Page complète du livre audio gratuit :


HUGO, Victor – Les Djinns (Poème, Version 2)

Donneur de voix : Vincent Planchon | Durée : 7min | Genre : Poésie


Victor Hugo - Buste héroïque par Auguste Rodin (1897)

« Murs, ville,
Et port,
Asile
De mort,
Mer grise […] »

Les Djinns.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)




> Remarque
La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Poésie, , ,

 

Page vue 16 146 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

10 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. 88888888 le 23 octobre 2008

    bravo pour votre lecture (et celles précédentes): on sent bien le rythme, la mélodie du texte et pas seulement le sens…

  2. ciel_étoilé le 24 octobre 2008

    Dans l’Islam, les jinns sont des créatures dotées de pouvoirs surnaturels, ils ont été créés d’un maillage/tissage de « lumière d’une flamme subtile, d’un feu sans fumée » (comme l’être humain l’a été à partir d’argile), ils sont appelés à croire et subiront le jugement dernier.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Djinn

  3. chris le 13 novembre 2008

    Merci pour votre interprétation des Djinns.
    C’est une poésie que j’aime beaucoup car Hugo a, grace aux mots, construit un spectacle tout entier et vous nous le rendez de belle façon.

  4. marion le 13 août 2009

    Je souhaitais simplement signaler des erreurs dans la lecture ce ce poème:
    1) « Leur / trou/peau, / lourd/ et/ ra/pide
    Vo/lant/ dans/ l’es/pac/e/ li/vide,
    Semble/ un/ nu/ag/e/ li/vide »

    Il s’agit en réalité de « l’espace vide », et non « livide ». Cette erreur donne donc un vers de 8 pieds placé au milieu d’une strophe constituée de vers de 7 pieds, et le mot « livide » est répété deux fois, le tout brisant la si belle harmonie musicale voulue par Hugo.

    2) « Fait que sur ces poutres fidèles,
    Meure leur souffle d’étincelle »

    Il s’agit en fait de « portes » et non de « poutres ».

    Quel dommage d’écorcher ainsi mon poème préféré!

  5. Jerome le 13 août 2009

    Pour Marion.Il existe une autre lecture des DJINNS dans VICTOR HUGO POESIES 3

  6. Victor - Mansour le 1 mars 2010

    Très belle récitation, j’aimerais beaucoup que vous fassiez sur ce site la récitation d’un poème de Victor Hugo et qui a pour titre l’an neuf de l’hégire :

    http://www.bostani.com/V-Hugo.htm

    Étant musulman, pourriez vous, n’en déplaise a Victor, changer, si bien sur vous la récité, Mahomet, par Muhammed qui est la vrai prononciacion du Prophète de l’Islam, je sait bien que beaucoup de personnes ne veule pas, mais pour les musulman c’est important, en effet, Mahomet signifie phonétiquement en arabe ma(négation), et hamad(t), louer, ce qui signifie, le non-louer…ce qu’ignore beaucoup de personnes, nous souhaitons réhabilité le nom correct…

    Avec tout mes remerciements pour cette récitation, et peut-être pour celle a venir

    Salam aleikûm

  7. Faten le 3 mars 2010

    En effet vous n’avez pas bien exprimé le bruit du « nain » qui « saute », vous n’avez pas pu aussi transmettre la peurqu’exprime le locuteur angoissé par l’envahissement des djinns

  8. Pinky le 14 juillet 2010

    Mes sinceres felicitations, merci par la lecture :)
    Continue-
    P.

  9. radio Tousstoutoui le 21 mars 2011

    Bonjour, et merci pour cette lecture ou l’équilibre entre sobriété et expressivité est atteinte sans problème… Nous nous permettrons de vous diffuser dans notre nouveau programme de poésie en avril 2011, en respectant évidemment les termes de la licence creative commons, sauf indication contraire de votre part (avant le 31 mars, merci !) En attendant, bonne continuation, cordialement, Sylvain Jaskowiak.

  10. Cocotte le 18 avril 2011

    Bonjour, Vincent
    J’aime beaucoup votre interprétation des Djinns, sobre mais pleine d’émotion et de sensibilité, comme j’aime.
    Sans vouloir m’arrêter à des détails, car c’est très difficile de faire attention à tout, à tout, à tout, et, pour moi, c’est le sentiment, l’émotion qui priment et vous les rendez magnifiquement. Bravo!
    Cordialement Cocotte

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.