Page complète du livre audio gratuit :


MAUPASSANT, Guy (de) – Première Neige

Donneuse de voix : Pomme | Durée : 20min | Genre : Nouvelles


Guy de Maupassant

« Elle tousse et porte à ses lèvres ses doigts transparents comme pour arrêter ces secousses qui l’épuisent.
Elle regarde le ciel plein de soleil et d’hirondelles, les sommets capricieux de l’Estérel là-bas, et, tout près, la mer si bleue, si tranquille, si belle. Elle sourit encore, et murmure : « Oh! que je suis heureuse. » [...] »

Première Neige.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)



> Références musicales :

Johannes Brahms, Variations on a Theme by Joseph Haydn – Theme and Variations 1-3 (licence CC-BY-SA-2.0).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

> Rechercher : 6. XIXe siècle, Nouvelles, , ,

 

Page vue 24 206 fois |
Envoyer à un(e) ami(e) Envoyer à un(e) ami(e) |

 

7 commentaires sur cette page. Ajoutez le vôtre !

  1. natalia le 2 mars 2009

    Je te remercie Pomme pour cette lecture et je souhaite rendre hommage à Romy qui nous a quitté mais ses lectures et son esprit littéraire nous accompagneront toujours sur ce site.

    Amicalement

  2. ta-ngoc thanh le 23 juin 2009

    devoir pour une élève de 1ère /bac 1° partie

    1°. partie
    a) intro
    –> causant avec des messieurs…
    description du /paysage/ le cadre
    le lieu est bien défini, précisé la Croisette : Cannes—confirmé par le massif de l’Estérel ;
    si c’était Nice, ce serait La promenade des Anglais…etc.
    St-Marguerite, St-Honorat (sapins) ; puis la ville est nommée : Cannes …villas : la saison /espace-temps/ ensuite « the mood »[doux, tiède, jours d'hivers frissons de fraîcheur…citronniers pleins de fruits d'or..]
    remarques stylistiques : excès(volontaire)d’épithètes, à la limite du pléonasme – l’eau bleue/ barre la vue; fermant l’horizon(redondance) joli décor médiéval/sommets pointus nombreux, bizarres : pléthore d’épithètes quasi-superflus…vastes promenades/citronniers; fruits d’or; pas lents….
    b) introduction du personnage : la jeune Dame vient de sortir…
    cf. la marquise sortit à cinq heures…-proust
    fatiguée d’avoir fait vingt pas; elle s’assit haletante! – ce détail annonce la mort :
    le ciel plein d’hirondelles –la mer si bleue, si belle!
    opposition entre visage pâle/ mer si bleue : la vie/la mort
    cf. un arbre par dessus le toit ..le ciel si bleu si calme -verlaine
    cette rumeur vient de la ville…la vie
    elle sait qu’elle va mourir –oh! Que je suis heureuse !../ qu’elle ne verra pas le printemps
    –qui est le narrateur? -quel est son point de vue? -rappel : le narrateur est un démiurge, omniprésent (Dieu) tout puissant; il détient le pouvoir, il sait tout / l’auteur est un moi social / un homme qui aime les femmes; machiste, mépris des femmes etc…
    et elle songe –> introduction du passé…
    cf. elle était pauvre, malade et mariée en province -Barbey d’Aurévilly…
    thème récurrent chez Maupassant / mal mariée, mari méprisant / inadéquation
    autrement dit, un texte ne vit pas que par lui-même mais au contraire se nourrit de tous les autres : inter-textualité. —-de tout qui a existé avant..
    on les accoupla pour des raisons de fortune qu’elle ne connaît pas…double sens = elle ne connaît pas les raisons…la fortune qu’elle n’a pas rencontrée…
    Inadéquation
    -Canguilhen (philosophe) « l’amour, c’est offrir à quelqu’un quelque chose qu’il ne veut pas qu’on a pas.. »
    opposition entre Paris et la Province :
    elle était parisienne, gaie et heureuse de vivre…
    basta! On s’y fait…
    elle aimait bien mais il ne lui manquait …inadéquation… elle aimait comme on aime un chien, un jouet..
    –elle leur donnait -les chiens- les petits noms charmants qu’elle n’eût point l’idée d’employer pour son mari.
    2. la maladie
    l’hiver qui suit/ l’hiver normand/ froid et pluvieux…fleuve de boue aucun bruit; sauf celui de l’eau tombant.
    le calorifère : la révolte
    -qu’est-ce qu’on dit aujourd’hui : on est contente?
    -à Paris mais pourquoi faire?
    Le froid entra avec violence
    la fin = puis la neige couvrit la terre…
    3. la nuit vint
    ce sera ainsi toujours, jusqu’à la mort…
    –la décision est prise :
    elle s’était levée nu-jambes
    je vais jusqu’aux sapins –voir au début /sapins/
    ce sera la mort.
    Fin. –Aloïse !
    Une bonne gelée qui annonce la neige ! § maudit calorifère!
    Fin du texte / la mort n’est pas annoncée -flash-back
    elle cessa de lire : toute heureuse à cette idée : elle a eu son calorifère! –triomphe dans la mort.


    e cdglm Tn thanh

  3. bluenaranja le 29 mars 2010

    Merci beaucoup pour cette lecture, Pomme,j’aime la façon dont vous lisez, qui rend le texte fluide et agréable à entendre. Très vivant, sans pour autant marquer trop lourdement votre empreinte. Après tout est affaire de goûts,n’est-ce pas, moi, en tous cas, j’aime particulièrement votre style.

  4. persil le 2 novembre 2010

    Votre voix est si douce et si gai que même les récits tristes ne sont jamais vraiment dramatiques.
    Merci Pomme pour le plaisir que vous nous donnez à vous écouter.

  5. Pomme le 2 novembre 2010

    Merci à vous, Persil. Mais sachez que c’est avant tout le talent tout en finesse et délicatesse de Maupassant qui crée ce subtile équilibre sans sombrer dans le drame noir.
    Votre fidélité, Persil, me touche beaucoup.
    Bien à vous, Pomme.

  6. jeannedelaville le 13 juin 2012

    Magnifique lecture !
    Un grand merci Pomme
    jeannedelaville

  7. harmonie le 12 février 2013

    J’aime Maupassant, et votre lecture, Pomme, lui donne un attrait spécial… Une saveur de pomme… Merci.

Ajouter un commentaire


NB. Vous pouvez aussi suivre ce billet sans ajouter de nouveau commentaire.