur de La Femme en blanc, et grand ami de Dickens. Le récit est écrit tour à tour par deux narrateurs : l’héroïne, Esther Summerson, – dont le mystère de la naissance nous est dévoilé de manière très progressive – s’exprimant à la première personne, et un narrateur omniscient parlant à la troisième personne.

« Bleak House » désigne la maison qui est au centre de l’action et veut dire littéralement « Maison austère, morne, désolée». « Dame Durden », terme d’affection utilisé par les proches d’Esther Summerson, est un sobriquet emprunté à une vieille ballade où elle désigne une bonne ménagère. Wat Tyler fut le meneur de la Révolte des Paysans de 1381, qui sous le règne de Richard II mit à sac une partie de Londres, et ce nom évoque des idées de chaos social et d’anarchie.

Traduction : Henriette Loreau (1857).

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Première Partie.zip
Deuxième Partie.zip
Troisième Partie.zip
Quatrième Partie.zip



> Consulter la : version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Romans, Romans (Complets), , ,

 

Page vue 23 502 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

22 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. L'Huître moderne le 24 août 2014

    André Rannou, le nouveau grand label de qualité audio et littéraire, merci.
    Pour ne pas faire de jaloux, je ne révèlerai pas à quelle place il trône dans mon classement des donneurs de voix, mais je dirai que l’essayer c’est l’adopter.

  2. Mel DUPRE le 24 août 2014

    Bonsoir,
    Huître moderne, vous m’avez devancée. André Rannou
    met en ligne un livre audio et hop, je m’en fais une joie anticipée. Je l’ai adopté !!
    Merci Monsieur Rannou, les lectures font tant de bien !
    Mélanie

  3. Flora le 25 août 2014

    On ne peut faire autrement que d’être en accord
    avec ces commentaires bien mérités !

    Depuis que j’ai écouté Middlemarch,
    je vous ai adopté, Monsieur Rannou ,
    comme je l’ai fait pour M. Vincent de l’Epine !
    Deux belles voix masculines de ce site !

    Pour parodier Brel : « Ne nous quittez pas » !

    Salutations cordiales du Canada !

  4. joe le 25 août 2014

    Bravo pour ce choix de texte, seulement édité en français dans un volume de la pléiade.
    Merci

  5. André Rannou le 25 août 2014

    Grand merci à vous,L’Huître moderne, Mélanie et Flora. Vos appréciations me touchent, bien évidemment, et je suis fier de me savoir écouté au Canada.
    Amitiés.
    André

  6. Marie-Ange Bataillé le 26 août 2014

    Cher André, Thoreau et maintenant Dickens ! Que d’heures agréables en perspective ! Un grand merci enthousiaste et sincère pour tout ce plaisir que vous nous donnez.
    Marie-Ange Bataillé

  7. André Rannou le 28 août 2014

    Merci à vous, joe. J’ignorais qu’il fût si difficile d’accéder à ce texte en français. Merci aussi, chère Marie-Ange, pour votre fidélité.

  8. Trollus le 7 septembre 2014

    Idem que les trois premier! Ce n’est malheureusement pour moi pas ma lecture préférée, mais j’en ai cependant tiré beaucoup de plaisir! Au passage, le charbonnier et juste parfait et magnifiquement interprété! (je n’insiste que sur celui là mais le reste n’en est pas moins bon, juste que celui là est parfait!
    Bonne continuation et MERCI pour vos lectures.

  9. colin le 9 septembre 2014

    Bonjour
    Que dire si ce n’est que c’est parfait, j’adore la sobriété de votre lecture .Merci pour ces heures de lecture à bientôt.

  10. André le 9 septembre 2014

    Merci à vous, Trollus et Colin.

  11. emilieemilie le 17 janvier 2015

    J’ai toujours pensé que Dickens était un auteur pétri de bons sentiments, un peu naïf et dont les romans malgré leurs grandes qualités littéraires manquaient de profondeur. Je l’ai découvert grâce aux « papiers posthumes de Mr Pickwick dont je conseille vivement l’écoute. Quel bonheur de trouver en Dickens un auteur vraiment mordant et fin psychologue.

    Les tares qu’ils dénoncent avec un humour railleur sont encore les mêmes aujourd’hui:
    l’ égoïsme derrière une fausse philanthropie, les bavards qui s’écoutent parler, l’amour du pouvoir, la fraîcheur qui dissimule l’irresponsabilité etc…

    La bonne cinquantaine de personnages qui peuplent ce roman m’a obligé à faire de nombreux retours en arrière. Avis aux auditeurs qui comme moi écoutent en faisant autre chose.

    André Ranou, vous vous effacez totalement derrière l’oeuvre à travers une lecture très sobre.
    Entre nous, je suis totalement fan quand vous imitez le vieil ouvrier, mari de Jenny… Ce passage est un bijou de drôlerie (malgré la gravité du passage) à la fois par le texte et par votre interprétation.

    Merci beaucoup pour votre travail.

  12. André le 17 janvier 2015

    A mon tour de vous remercier, Emilie.
    Amicalement.
    André

  13. Thierry Noyel le 29 mars 2015

    Merci Monsieur Rannou. Je vous ecoute d’Angleterre dans le Cheshire. Thierry

  14. André Rannou le 6 avril 2015

    Bonjour, Thierry, et merci. Saluez l’Angleterre de ma part! Dans une vie antérieure, j’ai passé un an à Birmingham et un an à Carlisle. Plus tard, j’ai fait de nombreux séjours à Oxford et Exeter.

  15. rodica cretu le 6 avril 2015

    de la mienne aussi, Andre!

  16. grattepanche marie le 20 avril 2015

    Bonjour Monsieur Rannou, je viens de terminer le chapitre onze: une pause s’impose. L’émotion est vive, au bout d’un quart d’heure, vous me manquez: et c’est reparti pour quelques chapitres.. à votre écoute, je vois les personnages, décors, je vis dans cette histoire. merci de lire si bien Dickens.

  17. André Rannou le 21 avril 2015

    Merci du fond du coeur, chère marie. Dickens est un très grand écrivain et nous lui devons beaucoup. Tant mieux si ma lecture aide à le découvrir.

  18. Dominique le 14 mai 2016

    Merci pour la lecture de ce texte cher monisier Rannou. J’aprprécie à chaque fois votre lecture et votre voix.

  19. André Rannou le 14 mai 2016

    Merci à vous, cher(e) Dominique.

  20. Sophie le 27 décembre 2016

    Bonjour monsieur Rannou,
    Merci pour votre lecture, j’aime beaucoup votre voix et votre interprétation des personnages. Vous donnez toujours beaucoup de vie au texte – j’ai été particulièrement saisie lors de la mort du jeune homme pauvre.
    Tout cela va merveilleusement avec l’humour décalé de Charles Dickens (il faut quand même dire qu’il y a des passages très drôles dans le texte). J’ignore comment vous faites, merci pour votre talent.
    Merci d’autant plus que vous avez une des rares voix qui ne m’agacent pas (c’est sans critique, je suis bien incapable de lire un livre entier à voix haute), grâce à vous j’accède aux livres audio.
    Je vais commencer « la pierre de lune » de Collins Wilkie. Donc mille mercis encore. Cordialement

  21. André le 7 septembre 2017

    Merci infiniment, chère Sophie. Je m’en veux de réagir si tard à un long commentaire, comme tout donneur de voix aimerait en recevoir plus souvent.La phrase: « Vous donnez toujours beaucoup de vie au texte » me touche particulièrement, car c’est en effet le but que je poursuis, sans toujours y parvenir.
    Amicalement

  22. Sophie le 9 septembre 2017

    Merci à vous pour vos dernières lectures. Du Dickens en plus … c’est super !

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.